Jump to content

Liaison Fatale - Adrian Lyne (1987)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

 

Un drame de la quequette symptomatique des 80's.

Comme toujours Adrian Lyne sait placer sa caméra, se faire efficace dans sa mise en image... le succès du film n'y est pas étranger.

Car s'il faut juste l'expliquer sur le contenu même, en soi assez répugnant, sans reconnaître l'efficacité de la forme, là y aurait de quoi avoir peur.

Close fait son numéro d'anthologie et Douglas capitalise sur son emploi de type nerveux à la libido débordante. Et moi je retiens surtout le charme d'Anne Archer, vulnérable en diable... avant de sombrer dans la sciento!

Link to comment
Share on other sites

Un drame de la quequette symptomatique des 80's.

 

 

Vu ce film uniquement pour mieux saisis "Fatal Instinct".

 

Assez prévisible dans ses effets d'annonce (ho le mignon petit lapin...).

 

Dans le genre, je prefere largement "Un frisson dans la nuit" de Clint is Wood.

 

La fin de Liaison Fatale est mais la fin prévue à l'origine ne me satisfait pas non plus alors...

 

quite à repomper le Eastwood, autant reprendre la même fin (un bon coup de poing dans la gueule de la salope qui traverse la fenêtre et tombe le haut d'une falaise ! )

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Pfouah c'est vraiment pas terrible. Y'a même pas ce côté bling bling 80's qui me ferait même kiffer un mauvais film de l'époque. Pourtant Lyne est derrière la caméra, je n'apprécie pas vraiment le travail du bonhomme mais il faut reconnaître que c'est un monument des 80's.

 

Ici c'est plutôt moche, froid, assez chiant même. Faut dire qu'il ne se passe pas grand chose de palpitant pendant ces 2 heures : quelques scènes de baises toutes nazes et pas bandantes. Et le coup du lapinou, clairement une bonne idée sur le papier, ne fonctionne vraiment pas à l'écran. Je parle même pas de la fin qui est expédiée en moins de 10 minutes !

 

Reste Michael Douglas et Glenn Close excellents mais bon... Glenn à quand même un physique très particulier. Douglas qui est immédiatement attiré par elle c'est pas franchement crédible, surtout que sa femme est plutôt une bombasse.

 

Bref, un film raté, pas très efficace en plus de mal vieillir. Comme beaucoup de Lyne en fait. Je kiffe Flashdance par pure affection des 80's et Jacob's Ladder qui semble être un erreur de parcours dans sa filmo tant il est bon ! Le reste, du vide, soigné et esthétique, mais totalement oubliable et inutile.

Link to comment
Share on other sites

Et ben je suis pas du tout d'accord!

je l'ai revu il y a peu en HD.

Le rythme du film est beaucoup plus prenant et dépouillé du côté hippie envahissant du Eastwood qui d'ailleurs m'ennuie poliment.

Glen close est aussi menaçante qu'attachante dans son personnage de femme seule et prête à aller jusqu'au bout.

La photographie du film a mieux viellie que celle de 9 semaines et demie que je préfère désormais oublier.

Quant aux scènes de tension et bien je les trouve toujours efficace notament grâce à Michael Douglas qui arrive magnifiquement à communiquer son angoisse. ET la scène du lapin avec le montage alterné ets toujours excellente.

Bref, pour moi le film l'emporte complètement sur le Eastwood !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Très beau blu-ray ! Waouh

Sinon j'ai revu le film à la baisse, enfin un petit peu. Le discours est évidemment très limite : on sent pendant une partie que le personnage de Close est compris, qu'elle cherche le respect. Et puis bon, on lui colle une araignée dans le plafond et c'est parti du coup on sait pas trop si le film s'amuse du fait de piétiner un tableau trop gentil, s'il veut jouer les moraliseurs ou s'il essaye de juste de faire peur à l'homme marié lambda tout en le flattant un peu (jusqu'à la misogynie). Ou un peu des trois

La fin originale (assez longue d'ailleurs) tend à se réconcilier un peu avec le personnage d'Alex, quitte à rendre l'ensemble encore plus ambigu.

 

Et puis bizarrement, ce qui m'a encore plus gêné, c'est le rythme complètement aux fraises passé le retour de la femme de Douglas, le film se retrouve criblé de longueurs (tout ce qui concerne la vie familiale en particulier). 2H c'est vraiment trop...surtout pour un scénar pareil !

Bon après, j'aime toujours le côté 80's (beaucoup plus froid et cadré que dans 8 semaines 1/2...quasiment l'antithèse en fait !) et puis le show de Glenn Close est toujours grandiose

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...