Jump to content

Ken park - Larry clark - 2002


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

Ken Park focuses on several teenagers and their tormented home lives. Shawn seems to be the most conventional. Tate is brimming with psychotic rage; Claude is habitually harassed by his brutish father and coddled, rather uncomfortably, by his enormously pregnant mother. Peaches looks after her devoutly religious father, but yearns for freedom. They're all rather tight, or so they claim. But they spend precious little time together and none of them seems to know much about one another's family lives. This bizarre dichotomy underscores their alienation # the result of suburban ennui, a teenager's inherent sense of melodrama, and the disturbing nature of their home environments.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le meilleur film de Larry Clark (sans compter Bully que je n'ai pas vu).

La vraie continuation à l'écran de son travail photo entamé bien avant sa carrière au cinoche, et ce sans la moindre concession. Unique.

Link to comment
Share on other sites

J'aime pas les histoires d'ado blanc skate or die, qu'on une vie de merde parce que leur père trompe leur mère alors ils se branlent et baisent leur mère parce que la vie est trop dure dans les pavillons de la middle class americaine. Le genre de film qui m'ennerve, je le mettrais serieusement et sans honte à coté de Thirteen.

 

J'ai tenté de regarder Bully, insupportable.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Hormis la scèn d'ouverture qui est tétanisante (et la scène de masturbation par strangulation volontaire), je trouve le film passable..

 

cela dit, je n'aime pas trop larry Clark (un type qui fait du cinoche et qui n'a jamais entendu parlé de Larry Cohen doit pas être normal). Son cinéma est doutuex... dans Ken Park, il y a des plans inutile se cul qui rarement sert l'intrigue. Les plans sur la culottes de la gamine, je en vois pas l'intérêt....

 

je suis pas vraiment client.. Hormis KIDS, Larry Clark n'a fait que se répété

Link to comment
Share on other sites

Le seul Clark que j'ai vu, m'a fait l'effet d'un épisode de Hartley Coeur a vif avec un peu de cul, c'est pas dégeux mais c'est loin de me passionner.

 

Vu les avis de Dragonball et DPG je vais me laisser tenter par Bully.

Link to comment
Share on other sites

Mon préféré, et de loin (en meme temps je suis loin de les avoir tous vu), j'ai trouvé ça grandiose, fascinant. C'est merveilleusement bien écrit (que ce soit la construction narrative, l'utilisation brillante du symbolisme, les dialogues), et superbement mis en scène (la caméra qui cadre juste, le tempo parfait). Franchement loin de l'idée que je m'en faisais, donc je ne sais pas si je dois remercier ou pas ces cons qui ont créé la polémique à la sortie du film jusqu'à le faire interdir aux moins de 18 ans.

Link to comment
Share on other sites

Le seul Clark que j'ai vu, m'a fait l'effet d'un épisode de Hartley Coeur a vif avec un peu de cul, c'est pas dégeux mais c'est loin de me passionner.

 

Vu les avis de Dragonball et DPG je vais me laisser tenter par Bully.

 

Alors dépêche-toi de voir les autres Kids, Bully puis Another day in paradise

Link to comment
Share on other sites

Le seul Clark que j'ai vu, m'a fait l'effet d'un épisode de Hartley Coeur a vif avec un peu de cul, c'est pas dégeux mais c'est loin de me passionner.

 

Vu les avis de Dragonball et DPG je vais me laisser tenter par Bully.

 

Alors dépêche-toi de voir les autres Kids, Bully puis Another day in paradise

 

Surtout KIDS !

 

Link to comment
Share on other sites

Le seul Clark que j'ai vu, m'a fait l'effet d'un épisode de Hartley Coeur a vif avec un peu de cul, c'est pas dégeux mais c'est loin de me passionner.

 

Vu les avis de Dragonball et DPG je vais me laisser tenter par Bully.

 

Alors dépêche-toi de voir les autres Kids, Bully puis Another day in paradise

 

Surtout KIDS !

 

 

On est d'accord d'où l'ordre proposé à Allan

Link to comment
Share on other sites

Je suis resté très perplexe devant la nécessité de la représentation de l'acte sexuel. Le film ne m'a pas choqué (loin s'en faut) mais ça n'à pas grand chose à faire là. En fait je m'en fous un peu, de ces problèmes à la con. Ce que j'avais apprécié avec Bully s'est égréné ici, il arrive vraiment BEAUCOUP de choses en PEU DE TEMPS à TOUT LE MONDE;

Même si certaines qualités d'observations sont indéniables. je suis resté impassible devant le film qui m'a pas fait chier ni passionné...j'y suis devenu indifférent (ce qui, à mon sens, est le pire qui puisse arriver à un film)

Link to comment
Share on other sites

D'accord avec Eric sur le fait que les scènes de sexe ne sont pas gratuites. Le tout est cohérent et a un sens.

 

James Ransone assure. C'est clair. J'ai adoré aussi Stephen Jasso alias Claude le skateur.

 

Quant à la relation de Shawn, moi j'avais cru comprendre que c'était la mère de sa petite amie. Je n'ai vu le film qu'une fois au ciné donc je ne suis pas sûr. Draven me met le doute là. Quelqu'un peut confirmer?

Link to comment
Share on other sites

Quant à la relation de Shawn, moi j'avais cru comprendre que c'était la mère de sa petite amie. Je n'ai vu le film qu'une fois au ciné donc je ne suis pas sûr. Draven me met le doute là. Quelqu'un peut confirmer?

Oui, c'est bien ça. Draven c'est un peu emballé sur ce coup là !

 

Larry Clarck est trash, mais quand même pas à se point là !

Link to comment
Share on other sites

Quant à la relation de Shawn, moi j'avais cru comprendre que c'était la mère de sa petite amie. Je n'ai vu le film qu'une fois au ciné donc je ne suis pas sûr. Draven me met le doute là. Quelqu'un peut confirmer?

Oui, c'est bien ça. Draven c'est un peu emballé sur ce coup là !

 

Larry Clarck est trash, mais quand même pas à se point là !

 

Je me disais aussi.

Merci Dragonball.

Link to comment
Share on other sites

Oui enfin t'es passé à coté du film par moment, le mec ne se tape pas sa mère mais la mère de sa copine

 

J'allais le dire. Ce qui donne une note plutôt positive au film. Coucher avec une femme comme celle-ci, qui plus est la mère d'une copine, belle revanche sur le quotidien.

 

D'une manière générale, j'avais été surpris par ce retournement de point de vue de Clark. L'autodestruction laisse la place à l'hédonisme comme échapatoire à monde adulte incompréhensible. Un film plein d'espoir témoin d'un cinéaste veillissant ou un film plus équilibré d'un cinéaste à maturité? A voir. Personnellement, je préfère la veine tragique de Kids teintée d'un No Future radical.

Link to comment
Share on other sites

Très déçu quand je l'ai découvert en salles mais surement parce que j'en attendais trop.

 

J'ai trouvé ça trop facile, et quelque part assez "convenu".

Les scènes de triolisme par exemple ne s'intégrent pas au reste, ni à la dramaturgie des personnages.

Ces scènes tombent comme un cheveux sur la soupe et sentent trop le "choquer pour choquer".

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...