Jump to content

Pain and gain - Michael Bay (2013)


kevo42

Recommended Posts

Yannick Dahan est de retour dans OP FRISSON et il donne son avis sur PAIN & GAIN (comme prévu il est totalement d'accord avec moi) ainsi que sur RIDDICK (aïe) et FURIOUS 6, ainsi que sur... GTA 5, énorme

 

http://yannickdahan.kazeo.com/ope-frisson-saison-11/ope-frisson-saison-11,r1908760.html

 

Et un bonus pour les fans de Dahan qui veulent visiter sa baraque et voir sa collec' de vieux jeux

 

Link to comment
Share on other sites

Juste le fait que quand tu as un CV de 3 pages, que tu as déjà réalisé un long, produit des longs, été présentateur d'émissions, etc... tu es peut être plus obligé de mettre dans ton CV ton stage d'une semaine fait en 3e, mais bon....

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Le film le plus bizarre de Michael Bay. On dirait presque du Bekmambetov

 

Avec son histoire absurde de culturites-kidnappeurs, Awesome Michael nous pond un OVNI plein de frime et de mauvais goût, traversé d'une ironie constante même dans ses passages les plus trashs (renouant ainsi avec l'humour noire de Bad Boys 2) avant de nous assener un coup de massue final avec le triste destin de ce trio de branquignol.

 

Le "rêve américain" est torpillé, tous le monde est ridicule et/ou pathétique (sauf Ed Harris, normal) et on en sort avec un drôle de gout en bouche.

 

Je m'attendais à tout sauf à ça.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
Ca y est il l'a fait, et ses éternels admirateurs vont en être tout tristes, car on peut l'affirmer sans risque, MB est maintenant un Auteur (notez la majuscule), car oui il l'a fait, avec PAIN & GAIN il prouve qu'il a des choses à dire (si) et qu'il peut filmer autre chose que de l'action ou des robots (un des moteurs du projet n'en doutons pas), mais sans se renier pour autant, car en injectant du fonds à un projet a priori débile (l'histoire vraie de trois culturistes kidnappeurs), il réalise un pur film sur la nature humaine, sur nous quoi, car au travers de la connerie monstrueuse de ses trois protagonistes, et pas seulement (tout le casting est débile à bouffer du foin, hormis Ed Harris bien sûr qui fait contrepoids) il nous montre que l'homme est gouverné par ses pulsions et ses rêves qui l'entraînent toujours vers le pire s'il n'y prend garde et renonce à quelques valeurs morales de base, et quelle meilleure époque que le Miami des années 90 pour cela, Bay faisant son coming-out au passage, car oui personne ne s'en doutait (comment si ? ) mais c'est un gros bourrin débile, ah, ah, qui, aidé par un scénario remarquablement écrit, va cependant prouver au monde entier qu'il a quand même une totale conscience de ce qu'il est (de ses erreurs ?) en allant toujours plus loin dans l'introspection et l'impensable (scène hallucinante où il rajoute un carton "ceci est toujours une histoire vraie" alors que The Rock fait griller des mains au barbecue en draguant une bimbo !), nous prouvant à sa façon son implication totale dans le film, grâce à sa mise en scène bien sûr, remarquable de rythme et de maîtrise, discrète et élégante (sans compter les acteurs superbement dirigés) et son besoin urgent d'enfin dire quelque chose d'essentiel et de définitif : nous sommes des êtres humains et on vous emmerde ! Bref si c'était les frères Coen qui avait commis PAIN & GAIN tout le monde crierait au génie mais là c'est Michael Bay, il faudra donc un peu de temps pour une vraie reconnaissance, mais tant pis c'est pas grave ça viendra tôt ou tard, et allez le voir au ciné, vous allez vous fendre la gueule comme jamais, moi j'y retourne fin août

 

Je suis peut-être un peu moins enthousiaste parce que j'ai décroché une ou deux fois, mais sinon oui!!!! Bay envoie chier ses détracteurs (à sa façon) et c'est tant mieux! Je me suis amusé comme un gosse devant ce film qui est une sorte de "Loup de Wall Street" chez les culturistes, un film très bien écrit et foutrement bien casté, qui souffre inévitablement des noms qu'il possède en haut de son affiche. Contre toute attente, c'est hyper plaisant et pas si teubé. Sans rigoler

Link to comment
Share on other sites

J'étais sûr d'avoir laissé un avis mais sans doute celui-ci a-t-il sauté lors d'un des bugs du forum...

 

J'avais bien aimé aussi tout en avouant une légère déception - ou, du moins, frustration.

Je m'attendais, qu'avec un sujet pareil (qu'on croirait fait exprès pour lui), Bay pousse tous les curseurs dans les rouges et pète littéralement les plombs.

 

Alors que ça reste, en définitive, relativement sage : comme dit plus haut, il réalise son Fargo de manière un peu trop appliquée et ne verse pas suffisamment dans son légendaire mauvais goût pour convaincre complètement (un comble quand on connait le bonhomme).

 

Surtout que l'histoire de base (relatée dans un So Film à l'époque de la sortie), bien plus dingue que son adaptation à l'écran, offrait largement matière aux pires débordements...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Mitigé... J'en avais entendu pas mal de bien. Je peux comprendre pourquoi, mais il manque qd même quelque chose pour que je sois pleinement convaincu. L'histoire de base est assez ouf, le cast est juste parfait, mais la mayonnaise ne prend jamais totalement. Ça a le mérite d'aller au bout de ses idées, d'échapper au formatage ambiant, de taper joyeusement sur le "rêve américain". De plus, c'est pas tous les jours qu'on voit un film relativement grand public être aussi violent et avoir pour protagonistes principaux des abrutis pareils ! Mais c'est aussi assez bancal. C'est très long et pourtant, il semble manquer des trucs... Il y a un côté "tout ça pour ça" dans la fuite en avant de ces 3 débiles, mi-touchant, mi-pathétique, mais qui semble constamment sous exploité. On a l'impression que Bay ne sait pas toujours quoi faire de tout ça, comment traiter son sujet. Parfois c'est ambitieux mais foiré, parfois juste con comme la pluie, mais le film a toujours le cul entre deux choses entre un Scorsese bling bling et un DTV survitaminé dopé à la vulgarité crasse de Miami... Au final, ce n'est pas déplaisant, mais j'en sors qd même avec le sentiment d'un rdv (au moins partiellement) manqué...

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...