Jump to content

Un après midi de chien - Sidney Lumet - 1975


DPG
 Share

Recommended Posts

aka Dog Day afternoon

 

Alors que Flo nous a fait quasiment la filmo de Lumet en thread, il est passé au travers d'un de ses titres les plus connus, cet "Après midi de chien".

 

Tiré d'un fait divers réel, le film nous raconte l'après midi tragique de deux braqueurs, entrés dans une banque pour un coup vite fait, et qui vont se retrouver encerclés, entourés de centaines de policiers, de l'attention de tous les médias et d'une foule en délire l'espace de qques heures.

 

Le film est assez riche. Partant de l'argument classique d'une prise d'otages, avec tout ce que cela comporte comme passages obligés (interminables discussions entre les braqueurs et les flics, aller retour dedans / dehors, degradation progressive de l'état des otages....), le film prend progressivement des chemins de traverse. D'abord par le caractère de ses protagonistes, deux types un peu loosers, tout sauf des criminels préparés et sans pitié, deux mecs un peu dépassés par tout ce qui leur arrive. Ensuite, certains des traits de ses caractères, leur sexualité, leur vie personelle, qui prennent une grande place dans le récit, et que Lumet traite avec une grande finesse.

 

Le film a connu un grand succès en son temps, a été nominé aux Oscars dans toutes les catégories majeures, ne gagnant finalement que celui du meilleur scenario (cette année là, "Vol au dessus d'un nid de coucou" fit une razzia amplement méritée). Je dois dire que vu sa réput' béton, je trouve le film un brin surestimé. Certes c'est interessant, humain, touchant. On peut aussi parler du coté visionnaire dans le traitement des médias, de la "starification" d'un peu tout et n'importe qui. Mais le film repose surtout essentiellement sur ses interpretes. Sur Pacino même. Al est une fois de plus grandiose et trouve peut-être là un de ses plus beaux roles. C'est toujours avec une certaine emotion qu'on revoit egalement le trop tôt disparu John Cazale à ses côtés. Et les attentifs seront heureux de voir un jeunot Lance Henriksen dans le role d'un des flics, aux cotés du vieux de la vieille que Haribo aime tant : Charles Durning !

 

Voilà, au final un bon film, mais peut etre pas THE bombe dont on parle souvent. Mais à voir au moins une fois, ne serait-ce que pour Pacino.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Lorsque j'avais découvert "Dog Day Afternoon", j'en avais parlé sur DD, et surtout, je l'avait comparé à "Mad City", que perso je trouve meilleur.

 

Résultat, une grosse loose, et pourtant à l'époque on ne parlais pas encore que de HD et de Blu Ray !

 

Bon, il faut parfois savoir s'affranchir des règles, puissent elles être aussi sacrées que celles d'un forum sur le cinéma !

 

De toute façon, je ne voyais pas trop comment pour parler de"Dog day afternon" sans faire référence à "Mad city", et vice versa.

 

Les 2 films sont en effet très similaires, de part leur contexte, une prise d'otage, leurs protagonistes (Des paumés plutôt sympathiques) et leurs thémes (Les médias, la police, l'opinion publique).

 

 

Spoilers

 

Le film de Sidney Lunet, tirée d'un fait divers réel, jouit d'une réputation beaucoup plus importante que celui de Costas Gavras.

Pourtant, je trouve celui de Costa Gavras beaucoup plus abouti et moins brouillon dans son traitement que le film de Sidney Lumet.

Car si le film de Sydnet Lunet est assez visionnaire, les thémes qu'il soulève ne sotn malheureusement pas traité de façon satisfaisante. Ainis,

 

le fait que Sonny réussisse a gagner les faveurs de l'opinion publique en s'opposant aux policiers, puis tendent à la perdre après la révélation de son homosexualité et du motif du hold up, n'est qu'esquissé. On voit aussi que certaines organisations homosexuelles se melent alors de l'affaire, mais tout ça n'est pas développé, juste présenté lors de quelques plans ou de quelques dialogues.

 

L'intervention de différrentes "communautés" (Wasp, afroaméricain, fascistes) et leurs roles au sein des évenements était mieux traité dans Mad City, de même que le poid des médias (Mais bon, a ce niveau, c'est vrai que les 2 films ont plus de 20 ans d'écart.

 

En ce qui concerne le rythme du film, "Dog day afternoon" souffre d'une net baisse de régime après une première heure pourtant excellente. Lunet multiplie les rebondissement mais on finit par ne plus rien y comprendre et, paradoxalement, les choses semblent stagner.

La montée en tension était beaucoup mieux géré dans "Mad City".

 

Pour ce qui est de l'interprétation, si celle ci est nikelle dans le film de Lunet, Pacino n'arrive cependant pas vraiment à nous faire croire à son personnage de paumé. il est trop ..... charismatique !

John Cazale est par contre franchement impréssionnant, arrivant à capter chaque plan ou il apparait et à insuffler une sorte d'impréssion de danger ambiant.

Là encore, John Travolta se montre plus satisfaisant dans "Mad city". On croit tout suite en son personnage de brave type au bout du rouleau.

 

Bref, si on a ici affaire à 2 très bon films de prise d'otage, et que que "Dog day afternoon" respire bon les 70's, je trouve tout de même celui de Costas Gavras plus intéréssant.

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Lorsque j'avais découvert "Dog Day Afternoon", j'en avais parlé sur DD, et surtout, je l'avait comparé à "Mad City", que perso je trouve meilleur.

Pourquoi une grosse loose ?

Comparer les deux films n'est pas extravagant je trouve, parce que leur thematique est proche (et non, je cause pas que du pretexte '"prise d'otages").

Pour ma part, j'adore les deux realisateurs, j'aime enormement leurs deux films, et leur approche de la prise d'otages est differente.

La ou chez Lumet on se concentre plus sur la psychologie et le devenir du personnage principal, chez Costa Gavras les personnages ont tendance a illustrer un propos plus general et politique. Et bon, c'est un peu une constante dans la filmo respective de ces realisateurs.

 

Punaise, pour une fois que Dragonball fait une remarque pertinente !!

Link to comment
Share on other sites

Lorsque j'avais découvert "Dog Day Afternoon", j'en avais parlé sur DD, et surtout, je l'avait comparé à "Mad City", que perso je trouve meilleur.

 

Résultat, une grosse loose, et pourtant à l'époque on ne parlais pas encore que de HD et de Blu Ray !

 

Bon, il faut parfois savoir s'affranchir des règles, puissent elles être aussi sacrées que celles d'un forum sur le cinéma !

 

De toute façon, je ne voyais pas trop comment pour parler de"Dog day afternon" sans faire référence à "Mad city", et vice versa.

 

Les 2 films sont en effet très similaires, de part leur contexte, une prise d'otage, leurs protagonistes (Des paumés plutôt sympathiques) et leurs thémes (Les médias, la police, l'opinion publique).

 

 

Spoilers

 

Le film de Sidney Lunet, tirée d'un fait divers réel, jouit d'une réputation beaucoup plus importante que celui de Costas Gavras.

Pourtant, je trouve celui de Costa Gavras beaucoup plus abouti et moins brouillon dans son traitement que le film de Sidney Lumet.

Car si le film de Sydnet Lunet est assez visionnaire, les thémes qu'il soulève ne sotn malheureusement pas traité de façon satisfaisante. Ainis,

 

le fait que Sonny réussisse a gagner les faveurs de l'opinion publique en s'opposant aux policiers, puis tendent à la perdre après la révélation de son homosexualité et du motif du hold up, n'est qu'esquissé. On voit aussi que certaines organisations homosexuelles se melent alors de l'affaire, mais tout ça n'est pas développé, juste présenté lors de quelques plans ou de quelques dialogues.

 

L'intervention de différrentes "communautés" (Wasp, afroaméricain, fascistes) et leurs roles au sein des évenements était mieux traité dans Mad City, de même que le poid des médias (Mais bon, a ce niveau, c'est vrai que les 2 films ont plus de 20 ans d'écart.

 

En ce qui concerne le rythme du film, "Dog day afternoon" souffre d'une net baisse de régime après une première heure pourtant excellente. Lunet multiplie les rebondissement mais on finit par ne plus rien y comprendre et, paradoxalement, les choses semblent stagner.

La montée en tension était beaucoup mieux géré dans "Mad City".

 

Pour ce qui est de l'interprétation, si celle ci est nikelle dans le film de Lunet, Pacino n'arrive cependant pas vraiment à nous faire croire à son personnage de paumé. il est trop ..... charismatique !

John Cazale est par contre franchement impréssionnant, arrivant à capter chaque plan ou il apparait et à insuffler une sorte d'impréssion de danger ambiant.

Là encore, John Travolta se montre plus satisfaisant dans "Mad city". On croit tout suite en son personnage de brave type au bout du rouleau.

 

Bref, si on a ici affaire à 2 très bon films de prise d'otage, et que que "Dog day afternoon" respire bon les 70's, je trouve tout de même celui de Costas Gavras plus intéréssant.

 

 

 

 

 

Le film de Sidney Lunet, tirée : attention, "film" est masculin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
 Share

×
×
  • Create New...