Jump to content

Le Deuxieme Souffle - Alain Corneau (2007)


niko13
 Share

Recommended Posts

Vu ce soir en avant premiere a Asnieres, en presence de Corneau et de ses producteurs.

Un Corneau tres jovial et energique, defendant avec sincerite ses choix et ses gouts, et ne reniant jamais ses influences, c'est rare. Un grand bonhomme, un grand cineaste.

 

Son "Deuxieme souffle" n'est pas a proprement parler un mauvais film, mais on est loin du chef d'oeuvre en tout cas. Helas pour lui, flotte l'ombre envahissante du chef d'oeuvre de Melville, bien plus connu que le roman de Giovanni dont Corneau livre une adaptation plus litterale et respectueuse du texte.

Sous influence HK (revendiquee par les producteurs, qui avaient meme songe a John Woo ou Johnnie To pour signer ce "remake"), le film cherche a insuffler un souffle (ah ! ah !) nouveau dans le polar francais (moribond il faut bien le reconnaitre) en allant chercher dans le cinema asiatique des effets de style propres a des cineastes pourtant influences par Melville a la base, c'est le paradoxe.

 

Resultat, Corneau accouche d'un film aux scenes d'action issues d'un Jonnhie To (explosion de violence au ralenti sur musique de Coulais, impacts avec moults gerbes de sang et quelques effets chocs) et aux dialogues filmes plan plan a la francaise et au texte recite par des acteurs du cru. Pour moi, la sauce ne prends pas.

La faute probablement a un casting que j'attendais catastrophique (surtout pour succeder dans mon souvenir a Lino Ventura, Paul Meurisse ou Michel Constantin) et qui finalement se revele juste assez mediocre. Bellucci ne s'en sort pas si mal que ca, parvenant a donner une certaine dignite et classe au personnage de Manouche (surtout a la fin). Auteuil n'arrive pas a rendre charismatique et credible son Gu, et je ne parle meme pas des seconds roles interpretes par des acteurs a cote de la plaque et cabotins (Duvauchelle et Melki en tete).

Seul Michel Blanc (dans le role pourtant le plus ardu, celui de faire aussi bien que Paul Meurisse) et dans une moindre mesure Jacques Dutronc s'en sortent bien (tres bien dans le cas de Michel Blanc).

 

Reste un film esthetiquement tres reussi (tourne a la DV, gros travail sur les couleurs), un polar plutot bon (grace soit rendue a Jose Giovanni) dont les defauts seraient a mon avis d'etre trop impersonnel (on a vraiment l'impression de voir quelqu'un qui tourne "a la sauce HK") et surtout bien inferieur au monument de Melville.

Tentative louable cependant de relancer le genre polar en France, le film peut etre un beau succes populaire grace a son casting (le public avait l'air ravi ce soir, le probleme vient peut-etre de moi ) et au gout du public pour ces histoires de gangsters depuis la sortie de 36, c'est en tout cas la carriere que je lui souhaite (les producteurs esperent 1 750 000 entrees tout de meme ), de facon a ce plus de films de ce genre soient produits ici, pour renouer avec notre tradition cinematographique. Et pourquoi pas, permettre a Corneau de livrer un film plus personnel et plus reussi que celui-ci.

Link to comment
Share on other sites

du cote des exploitants, je peux dire que c'est pas 1 750 000 qui sera atteint... de ceux qui ont vu le film, c'est plutot du cote des 500 000 entrées que le film se passe, selon les avis divers & variés. En tous cas, le film n'a pas plude manière générale aux exploitants (tous groupes confondus)

C'est pour ca que je faisais les yeux ronds, parce que les producteurs attendent vraiment ce nombre d'entrees pour dixit "respirer". Alors, si le film s'impose comme un succes populaire (du a son cast) oui, mais vu le resultat je doute un peu...

Link to comment
Share on other sites

Ca se confirme. Les 1 750 000 entrées sont très très loin... pas encore de chiffres définitifs, mais la première journée a convaincu surtout les fauteuils des salles de rester vides.

Argh, c'est cruel tout de meme.

Ce film vaut bien mieux, de par son ambition, que les derniers polars a la francaise sortis recemment (genre Truands, beurk !).

C'est pas l'extase c'est sur, mais ca a au moins le merite de relever le niveau et de proposer une evolution dans le cinema franchouillard. Dommage.

Link to comment
Share on other sites

Ca se confirme. Les 1 750 000 entrées sont très très loin... pas encore de chiffres définitifs, mais la première journée a convaincu surtout les fauteuils des salles de rester vides.

 

Cornaud, comme Melville, opte pour une version de plus de deux heures. Deux heures trente-six pour cette nouvelle version, c'est assez osé me semble-t-il au temps du zapping. Et Cornaud ( ) est-il encore vraiment un nom porteur?

Link to comment
Share on other sites

Ca se confirme. Les 1 750 000 entrées sont très très loin... pas encore de chiffres définitifs, mais la première journée a convaincu surtout les fauteuils des salles de rester vides.

 

Cornaud, comme Melville, opte pour une version de plus de deux heures. Deux heures trente-six pour cette nouvelle version, c'est assez osé me semble-t-il au temps du zapping. Et Cornaud ( ) est-il encore vraiment un nom porteur?

 

Le Cornaud de Gerard Oury?

Link to comment
Share on other sites

Ca se confirme. Les 1 750 000 entrées sont très très loin... pas encore de chiffres définitifs, mais la première journée a convaincu surtout les fauteuils des salles de rester vides.

 

Cornaud, comme Melville, opte pour une version de plus de deux heures. Deux heures trente-six pour cette nouvelle version, c'est assez osé me semble-t-il au temps du zapping. Et Cornaud ( ) est-il encore vraiment un nom porteur?

 

Le Cornaud de Gerard Oury?

 

Non, le Swiss One , bon ben la même chose avec Corneau

Link to comment
Share on other sites

85° décapants

 

Sinon... euh... Corneau je me suis arrêté au "Prince de pacifique", vu à une projo organisée par lui avec que des gosses dans la salle et aucun d'entre eux n'a ne serait-ce que pouffé... Un grand moment de solitude. J'ai décidé ce jour là d'éviter ses prochains films.

 

Voila un post bien constructif.

Link to comment
Share on other sites

Sous influence HK (revendiquee par les producteurs, qui avaient meme songe a John Woo ou Johnnie To pour signer ce "remake")

 

tu pourrais développer, s'il te plait ?

Les producteurs avaient l'idee de signer une nouvelle adaptation du roman de Giovanni, plus moderne et ancree dans leur fond de commerce (le cine HK). Ils ont serieusement envisage de contacter Woo et surtout Johnnie To. Finalement, Corneau voulant lui aussi adapter le roman (etant grand adorateur du film de Melville et ancien assistant de Giovanni), ils sont arrives a un accord.

Link to comment
Share on other sites

C'est confirmé, ça sent le sapin.

 

81 salles pour paris périphérie et 7232 entrées. Soit 89 entrées par salle. Et avec la durée exceptionnelle du film, environ 18 spectateurs par séance. En province, ce n'est guère mieux.

 

Paranoid Park fait autant d'entrées, mais avec 50 copies de moins.

 

Ca va etre dur pour compenser les 21 millions d'€ de budget.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Voilà un projet qui à la base sent le pâté... Ce film est trop ancré dans notre propre culture pour ne pas éviter la comparaison, ce qui est inévitable. Bon, le matériau de base est déjà puissant (parfois réalisé à la lettre par Melville, voir le premier dialogue de Paul Meurisse qui est mot pour mot celui du bouquin...)

 

Le truc qui montre que les producteurs dans ce cas sont bien peu inspirés, c'est qu'il y a d'autres films adaptables à partir des romans de Giovanni. D'ailleurs, je pense que le jour où un To ou un Woo se pencheront sur le bonhomme derrière ces films, ils auront de bonnes idées et de bonnes surprises...

 

Alors les remake marchent, le cinéma old school nous manque, et en plus 36 a donné un second souffle au polar... second souffle, deuxième souffle... Bon sang mais c'est bien sûr ! D'ailleurs Daniel Auteuil ne fait rien et Monica est partante !

 

Non, sur le papier ça sent pas bon... et puis vint cette fameuse bande annonce filmée comme un clip au néons des années 80, une esthétique pubée insupportable...

 

Bref, je me suis arrêté là, et je me demande ce que le film peut avoir de véritablement intéressant... Mais je pourrais peut être répondre quand je l'aurai vu. Mais il est très bas dans ma wishlist.

 

Faut pas déconner quand même !

Link to comment
Share on other sites

Ton argumentaire est qd meme d'une mauvaise foi assez hallucinante !

 

D'une part tu n'as pas vu le film, d'autre part on pourrait presque demonter tous tes arguments un par un.

 

Juste pr le fun :

 

- Corneau veut adapter ce bouquin depuis longtemps, il a même eu l'aval de Giovanni en personne du temps où celui ci était encore vivant.

 

- Le film trop ancré pr ne pas eviter la comparaison, mouais, d'un autre coté, c un peu le cas de tous les remakes. Puis à ce moment là, on rejoue plus de Shakespeare parce que Laurence Olivier l'a fait, etc...

 

- C'est qd meme marrant de voir Corneau taxé d'opportunisme post "36" pour le fait de faire un polar, sachant qu'il a oeuvré ds le genre tout au long de sa carrière !

 

- Le salaud, il a osé pdre Daniel Auteuil, un acteur qui a le mérite d'etre bankable et de savoir jouer ! Coupons lui la tête ! Salaud de Melville aussi qui prenait que des inconnus comme Belmondo, Delon et Ventura pour ses films !

 

 

Je sais pas, j'ai pas vu le film encore. J'en ai entendu majoritairement du bien, donc je jugerais sur pièce. Mais disons que déjà j'aime pas trop enterrer un film avant de l'avoir vu, et surtout, si on doit s'attaquer à l'aveugle à des projets faits pr de mauvaises raisons ds le cinema français, je pense vraiment qu'on a un paquet de trucs sur lesquels on peut se faire la dent et qui le meriteront bien plus que ce "Deuxième souffle". Qui au passage n'a pas marché en salles, donc tu peux te réjouir, youpi !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...