Jump to content

Animal Kingdom - David Michod (2010)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Syno:

Une rue anonyme dans la banlieue de Melbourne. C’est là que vit la famille Cody. Profession : criminels. L’irruption parmi eux de Joshua, un neveu éloigné, offre à la police le moyen de les infiltrer. Il ne reste plus à Joshua qu’à choisir son camp...

 

9kYA43u3Tcc

 

Le film se paye une sacré réputation et des différentes personne que je connais qui l'ont vu c'est juste une pure tuerie.

 

Je suis pas fan de gangster façon marty mais celui la a l'air de bien déchirer sa reum

 

Ça sort le 27 avril, juste après Hallucinations Collectives.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

C'est sorti. Je dis ça pr remonter le sujet, parce qu'on m'en a parlé aujourd'hui, et on m'en a dit bp de bien aussi. Donc j'irai surement, mais j'avais complètement zappé ce film perso !

Link to comment
Share on other sites

Je l'avais vu y a presque 1 mois et bof bof

Formellement c'est vraiment bien, aprés perso j'ai eu pas mal de soucis pour m'impliquer dans ce que j'ai vu, le même défaut que quand je vois les "meilleurs" film de Scorsese.

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé ça pas mal, mais pas renversant non plus.

C'est quand même très éloigné de Scorcese. C'est pas du tout un rise and fall : dès le départ c'est un piqué dans le bourbier pleins gaz, et sans aucun panache. Tout est blème, l'environnement social miteux, les flics tarés, la famille complètement tordue... on est bien loin des envolées de Goodfellas ou Casino.

 

Après il manque quelque chose pour que les coups portent vraiment. Toute cette merde se barbouille tranquillement devant tes yeux, mais l'odeur te saisit pas franchement aux tripes. Je sais pas, peut-être un défaut de conviction, de rage ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

c'est pas mal, c'est interessant, c'est bien foutu, mais c'est long, et puis j'ai trouvé ça de moins en moins bien tout au long du film

, avec un pic d'intérêt à la toute dernière scène.

 

 

Ce qui est con, c'est que les persos sous assez charismatiques (surtout ceux avec une barbe ou une moustache), mais sous exploités par volonté de rendre l'ambiance poisseuse et assez immersive. ça marche pas mal sur certaines scènes, ou j'ai été tendu bien que sachant très bien ce qui allait arriver.

 

Bon très mitigé au final, m'enfin ça change un peu et ça fait plaisir de voir Guy Pearce et d'entendre un gros accent australien.

Link to comment
Share on other sites

Ah oui tiens, je l'ai vu aussi entre temps. Et un peu comme Martin. Ca commençait vraiment bien, puis le film commence un peu à se perdre en cours de route, et à être de moins en moins captivant... Reste des bonnes idées ici ou là, quelques scènes vraiment bien foutues, mais on passe un peu à côté du "grand film" annoncé...

Link to comment
Share on other sites

Je l'ai vu aussi et je suis d'accord avec vous, ce film n'a malheureusement pas réussi à m'accrocher. L'idée de base était bonne et il y avait du potentiel, mais il manque ce petit quelque chose qui distingue les très bons films des autres. Dommage...

Je suis dans une période où j'apprécie les films "violents" ou se mélangent drame psychologique, vente d'or, action et hémoglobine, et j'en cherche toujours un qui puisse me satisfaire.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

L'inverse de Martin et DPG pour moi, j'ai trouvé que ça partait gentiment pour progressivement monter en puissance dans la deuxième moitié, et finir en m'ayant quand même mis une bonne petite claque.

Le début m'a un peu déçu car sans être déplaisant, ce n'était pas très ambitieux et ne dépassait pas l'aspect film de gare, mais à partir de l'arrestation, avec le début des manigances de chacun, Fini la famille unie, la meute, là c'est la loi de la jungle où on s'entre-dévore. Le portrait de la famille est brillant, et les persos sont ultra riches, avec beaucoup de non-dits et d'éléments de leur histoire que le film laisse devnier sans les mentionner. Ca peut en effet manquer de niak, mais je pense que cela vient surtout du parti pris assez clinique et observateur de ce qui passe, et de la réalisation discète, avec une caméra omniprésente mais pas envahissante. Perso j'ai vraiment ressenti une belle montée en puissance dans la deuxième partie, pas de rage certes, mais une atmosphère qui va crescendo, lentement et implacablement, sans astuces tape à l'oeil, mais juste en tirant parti de ce qui a été mis en place au préalable.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Very positivement impressionné. Même si le parcours de Joshua est un tantinet prévisible, il crève véritablement l'écran et donne à lui seul l'intérêt du film. La bande de malades, sans panache bien entendu, qui l'entourent finissent le tableau. Plus qu'un film noir, en tout cas annoncé comme tel, un drame psychologique bien ficelé sur la différence pas nunuche pour un sou. En d'autres termes: comment réchapper à sa famille? La réponse brûle les lèvres et trace la destinée de l'excellent James Frecheville.

Voilà pour l'Australie hors kangourous: très bon film.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Bordel qu'est ce que je me suis fais chier. Déjà la tête de flan du jeune, impossible pour moi, de même qu'Oncle Pope alors que les autres ont beaucoup plus de charisme. Deuxièmement tout le monde ne raconte rien de bien c'est d'une platitude, des phrases à rallonge pleines de vent.

Je veux bien reconnaitre un certain talent dans la mise en image mais vraiment je ne demandais pas Fast 5 mais un peu de vie ça aurait été agréable, on dirait un reportage sur des types qui font du marshmallow. yerk!

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...