Jump to content

Outrages - Brian De Palma - 1989


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Vu (enfin) sur le dvd extended : ne l'ayant jamais vu, aucune idée ce qui a été apporté au film (six minutes environ je crois bien), et à vrai dire aucune importance, puisqu'il ne s'agit pas d'un director's cut. En tout cas, la copie est parfaite.

 

1966 au Viet-Nam : Eriksson fait partit de l'escouade du fougueux et violent Meserve. Privé de son autorisation de sortie au village, Meserve repart avec ses hommes, une jeune villageoise sur le dos. En s'opposant à sa capture, puis au viol collectif, Eriksson entre avec en guerre avec son supérieur...

Une grande réussite, tant De Palma a sû brodé une histoire aussi bouleversante sur la notion de crime de guerre : bien qu'au vingtième siècle, le personnage d'Eriksson découvrira amèrement le piétinement en règle des droits de l'homme quand la barbarie se fait reine.

Une préquelle plus ou moins volontaire aux Visiteurs d'Elia Kazan, le tout emballé avec un savoir-faire filmique typique du bonhomme aux commandes.

Emotionellement parlant, les scènes avec la jeune Viet fonctionnent à pleins tubes, jusqu'à la fameuse scène du pont (estomaquante) et la sublime scène finale. You had a bad dream, didn't you?

 

J'ai quand même beaucoup eu de mal à tenir lors de la deuxième heure (après la scène du pont donc) : c'est beaucoup plus bavard et moins tendu. Tout ça m'a paru virtuose, mais un poil trop long...

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai jamais vu la version "longue". La musique de Ennio Morricone est magnifique bien que très proche de la flute de Pan de il était une fois en Amérique. Le film est beau, classieux. C'est à la fois sa qualité et son défaut car cet esthétisme désamorce la violence du sujet. Le film est trop lyrique pour être coup de poing.

Sean Pen est glaçant en machine de guerre deshumanisée. La fin est effet très belle, très lyrique. Le film est trop long. J'arrive jamais à le voir d'une traite sans accélérer

Link to comment
Share on other sites

  • 7 years later...

Un grand film. Superbe visuellement, et les plans magnifiques sont aidés par la beauté des deux, encore jeunes, acteurs principaux. Il y a une tension présente tout le long du film, et l'affrontement entre les excellents Michael J.Fox (dont je regrette chaque fois qu'il n'ait pas 50 films à son actif) et Sean Penn toujours impeccable en psychopathe violent, dangereux et lâche. Les seconds rôles n'ont rien à leur envier. La scène du pont est magnifique...

Le film parle de plusieurs guerres. Celle du vietnam, qui sert de toile de fond, non sans qu'on en relève une fois encore l'absurdité, celle que livre Erikson a Meserve, celle qu'il livre à sa conscience, celle qu'il livre à ses supérieurs... Finalement la "vraie" guerre semble la plus simple à gérer en terme de conscience... Avec tout de même en filigrane une vraie interrogation, un crime "de guerre" est-il toujours un crime? Un meurtre, noyé dans des milliers de meurtres, et commis par des gens que l'on a envoyé là dans le but justement de tuer, est-il toujours un meurtre? Doit-on ignorer ces exactions "pour le bien du plus grand nombre", c'est à dire pour ne pas éclabousser les autres GI, pour ne pas salir dans l'opinion cette guerre qui n'a déjà pas besoin de ça...

Bref une réussite...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...