Jump to content

Les Looney Tunes Passent à L'Action -Joe Dante- 2003


Binky
 Share

Recommended Posts

Pas revu depuis la sortie salles, je m'attendais à un truc gravos pipi caca sans plus, et là...je crierais pas au Claquage De Beignet mais c'est plutôt du tout bon et ca méprise jamais les mômes !

 

Bourré de gags cons, délirant, de la belle ouvrage au service des Toons vénérés par Joe Dante (d'ailleurs, y'a pas meilleur truc pour se rappeler de l'omniprésence de la figure toon chez Dante, que ce soit dans Gremlins ou Small Soldiers), on s'ennuie jamais, le rythme est assez effréné...

 

Y'a plein de gags qui font pencher la balance vers l'humour absurde à la Simpson, encore plus explicitement que dans Les Banlieusards.

 

Sinon, Dante démontre l'influence des Toons dans sa démarche artistique depuis Gremlins 2: proposer de la dérision en pagaille, du second degré sous forme de mise en abime, plein de clins d'oeil (Roger Corman au début, Scooby Doo qui insulte Lillard) et de jeux de décalages: les transitions, la fin du film, le fait que l'on te rappelle que c'est du cinéma sans que ca te sorte du spectacle...

 

Vraiment cool je trouve. Bref.

Link to comment
Share on other sites

Souvenir sympa. Il me semble que niveau humains, Steve Martin était horripilant, et B.Fraser était un peu fade (comme toujours ça....), mais que les toons étaient cools et que l'ensemble était sympa et dans l'esprit des cartoons !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

raser n'a aucun charisme, Steve Martin est gonlant mais ce ilm est tellement jouissi. J'étais resté sur ma aim avec Space Jam alors qu'ici les réérences ciné abondent et le délire est total. Le seul ait de repenser à la poursuite dans les tableaux me donne envie de le revoir.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

(marrant de relire ces posts issus de la glorieuse époque du "F" fantôme)

Vu pour la première fois hier.... et j'ai trouvé ça difficile à avaler. Steve Martin en fait des caisses (je ne sais pas qui il est sensé singer, mais je n'aimerais pas être la cible), l'interraction humains/toons est assez foireuse (Roger Rabbit tient vachement mieux la route) mais il y a ce florilège référentiel qui rend le film attachant.

A la fin, il me semble qu'on a droit à un caméo d'Harvey Weinstein: le gros producteur entre dans une limousine, suivit par Bugs Bunny avant que la porte ne se ferme. Plutôt cocasse dans le contexte actuel Mais Weinstein n'est crédité nulle part, ni même listé dans imdb, du coup ce n'est peut-être pas lui....

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...