Jump to content

Aliens vs Predator : Requiem - The Brothers Strause (2006)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Une telle nouvelle ne surprendra guère compte tenu des quelques 80 millions de dollars de recette engrangés sur le territoire nord américain (auxquels s’ajoutent les 90 du reste du monde). Le vice-président de la 20th Century Fox, Tom Rothman, a annoncé qu’un second Alien vs. Predator aurait bel et bien lieu et prendra désormais place dans notre monde et non dans un lieu géographiquement reclus comme dans le premier film tout en précisant que ce nouveau long-métrage pourrait lier tous les films des deux franchises entre eux. Source: Ecran Large Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Je crois que le 1 est le premier film que je suis allé voir en salles à mon arrivée à Paris. C'est pas loin d'être aussi le plus mauvais. Esperons qu'ils filent le projet à d'autres gens que les responsables de la bouse cosmique que l'on a vu il y a qques mois....
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
Brothers Strause to Direct AVP2

Source: IGN FilmForce June 8, 2006

 

 

IGN FilmForce first reported the news that 20th Century Fox may have signed special effects artists-turned-directors Greg and Colin Strause (aka the Brothers Strause) to helm Alien vs. Predator 2 (aka "AVP2"). The brothers themselves have now confirmed the news at their official website.

 

In addition to their award-winning work as music video and commercial directors, the Brothers Strause also run Hydraulx, which has provided special effects work for such Fox films as X-Men: The Last Stand, Fantastic Four and The Day After Tomorrow.

 

The studio has the sequel scheduled for an August 10, 2007 release.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 3 weeks later...
  • 1 month later...
  • 1 month later...
  • 4 weeks later...

Ni plus ni moins ce qu'on est en droit d'attendre. Le film offre quelque chose de serieux aux fans (qu'ils alien-ophiles, predator-ophiles ou simplement bissophiles), les CGI sont limites au strict minimum, le reste c'est 100% de mecs en costume de caoutchouc qui se foutent sur la tronche. La gaule ! Simplement deux trois clins d'oeil plutot sympas ("there is no monster" et le coup du truc sous la couette par exemple) qui montrent que les Straus s'y connaissent et savent respecter leur public. Si on doit chipoter disons que l'exposition est un peu longuette surtout au regard du manque de consistance des perso humains. En tout cas, une belle experience cine bis que la sublime photo en cinemascope aide grandement.

Link to comment
Share on other sites

De bonnes intentions (les enfants en prennent plein la gueule) mais aussi peu d'ambition pour une license aussi excitante, ça fait peur. Pas une idée originale, juste trois connards dans des costumes balancés dans une ville morte de rednecks. Et c'est même pas par manque de budget, suffit de le comparer à un Slither qui suit exactement la meme trame et n'a pas du couter plus cher, mais qui a le mérite d'être fun et plein d'idées. Même si cette séquelle a gagné en violence, bah c'est toujours pas top. 2/3 plans gores à sauver et encore.

Link to comment
Share on other sites

La surpuissance intersidérale

 

L'histoire est très conne : le vaisseau du premier film s'écrabouille au Colorado, des Aliens (!) s'en échappent. Sur leur planète dont on voit deux images, les Predator envoie leur Monsieur Wolf a eux pour faire le ménage. Ensuite c'est baston. Et là, ça bourre bien et tout le monde y passe.

 

Déjà, rien que l'intro du film envoie le film d'Anderson aux ronces. Mais le miracle, c'est que les frères machins ont trouvé le parfait équilibre entre bestioles et humains. Ces derniers sont là juste ce qu'il faut pour avoir un semblant d'intrigue secondaire (le livreur de pizza sortira -t-il avec la bimbo maqué avec un connard ? ) -et encore, c'est limite caricaturale-, ils sont tous taillés à la serpe et ça suffit amplement. Limite, c'est le Predator le vrai héros de l'histoire . D'ailleurs les fans d'Aliens risquent de tirer la tronche, car si Anderson avait pris soin de mettre en avant les deux races sur un pied d'égalité, AVPRequiem opte clairement pour le camp Predator.

 

Le Predator bénéficie d'ailleurs de quelques jolis plans "iconiques" (sous l'orage, sous des étincelles, pulvérisant une porte vitrée... ), contraitement aux Aliens qui restent dans l'ombre. Bon, on pourra dire que c'est dans la logique de la saga. Le Predalien est limite sous-exploité, encore que ça ne soit pas trop grave.

 

La fin est sympa, encore que la conclusion soit bien pourrie

 

 

-Vous avez tué tout le monde !

- ben c'était les ordres, quoi...

- Z'avez raison on s'en fout, on est en vie nous !

 

 

Voila, j'ai pas eu peur, j'ai passé mon temps à rigoler dans la salle comme un débile et j'en suis sorti avec un large sourire. Enfin un versus réussi et assumé !

 

A noter quelques clins d'oeils visuels, par exemple à Alien 3. Puis la musique à la Silvestri est excellente.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...