Aller au contenu

A serbian film - Srdjan Spasojevic - 2009


Messages recommandés

Bon, c'est effectivement un peu tordu et parfois un peu cracra, mais ça ne choquera que les bourgeoise et les curés. Car même lors des scènes les plus "trash", il est difficile de prendre tout cela au sérieux. Mis à part ça, le film se regarde avec un certain plaisir, c'est très bien produit, très joliment filmé, ça tient bien la route, autant en ce qui concerne le scénar que les acteurs (sauf le mec qui incarne le vilain barbu qui en fait des tonnes) et la dernière demi-heure tourne vers le torture porn truffé de gags tordus qui font ricaner (bien que je ne sois pas certain que ce soit là l'effet recherché). Mais au final l'ensemble est relativement creux et ne s'élève que difficilement au dessus d'un torture porn de base justement.

Ceci dit, c'est quand même hallucinant que l'état ait foutu des billes là-dedans

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 77
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

SPOILER

 

Effectivement ce film va choquer le public qui regarde rarement des films violents. Maintenant il ne m'a pas choqué un instant. Je l'ai trouvé sympa, souvent chiant et hypocrite vu que le héros est drogué et n'est donc pas vraiment coupable de ses actes. Le scénario est quand même mal branlé de ce côté là et le réal n'a voulu que choquer par quelques scènes alors qu'il aurait pu choqué grâce à un bon scénario...

Après le problème c'est que les scènes les plus dures sont montrés à travers des écrans et donc sont dissociées du film malgré tout. Que se soit le gosse qui est une scène ridicule montré sur grand écran, la fille sans dent à travers la caméra ou tout le reste.

J'ai trouvé la façon de dissocier l'acteur principal des scènes assez nulles puisqu'il découvre tout après. Donc on assiste à une poignée de scènes balancées n'importe comment pour choquer mais pas vraiment dans la continuité. Moi ça ne m'a pas choqué un instant. On ne sait pas qui ils sont. Donc je m'en tape. J'ai déjà vu ça avant dans par ex Emanuelle in America.

Reste la scène de fin qui est forte car là on sait qui sont les protagonistes. On imagine les souffrances que fait endurer le héros (tjs sous drogue, une putain de drogue d'ailleurs) à sa famille (car faut être débile pour ne pas deviner). Pas choquant mais fort. Là il y a une vraie profondeur quand il découvre son frère. D'ailleurs cette relation est mal travaillée dans le film et c'est bien dommage. Là c'est une putain de scène (sauf la fellation craniène (j'invente des mots) qui est à mourir de rire). C'est d'ailleurs durant cette scène que je me suis dis que le le réal se foutait un peu de son film et qu'il cherchait absolument de la surenchère gratuite. Je l'imagine trouver cette idée un jour sur les chiottes et se pignoler en pensant que ça allait choquer. Sauf que ça fait rire.

 

Sans oublier le dernier clin d'œil un peu lourd dans la volonté de toujours en rajouter sur la noirceur de notre société. Finir sur la famille aurait été parfait.

 

Après le film n'est pas si mauvais malgré des longueurs surprenantes. C'est correctement filmé, la photo est très jolie et rend très bien lors des scènes violentes, la musique est un peu lourde et participe bien au malaise que les spectateurs ont pu avoir. On est loin des nombreuses merdes que l'on reçoit chaque années mais on sent le premier et le petit puceau qui veut impressionner coûte que coûte.

Modifié par Invité
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais oublié d'en causer, peur de savoir que le CNC allait me taper dessus si jamais ils savaient que j'ai vu un film interdit.

Bref trêve de plaisanterie si j'avais du écrire quelque chose en me sortant les doigts du cul j'aurais mis le texte de Stéphane. Heureusement qu'il y a la dernière partie du film qui fait qu'on regrette pas trop d'avoir perdu son temps a le voir car sinon c'était Zzzzzzzz.

 

Et franchement quand j'ai vu que la quasi totalité des scènes pseudos shock étaient hors champ j'ai hurlé au scandale.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, moi aussi je suis à peu près d'accord avec Stephane. Cette même scène de fellation crânienne me gène dans le sens où on ne sait pas trop si c'est du lard ou du cochon... c'est un film bien réalisé, mais effectivement, ce n'est pas LE film ultime sur la noirceur, parce que le réal prend des gants constamment pour nous le préciser (au bout de 5 minutes, la mère dit clairement : "c'est un cartoon pour adultes").

 

Après c'est du trash pour du trash parfois, et c'est dommage... Je ne suis pas certain que l'aspect politique ne soit pas qu'un gros prétexte...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est plutôt pas mal (surtout visuellement) mais franchement trop long. On sent en effet trop le côté racoleur de bout en bout, et ça ne fonctionne qu'à moitié

autant le newborn porn m'a vraiment mis mal à l'aise, autant le coup de la cock-killer, WTF ?!

. Une curiosité déviante et bourrine....comme temps d'autres. Je garde mon Martyrs...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En fait, le truc (hilarant) de Peeping Tom est une vanne ou pas ? Je veux dire, y'avait vraiment personne à ce festival ?

 

bon je n'y étais pas mais j'ai des clients qui ont été (motivés faut bien le dire par moi ) et il n'y avait vraiment pas beaucoup de monde.

 

J'ai assisté à la première édition et déjà le public n'était pas au rendez-vous. La région est un peu sinistré en manifestation "différente". Alors le faire à Sainte Maxime...

 

Dommage.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai assisté à la première édition et déjà le public n'était pas au rendez-vous. La région est un peu sinistré en manifestation "différente". Alors le faire à Sainte Maxime

 

A mon avis le problème n'est pas le lieu mais plutôt ceux qui "organisent".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai assisté à la première édition et déjà le public n'était pas au rendez-vous. La région est un peu sinistré en manifestation "différente". Alors le faire à Sainte Maxime

 

A mon avis le problème n'est pas le lieu mais plutôt ceux qui "organisent".

 

euh... je crois que tu ne connais pas le lieu

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
c'est où Ste Maxime, d'ailleurs ?

 

entre St Raphael et St Tropez.

 

Le truc c'est que j'ai du habiter St Maxime au moins 1 mois par an et ceux durant au moins 10 ans (on avait un appart la bas ) donc oui je connais bien le coin

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Bon bah ca y est, j'ai vu la bete.

 

details : vu avec 4 potes, apres avoir torché en acceleré LE BALTRINGUE. Eh ouais, ya des jours...

D'ailleurs, ca nous a un peu foutu dans l'ambiance de voir un film avec pas mal "d'humour" (tres tres noir). a voir si c'est la volonté du real.

 

Bon, et bien pour ma part, j'ai plutot pas mal aimé ce film. deja, le style est soigné et ca fait du bien de voir un film trash, mais classique. L'acteur a une bonne gueule aussi.

 

De plus, a part une intro un peu longue, et bizarrement decoupée (un coup je vois le prod, un coup ma femme, un coup le prod, un coup ma...), j'ai bien accroché sur le double narration de la seconde partie, qui a fait naitre un jolie suspense.

 

 

en ce qui concerne la fameuse scene du newborn porn, on peut remarquer que c'est la seule qui soit filmée et montée comme un film traditionnel. on peut se demander si le real ne veut pas nous faire douter de sa véracité (mode cahier du cinema off)

 

 

je m'attendais a une provoc sans histoire d'ado branleur à la gaspard, mais j'ai eu droit à une sympathique provoc un peu "pensée" d'ado tout court.

 

et puis rien que pour le gag de "la bite n'a pas d'oeil"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Un joli pensum foireux, qui se voudrait cérébral et physique mais qui reste foncièrement idiot.

C'est plutôt bien interprété et réalisé mais j'ai eu du mal à m'intéresser à cette histoire. On n'y croit pas du tout, mal ficelée et trop superficiel dans l'écriture des perso notamment. Et que c'est long, long, long...

Après bon, pour les scènes qui font mal, je suis resté tellement distancié de la chose que toutes celles ci étaient désamorcées. La scène monstrueuse avec le bébé a la symbolique pachydermique traduit bien l'hypocrisie du projet. Pas assez sincère pour être révoltant, je pense que je l'aurai oublié d'ici peu... ce qui est quand même un comble vu la note d'intention... film choc, film toc, film chiant. Rayez les mentions inutiles.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...
  • 4 months later...

Je viens de recevoir ça dans ma boite aux lettres:

 

SITGES INTERNATIONAL FANTASTIC FILM FESTIVAL OF CATALONIA

PRESS NOTE regarding charges against Ángel Sala, Festival Director, for the screening of A Serbian Film in 2010

 

SITGES International Fantastic Film Festival of Catalonia wishes to show its complete support for Ángel Sala and, by extension, the decisions that he has made while exercising his role as Director of the Festival.

 

Regarding the recent statements concerning the screening of A Serbian Film, the Festival wants to state that the above mentioned title is not a pornographic film, but, in fact, a fictional horror film, and is not meant as an attack or humiliation against the sexual dignity of minors.

 

SITGES wants to thank all the support it has received from its audience, other film festivals (1) and important cultural figures.

 

A Serbian Film was screened after carrying out all necessary informative and control measures in order to prevent any minors from accessing the screening. These measures consisted of information placed in the Festival media to guarantee awareness about the content of the film to the audience before its viewing, as well as demanding proof of age from viewers entering the theatre.

 

The path this film has followed has been the standard one within the conventional commercial circuit, having been screened, amongst many others, in the following international festivals and markets: Brussels, Montreal (Fantasia), San Francisco, Toronto, Austin, Porto, Sofia, Hamburg, Helsinki, Puchon (South Korea), Ravenna and Stockholm.

 

It is also worth mentioning that the film has been awarded several times, thrice in Montreal (Best Film, Best European Film, and the Innovation Award), the Special Jury Award at Fantasporto Festival in Porto (less than a week ago) and the Best Script Award at FIPRESCI Festival in Serbia.

 

A Serbian Film has also been screened at the two most prestigious markets in the world, the Cannes Film Market and Film Festival and the American Film Market in Santa Mónica, California, and will be commercially distributed in the United Kingdom, Canada and the United States.

 

SITGES wants to thank again all support shown, as well as to express its respect to all the criticism that has given room to a necessary debate about the importance of freedom of speech and creation in the programming of film festivals.

 

SITGES International Fantastic Film Festival of Catalonia considers that it has acted rigorously in providing the audience with all the information it might require beforehand. Nevertheless, the rise of critical voices will make the Festival reflect on their communication mechanisms in the future, emphasizing child protection, and defending freedom of speech and creation as it has done from the beginning.

 

 

(1) SUPPORT LETTER BY THE SPANISH FILM FESTIVALS

 

We, the undersigned, directors of Spanish film festivals, wish, in view of the leak to the press published this weekend, to state our surprise at the legal action taken against Ángel Sala, director of the Sitges International Film Festival of Catalonia, for having included in the 2010 programme of the said event, at sessions for adults only, A Serbian Film, which it is claimed contains violent, pornographic scenes conflicting with the rights of the child.

 

Over and above our surprise at pinning responsibility of this kind on a cultural programmer, and not on those theoretically responsible for the content in question (the director and the producers, if anyone at all), we wish to recall, in addition to our support of Ángel Sala, that the film has been screened over the last twelve months in festivals in Brussels, Montreal, London, Oporto, Austin, San Francisco, Toronto, Sofia, Hamburg, Helsinki, Puchon (South Korea), Ravenna and Stockholm, among others. A Serbian Film has also enjoyed screening at the two most prestigious film markets in the world: Cannes, and the American Film Market in Santa Monica, California. All of this without anyone, to date, having taken legal steps of any kind against the film, those responsible for it or its programmers.

 

We must also add that the film has won prestigious awards including three at Montreal (Best Film; Gold Award for Best European Film and Most Innovative Film); the Audience Award at the Fantasporto Festival in Oporto (less than a week ago); and the Best Screenplay Award at the FIPRESCI Festival in Serbia.

 

We also condemn the fact that behaviour such as that shown by the Office of the Public Prosecutor in Barcelona appears to be taking us back to times of censorship limitations on freedom of expression and cultural programming that we sincerely believed belonged to the past.

 

 

Signed by:

 

* Javier Angulo (Festival de Valladolid)

* Josetxo Cerdán Los Arcos (Punto de Vista / Pamplona)

* José Luis Cienfuegos (Festival de Gijón)

* José Luis Rebordinos (Festival de San Sebastián)

* Carmelo Romero (Festival de Cine Español de Málaga)

* José Sánchez Montes (Festival de Granada / Cines del Sur)

* Claudio Utrera (Festival de Las Palmas)

* Javier Martín Domínguez (Festival de Sevilla)

* Eduardo Trías (Festival de Huelva)

* Josemi Beltrán (Semana de Cine Fantástico y de Terror de San Sebastián)

 

 

 

Press Department / premsa@sitgesfilmfestival.com

SITGES 2011 - International Fantastic Film Festival of Catalonia

44 edition | 6th-16th October 2011 | www.sitgesfilmfestival.com

EDIFICI L’ESCORXADOR. Joan Maragall, 36 (08870 Sitges, Barcelona)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, enfin, à Sitges, il est vraiment passé et jusqu'à ce qu'on m'apporte la preuve que le non-passage au SMIHFF est lié à une censure, je continuerai de penser qu'il s'agit d'une esbroufe destinée à étouffer un manque certain de compétence.

 

Oui enfin Sylvain était ironique hein

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...