Jump to content

Xanadu - Robert Greenwald (1980)


Superwonderscope
 Share

Recommended Posts

Z4

 

Z2

 

Bati autour d'Olivia, alors au zenith de sa gloire juste après Grease, le film se révéla une catastrophe financière. Un giga-bdget pour l'époque et la efilm ne se rentabilisa que grace à la location video et aux ventes à l'étranger. un coup d'arret en tous cas pour beaucoup qui ont participé au film.

 

Véritable comédie musicale, à mi chemin entre l'hommage aux années 40, productions léchées des années 60 et matinée de rythmes, visuel et chorégrahies 80's (sanc ompter sur le bout des lèvres l'espèce de folie roller-disco éphèmère de la fin des années 70), le film échoua hélas, déjà dépassé avant même d'etre sorti sur les écrans.

 

Quand bien même...

 

 

Quand bien même tout cela, il gagna un espèce de statut culte aux yeux

1/ des fans d'Olivia

2/ des fans d'ELO

3/ aux vues de la résurgence des années 80 dont il est un espèce de truc glitz kitsch résistant bizarrement au temps.

 

Au final, l'histoire est certes très fine (La muse Kari (Olivia) est envoyée sur Terre afin d'inspirer un dessinateur de pochette de disques (Michael Beck) et qu'il réalise ses rêvs d'artiste. Et pour pouvoir échapper au monde du marketing et du conformisme. Il va rencontrer Gene Kelly, en panne de reves lui aussi, et monter un gigantesque club de danse. Et l'amour, ah, l'amour, va venir troubler tout cela.

 

Comme pour les comédies musicales des 40's, les arguments sont minces et tout est mis à profit afin d emettre en avant les chansons. ici, composées par Electric Light Orchestra, certaines écrites par John Farrar pour Olivia.

 

Gene Kelly, dont le nom de Danny MacGuire est celui qu'il porte dans Covr Girl de Charles Vidor en 1944, y fait sa dernière apparition cinéma. il y est d'ailleurs toujours étincelant en danseur hors pair et demeure le seul à échapper au ridicule. très classe, meme dans la tonitruante scène finale en roller.

 

L'interprétation est médiocre (Michael Beck est totalement insipide), la mise en scène pataude...mais même avec tout cela, Xanadu possède ce petit quelque chose qui fait de lui un cas à part (et un gros plaisir pour moi , genre une guimauve over-sucrée ). un gros plaisir coupable, donc

 

Seul le final semble se réveiller et toute la magie explose sur l'écran. la piste sonore rend d'ailleurs bien hommage à ce mélange de sons rock, des images criardes fin 70's début 80's, la caméra virevolte... bre,f ce sont dix minutes que je me repasse très souvent pour avoir la patate!

 

Petites choses amusantes :

1/ Le mari en devenir d'Olivie Newton John, Matt Latanzi, joue le role de Gene Kelly jeune.

2/ Le compositeur Ira Newborn (collaborateur régulier de tous les John Hugues des 80's) joue le role du chef d'orchestre lors de la séquence des années 40

3/ la (jolie) séquence animée a été réalisée par Don Bluth

4/ Coral Browne(Theatre de Sang, Le secret de Lylah Clare, Qui a Tué Sister George...) fait la voix de Junon

5/ Sandahl Bergman (Conan, She) joue le role de la première muse à s'animer sur le mur au début du film.

 

La bande originale de ELO est toujours aussi bien torchée, mélange (justement) de composition orchestrales et de rock, qui collent parfaitement à l'ambiance du film. Et que j'écoute souvent

Link to comment
Share on other sites

Toi aussi rêve à Xanadu !

 

C'est très curieux parce que j'ai vraiment l'impression que les années l'ont replacé dans son particularisme vraiment à son avantage !

C'est certes un film inabouti mais il a un charme fou.

Et ce n'est pas simplement imputable au syndrome nostalgique habituel mais vraiment la "singularité" du projet finalement qui sortait des sentiers battus. Bref un film osé dans son genre et qui sait communiquer son plaisir!

Je trouve ca bien plus intéressant que le film des BEE GEES ou des VILLAGE PEOPLE justement, qui sont de simples loco basiques pour leurs groupes respectifs. Là y a une vraie ambition, même si elle se cogne au cynisme des peureux. Ca le rends d'autant plus attachant!

Il y a la fois l'héritage de la comédie musicale, le futur, le présent... et XANADU brouille tout ca, et devient intemporel, on est dans un autre monde. A réévaluer !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 1 month later...

Mais QUEL PANARD

 

 

Cette adaptation musicale est proprement à hurler de rire!

 

Partant du principe d'adpater l'une des plus mauvaises comédies musicales cinématographiques, le livret prend la direction de la parodie. De ce fait, Xanadu : The Musical se moque en permanence de son sujet d'origine- tout en prenant soin d'honorer le travail muscial effectué.

 

Il suit partiellement l'histoire (toujours la même : Kira (jouée par Kerry Butler), une muse vient en aide à l'inspiration d'un artiste (Sonny, joué par le trèèèèèèèèès joli Cheyenne Jackson) en panne et vont ouvrir un Roller Disco) tout en ménageant des punchlines devastateurs et surtout, une sous-intrigue avec deux muses diaboliques (Mary testa et Jackie Hoffman) qui vont tenter de déstabiliser Kira, elue leader des muses alors qu'elles avaient le privilège de leur age(!)

 

Ce qui donne deux chansons supplémentaires chantées par Testa/Hoffman, qui ne sont pas dans le film, mais qui sont deux compositions d'E.L.O (Evil Woman et Strange Magic). Evil Woman s'est conclut par des tonnerres d'applaudissements et l'audience qui riait à gorge déployée (votre serviteur compris). Car, faut-il le préciser, Testa et Hoffman ne savent pas danser, et une partie de la chorégraphie est basée dessus. Elles savent par contre chanter, et les arrangements des chansons d'E.L.O sont effectuées via leur corde vocale

 

Dans les autres muses, on trouve deux mecs "parce que le budget etait court et qu'on était à court de muses féminines" , mais aussi le grand Tony Roberts qui reprend le role de Gene Kelly.

 

Kira décide donc de venir sur terre en aide à Sonny, un peintre, en mal d'inspiration et au bord du suicide. Elle indique y aller en aptins en roulettes pour passer inaperçue et arborer un accent australien (Olivia Newton John est australienne. pour ceux qui ont vu le film en VO, ceci epxlique cela). beaucoup de blagues partent évidemment du film même. il estlair que ceux qui riaient le plus étaient celles/ceux qui avaient vu le film à l'origine!

 

Bref, 90 mn non-stop de pur plaisir, avec quelques remarques bien senties sur les années 80, les revivals à Broadway (le show sait se moquer de lui-même) et surtout une mise en scène dynamique, (des spectateurs sont installés sur la scène et font partie du spectacle), et des acrobaties en patins pour le final à faire palir d'envie Linda Blair

 

le final fut là aussi acclamé, standing ovation, un Encore... tout le monde était hystérique!

 

Opening Night :

http://www.broadway.com/gen/Buzz_Video.aspx?ci=550304

 

 

 

 

 

Interview de Jackie Hoffman :

http://www.broadway.com/gen/Buzz_Story.aspx?ci=551822

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Etant donné que j'adore ELO, fallait bien que je découvre une bonne fois pour toute ce Xanadu là

Des baisses de rythmes régulières, mais ça reste tout à fait sympa, véritable guimauve à facettes traversée de lasers et de paillettes non identifiées Gene Kelly a l'air de s'amuser, ça fait plaisir, Olivia est superbe (sauf dans sa tenue léopard, faut pas pousser ) et Michael Beck...ben euh...ben non c'est pas ça

Mention spéciale à la scène du magasin, complètement et à la scène d'animation signée Don Bluth, qui est vraiment une pure merveille pour le coup.

 

Par contre j'ai envie de faire du roller maintenant

Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...

Sept ans plus tard j'ai revu le film en blu-ray et je suis maintenant persuadé que c'est un des meilleurs films au monde

Bon j'exagère un peu (quoique...) mais j'ai passé un super moment (je connais la b.o par coeur depuis, ça a aidé je pense ), bien plus qu'à la première vision. On peut trouver l'insouciance du film (et de l'époque) ringarde, mais je trouve ça vraiment fun et touchant avec le recul. Et j'avais oublié comme le film était un produit de son époque qui tentait tout de même de raccrocher les wagons avec l'âge d'or de la comédie musicale. La scène où le groupe 80's limite en pleine orgie se mélange aux danseurs 50's me rend fou

 

La galette d'Universal fait le strict minimum mais la copie est correcte, y'a une (bonne) vf et des ST Anglais, et le prix est cool (même à Gibert il était pas cher c'est dire ).

 

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...