Jump to content

King Kong - Peter Jackson (2005)


Cyril
 Share

Recommended Posts

  • Replies 305
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Le père Peter est un grand et tout ceux qui disent le contraire sont des coincés du cul. Qu'ils arrêtent d'aller au cinéma, car c'est du pur cinéma intelligent, fun et populaire. Les spectateurs en ont vraiment pour leur pognon et c'est le principal. Tu sors de la salle, tu as les images en tête pendant des jours et tu t'es évadés pendant 3h (je parle de sa trilogie là). Total respect Peter.

Link to comment
Share on other sites

Le père Peter est un grand et tout ceux qui disent le contraire sont des coincés du cul. Qu'ils arrêtent d'aller au cinéma

 

Ca saoule de lire ce genre de trucs, franchement. On peut trouver les SdA sans plus et pas avoir pleuré 2 fois sans être un coincé du cul qui n'aime pas le cinéma. Moi je pleure quand y'a de l'émotion, pas devant un défilé de maquettes.

 

Sinon Peter Jackson grand réal, ouais.

Link to comment
Share on other sites

Le père Peter est un grand et tout ceux qui disent le contraire sont des coincés du cul. Qu'ils arrêtent d'aller au cinéma

 

Ca saoule de lire ce genre de trucs, franchement. On peut trouver les SdA sans plus et pas avoir pleuré 2 fois sans être un coincé du cul qui n'aime pas le cinéma. Moi je pleure quand y'a de l'émotion, pas devant un défilé de maquettes.

 

Sinon Peter Jackson grand réal, ouais.

Toi, t'aimes rien, t'as pas de gout, t'aimes pas Bubba Ho-Tep, t'as pas de coeur. Comment tu veux etre credible apres ?

Link to comment
Share on other sites

Le père Peter est un grand et tout ceux qui disent le contraire sont des coincés du cul. Qu'ils arrêtent d'aller au cinéma

 

Ca saoule de lire ce genre de trucs, franchement. Voilà pourquoi j'ai arrêté de lire Mad, je sais que t'y bosses pas Joe mais c'était ça à toutes les pages. Pas envie de relancer des polémiques sur le canard, mais on peut trouver les SdA sans plus et pas avoir pleuré 2 fois sans être un coincé du cul qui n'aime pas le cinéma. Moi je pleure quand y'a de l'émotion, pas devant un défilé de maquettes.

 

Sinon Peter Jackson grand réal, ouais.

 

Sauf que tu oublies un point important ProDJ. Ceux là même qui hurlent ce genre de phrases (dont je fais partie) ont pendant des années été montré du doigt comme des neuneus sans gouts (et probablement malade dans leurs têtes) parce qu'ils aimaient les films du tacheron Jackson. Raaaaah les journées à essayer de parler (juste parler) des BrainDead ou des Feebles face à des "gens qui aiment le cinéma" incrédules... Raaaah la sortie de "Créatures célestes" avec des connards "cinéphiles" crachant sur les pôv effets spéciaux à deux balles. Ce que dit Joe sur Jackson (Steppin' Out toi même) ben c'est le juste retour des choses "Peter Jackson est un sous-réalisateur et ceux qui aiment Bad Taste sont des malades sans gouts. Ils devraient arrêter d'aller au cinéma". Combien de fois j'ai entendu ça..?

Link to comment
Share on other sites

Sauf que tu oublies un point important ProDJ. Ceux là même qui hurlent ce genre de phrases (dont je fais partie) ont pendant des années été montré du doigt comme des neuneus sans gouts (et probablement malade dans leurs têtes) parce qu'ils aimaient les films du tacheron Jackson. Raaaaah les journées à essayer de parler (juste parler) des BrainDead ou des Feebles face à des "gens qui aiment le cinéma" incrédules... Raaaah la sortie de "Créatures célestes" avec des connards "cinéphiles" crachant sur les pôv effets spéciaux à deux balles. Ce que dit Joe sur Jackson (Steppin' Out toi même) ben c'est le juste retour des choses "Peter Jackson est un sous-réalisateur et ceux qui aiment Bad Taste sont des malades sans gouts. Ils devraient arrêter d'aller au cinéma". Combien de fois j'ai entendu ça..?

 

C'est clair. Mais bon y'a une différence entre dire que Jackson est un grand et dire que ceux qui aiment pas sa trilogie (ou un autre de ses films, j'en sais rien) aiment pas le cinoche et sont des coincés du cul. Bon je sais que c'est Joe et son sens de la formule, mais ce truc je l'ai lu aussi ailleurs, et c'est chiant

 

D'ailleurs pour rebondir sur ce que tu dis, voir un "par le réalisateur du Spider-Man" sur une affiche d'Evil Dead, ça confirme bien que ces gens dont tu parles sont toujours des cons qui n'ont au fond pas changé. Donc faut-il tomber dans l'excès inverse parce que nous avons été ostracisés (comme Djibril) ? Hein ? Hein ? Non mais je pose la question

Link to comment
Share on other sites

Le père Peter est un grand et tout ceux qui disent le contraire sont des coincés du cul. Qu'ils arrêtent d'aller au cinéma, car c'est du pur cinéma intelligent, fun et populaire

Je ne cite nul part sa trilogie là Jackson a toujours fait du cinéma pour le spectateur sans jamais tomber dans le jeunisse à gogo. Ses héros sont des adultes ou presque, ne sortent pas des punchlines à chaque fois qu'un mec meurt, il ne sombre pas dans une réalisation à la con style Man on Fire et son cinéma s'adresse aux gens de 7 à 77 ans comme on dit (après non ). Plus le mec a évolué plus il s'est rapproché du Spielberg de la bonne époque (Indy etc ...).

Mais sinon Prodigy comme je te l'ai déjà dis je crois ... et je dis ca sans animosité ... parfois faut s'enlèver le doigt du cul et parfois tu aimes bien chercher la petite bête ou aller au cinéma avec des apriori.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Surtout que la BA est vraiment pitoyable. Pour un film aussi attendu, aucun nouveau plan accrocheur par rapport au teaser, un montage maladroit, la voix-off au début déconcertante, les effets spéciaux franchement encore moyen sur les dinos, des lignes de dialogues débitées de façon franchement limite, la zique de Batman Begins (comme sur V for Vendetta) alors que celle du teaser était très bien. Bref, franchement d'un point de vue purement marketing, je trouve ça à chier.

Link to comment
Share on other sites

aucun nouveau plan accrocheur par rapport au teaser

 

Heu, quand même, et de mémoire le plan de côté du t-rex et de Kong, le plan dans la rue au début avec Kong qui ramasse Naomi Watts, la fin sur l'Empire State Building.

 

Je corrige, faut prendre en compte le Look Inside sorti dans la semaine aussi. Je sais pas que ça devrait pas compter, mais du coup comme j'avais vu ça avant, ben bof quoi.

Link to comment
Share on other sites

Un bon article sur le site de Telerama:

Rêve de singe

 

King Kong, créature à la peau dure, a inspiré les cinéastes, nourri culte et légendes... Entre exotisme et fantastique, le primate reprend du poil de la bête grâce à Peter Jackson.

 

 

La scène se passe au printemps 2004 dans un appartement new-yorkais. Quelques jours plus tôt, Peter Jackson, 42 ans, a triomphé aux Oscars, remportant onze statuettes - autant que Ben-Hur et Titanic - pour le dernier volet du Seigneur des anneaux. Mais, ce soir-là, le cinéaste néo-zélandais est, de son propre aveu, « encore plus ému et excité » qu'il ne l'était pendant la cérémonie. Il a rendez-vous pour dîner avec une vieille dame, l'actrice principale du film qui lui a fait découvrir le cinéma quand il était enfant, événement qui a décidé de sa vocation : Fay Wray, la « fiancée » de King Kong, la jolie blonde que, soixante et onze ans plus tôt, un singe géant effeuillait délicatement dans sa paume...

 

Peter Jackson s'apprête alors à tourner « son » King Kong, résolument fidèle à l'original, et il tient absolument à ce que Fay Wray participe à l'aventure. « Je me suis lancé : est-ce que vous accepteriez un petit rôle, une apparition, une ligne de dialogue ? Vous n'auriez pas besoin de vous déplacer, on filmerait chez vous, devant un fond bleu, et on incrusterait ensuite la scène dans les décors... Du haut de ses 96 ans, elle m'a regardé intensément et, d'une voix très ferme, elle a répondu : "Non, Peter, il n'en est absolument pas question." » Naomi Watts, l'actrice blonde de Mulholland Drive, de David Lynch, assiste à la scène. C'est elle qui va reprendre le rôle d'Ann Darrow, la Belle kidnappée par la Bête. « Naomi a beaucoup appris au cours du dîner, poursuit Peter Jackson. Pas tant sur le King Kong original. Mais notre film se situe aussi en 1933, et Fay lui a raconté ce que c'était d'être actrice à cette époque : cette année-là, elle avait enchaîné douze films ; elle faisait elle-même son maquillage, et choisissait elle-même ses costumes. Un autre monde ! » Plus tard, le cinéaste renouvelle sa proposition : « Fay m'a pris le bras : "Vous savez, Peter, il ne faut jamais dire jamais." J'ai repris espoir... mais elle est morte quelques semaines plus tard. C'était la dernière survivante du premier tournage... »

 

Octobre 2005. Dans ses cosy studios de Wellington, Nouvelle-Zélande - meubles rustiques et épais tapis font autant manoir anglais que... maison de hobbit -, Peter Jackson se presse de terminer son film. On est à quelques semaines d'une sortie mondiale événementielle (en France, le 14 décembre), les médias s'affolent, et Hollywood compte sur ce « blockbuster d'auteur » pour sauver un box-office 2005 cauchemardesque. Des armées d'animateurs peaufinent encore les effets spéciaux sur des batteries d'ordinateurs. Kong est désormais 100 % images de synthèse. Mais, pour rendre la créature crédible, Peter Jackson a choisi d'améliorer la technique utilisée pour le personnage de Gollum dans Le Seigneur des anneaux. C'est le même comédien, Andy Serkis, qui a « joué » Kong, ses expressions étant saisies par des capteurs ultrasensibles, et intégrées aux programmes informatiques. Est-on si loin de l'artisanat des années 30 ?

 

Comme l'a dit Ray Harryhausen, maître ès effets spéciaux et disciple de Willis O'Brien, l'homme qui a conçu le premier Kong : « A l'époque de King Kong, la RKO [qui produisait le film, NDLR] ressemblait à un laboratoire d'alchimistes cherchant à créer le parfait "homunculus", c'est-à-dire l'homme artificiel. Cet homunculus, c'était Kong, à qui le tournage image par image donnait vie. » Si le film, qui ressort en DVD dans une belle édition (1), a gardé sa magie, c'est sans doute, paradoxalement, grâce à cet aspect artisanal, presque bricolé, des effets spéciaux d'alors. Les mouvements du singe et des créatures fantastiques qu'il combat - un bestiaire préhistorique tout droit tiré du Monde perdu, de Conan Doyle - sont parfois saccadés, mais cet aspect mécanique finit par prendre une étrange dimension poétique. Les trucages photographiques (surimpressions, juxtapositions d'images) sont, eux, incroyablement précis et inventifs, à l'image de certains décors peints sur verre, influencés par l'esthétique fourmillante de Gustave Doré.

 

Mais ce que suggère avant tout le premier King Kong, c'est que le cinéma - au sein d'un monde de plus en plus balisé - est l'ultime « terra incognita », le dernier terrain d'aventures. A la fois pour ses créateurs et pour ses spectateurs. Les deux signataires du film, Merian C. Cooper (1893-1973) et Ernest B. Schoedsack (1893-1979), ont longtemps été eux-mêmes de vrais aventuriers. Les deux hommes se sont rencontrés à Vienne, en Autriche, au lendemain de la Première Guerre mondiale : aviateurs, ils ont tous deux combattu auprès des Polonais contre le danger bolchevique. Ils se retrouvent ensuite à bord du yacht d'un ami explorateur. Schoedsack, qui a une formation de cameraman, se voit en ethnocinéaste à la Flaherty, l'auteur de Nanouk l'Esquimau. Le duo filme une tribu de Pygmées, puis des cérémonies célébrant l'accession au trône du ras Tafari, le futur négus. La pellicule ne survit pas à l'explosion accidentelle du yacht, mais le pli est pris.

 

En 1924, les deux cinéastes tournent dans le désert irakien leur premier long métrage : un docu-fiction, Grass, sur la transhumance d'une tribu, les Bakhtiaris. Plus tard, ce sera Chang, en Thaïlande, où tous les moyens sont bons - même les plus périlleux - pour filmer des animaux sauvages. Avant d'être l'histoire d'un singe géant amoureux d'une ingénue, King Kong raconte l'obsession d'un cinéaste, un certain Carl Denham, en quête d'une île mystérieuse aux créatures inconnues. Et celui-ci, prêt à filmer en douce rites sacrificiels ou bébêtes enragées, est un fidèle portrait de Merian Cooper ; Schoedsack aurait plutôt inspiré le personnage secondaire de Driscoll, aventurier beau gosse pour qui craquera in fine (en lieu et place du grand singe) la blonde Ann Darrow.

 

« Les années 30 sont une période charnière, explique Peter Jackson, c'est la dernière période où l'on peut encore croire aux îles mystérieuses, aux contrées inexplorées. A l'époque, certains cinéastes ont gardé l'esprit des pionniers, des forains, dont la vocation était de rapporter des images extraordinaires ou exotiques. » Dans la version 2005, c'est Jack Black - jusque-là vedette de comédies, comme L'Amour extra-large, des frères Farrelly - qui sera Carl Denham. « Pour l'aiguiller, je lui ai donné deux pistes : Franck Buck, explorateur et cinéaste animalier, qui montait de véritables shows, quelque part entre Barnum et le National Geographic ; et le jeune Orson Welles, celui du Mercury Theatre, ou de l'adaptation radio de La Guerre des mondes, qui avait choqué l'Amérique... »

 

Pour évoquer le plaisir que lui procure encore le premier King Kong, Peter Jackson utilise le substantif anglais « escapism » : il vante le « pouvoir d'évasion » du film. D'une certaine façon, le King Kong original était, pour ses auteurs, à la fois un exercice de nostalgie - regard attendri sur leurs propres aventures - et une réflexion inconsciente sur la toute-puissance du cinéma : l'aventure est désormais dans l'illusion de l'aventure... Cooper et Schoedsack, animant patiemment singes, stégosaures, ptérodactyles, en ont d'ailleurs rajouté dans le spectaculaire. Auteur de King Kong : The history of a movie icon, from Fay Wray to Peter Jackson (à paraître dans quelques jours), Ray Morton détaille les scènes que Cooper a tournées puis finalement ôtées de son film, craignant que le public les juge trop effrayantes : « A la poursuite de Kong, les hommes de Denham tombaient dans un gouffre où plusieurs créatures les dévoraient vivants ; plus tard, Kong combattait trois tricératops, et Fay Wray était menacée par un serpent géant... » Scènes à jamais disparues, au grand regret des fans et des historiens du cinéma. Au vu d'une demi-heure du nouveau King Kong en cours de finition, Peter Jackson paraît en avoir retrouvé l'esprit : ainsi cette poursuite spectaculaire où des dinosaures poursuivent des hommes terrifiés - certains d'entre eux finiront implacablement piétinés. A l'heure du politiquement correct, le film retrouvera-t-il la brutalité du premier King Kong ? Le soin porté à la reconstitution semble un de ses atouts : l'action se situe pendant la Grande Dépression, et c'est - comme dans l'original - le chômage et la faim qui poussent Ann Darrow à accepter l'offre de l'étrange et dangereuse expédition. Nul doute que l'époque rentrera curieusement en résonance avec la nôtre...

 

Les fans de King Kong se sont toujours partagés en deux camps : ceux qui raffolent des aventures fantastiques exotiques ; et ceux qui privilégient l'histoire d'amour, ou la symbolique sexuelle : une version terrifiante de La Belle et la Bête, ou plus exactement une vision du mâle dominant, perché au sommet d'un building phallique, vaincu par une société castratrice. King Kong serait alors un film surréaliste, et un conte d'« amour fou ». Dans un numéro spécial de la légendaire revue Midi-Minuit Fantastique (octobre-novembre 1962) consacré au primate, Jean Ferry explique : « Les professeurs de paléontologie américains ont peut-être dessiné pour Hollywood les maquettes des monstres préhistoriques, leur père spirituel ne s'en appelle pas moins Max Ernst. » Cette piste n'intéresse que modérément Peter Jackson, qui croit à une forme de réalisme. « L'histoire est propice à de nombreuses interprétations : sexuelles, raciales, etc. Tous ces éléments sont présents dans notre version, mais aucun n'est mis en avant. Moi, je vois Kong comme le dernier de sa race ; il vit dans un endroit d'une sauvagerie inouïe, depuis des années, il se bat chaque jour pour rester en vie ; Ann Darrow est la première créature avec laquelle il a un contact autre qu'hostile. Mais Kong reste une bête sauvage. Je ne voulais surtout pas l'humaniser, en faire un personnage à la Disney. »

 

Une abondante littérature est née de King Kong, de ses innombrables suites ou dérivés (du Fils de Kong à Mon ami Joe), y compris de son médiocre remake (réalisé en 1976 par John Guillermin, avec Jessica Lange en très ravissante idiote). On jauge, on compare, on propage la légende - on a longtemps raconté que le premier Kong était un acteur vêtu d'une peau de bête, ou que Willis O'Brien avait conçu un robot haut de 6 mètres... Efficacité du récit, goût du sensationnalisme, attirance pour les grands singes - nos cousins et nos doubles -, les raisons de l'engouement ne manquent pas. Sur le Net, on tape les deux mots, et les sites défilent, à commencer par kongisking.net, où l'équipe du nouveau King Kong a rendu compte du tournage, quasiment jour par jour. « L'unique raison pour laquelle je me suis lancé dans cette aventure est que je suis fan, ajoute Peter Jackson, et que les jeunes générations, qui ne veulent plus voir de films en noir et blanc, ne connaissent pas King Kong. » La passion du cinéaste ne date pas d'hier. Dans sa maison de Wellington, il a installé quelques éléments originaux du film de 1933, acquis à prix d'or. Notamment les maquettes originales du stégosaure, du brontosaure et du ptérodactyle qu'affrontaient Kong. Elles voisinent avec un Empire State Building en carton, et un Kong en fil de fer, caoutchouc et fourrure de renard, « en voie de décomposition », deux reliques qu'un cinéaste en herbe, âgé de 12 ans, avait patiemment assemblées. Une trentaine d'années plus tard, le rêve de gosse promet de ne pas manquer d'allure.

 

(1) (1) Double DVD aux éditions Montparnasse, avec des bonus intéressants. Universal prépare en zone 1 une édition qui promet d'être également riche en bonus.

 

 

Aurélien Ferenczi (envoyé spécial en Nouvelle-Zélande)

Link to comment
Share on other sites

Jackson est un réalisateur largement surestimé.

Ok il m'a bien fait marrer avec ses extraterrestres motherfucker quand j'avais 15 ans, mais il m'a aussi bien emmerdé avec son "fantômes contre fantômes", ou l'art de la surenchère sans ressort de mise en scène.

Ses films n'arrivent jamais à me captiver, il manque toujours un petit quelque chose.

Et quant à "heavenly creatures", d'autres ont fait bien mieux sur le même thême avec "virgin suicide", "donnie darko" ou "memento mori"

 

Un film vraiment pas attendu en ce qui concerne.

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...