Jump to content

Milk - Gus Van Sant (2008)


Benj
 Share

Recommended Posts

Le film retrace les huit dernières années de la vie d'Harvey Milk. Dans les années 70, il fut le premier homme politique américain ouvertement gay à être élu à des fonctions officielles, à San Francisco en Californie. Son combat pour la tolérance et l'intégration des communautés homosexuelles lui coûta la vie. Son action a changé les mentalités, et son engagement a changé l'histoire.

unu-9vM9VZw&

 

bon bah voilà sans plus.

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé le film très bon même si Gus s'éternise un peu trop et oublie de parler de quelques points importants (d'après ce que j'ai compris c'est lui qui a crée le drapeau arc en ciel) mais au final il reste une belle page de l'Amérique et surtout un Sean Penn hallucinant de justesse. A un moment je me suis dis "merde qui joue se rôle' pour m'apercevoir en une demi seconde que je le savais mais juste qu'il est son personnage jusqu'au bout des ongles.

Link to comment
Share on other sites

Milk est aussi du déjà vu dans le genre biopic.

Puis je sais pas, l'histoire ne m'a pas plus marqué que ça, le mec n'est pas non plus exceptionnel.

A part Penn qui joue bien, l'histoire est fadasse.

Link to comment
Share on other sites

Un biopic c'est toujours la même chose de toute façon. On prend un mec, il va galérer et à la fin réussir et peut être mourir. Un boipic sur un mec chiant c'est rare quand même Donc oui ils se ressemblent tous. Après c'est le sujet et justement le combat sur les droits civiques et la reconnaissance des homos. C'est la charnière entre 2 modes de société. 2 visions de la famille, de l'Amérique. Comme Malcom X raconte la même chose mais du côté des noirs.

Après c'est vrai que le réal englue parfois son sujet et l'étire au maximum ...

Link to comment
Share on other sites

les propos virulents d'Anita Bryant et les images d'archives du début du film sont les seuls choses qui peuvent toucher quelqu'un concernant la discrimination contre les gays, mais j'ai trouvé ça un peu trop soft pour que le message du film fonctionne à fond.

j'aurais aimé plus de violence mais c'est peut être parce que je suis taré.

Link to comment
Share on other sites

M'ouais m'ouais...Sean Penn (fils d'Arthur ?) est excellent c'est vrai, Anita (la fille de Dany ?) est sublime de perversité (ah cette haine du gay c'est quelque chose ), Gus aussi sort une fois de plus de l'ordinaire et fait du biopic différent de ses collègues...j'ai trouvé tout ça un peu long quand même et bavard aussi tiens...avec une scène contemplative (le coup de fil à 2h du mat) sur la fin qui a fini de m'achever...

Le titre français est "Harvey Milk".

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Le problème des biopics c'est que c'est souvent un acteur super connu qui joue le rôle du personnage historique hyper connu et que la symbiose qu'exige cet exercice fonctionne rarement, on est toujours face à "Untel joue untel dans un rôle-de-composition", et dans le genre, MILK atteint des sommets.

Durant ces deux heures et des poussières, je n'ai pas vu un Harvey Milk de fiction/substitution, mais "Sean Penn qui joue Milk en ayant regardé des heures et des heures de documents sur le personnage en tentant de copier sa façon de parler et de bouger".

 

J'ai regardé jusqu'à la fin parce que c'est une partie de l'histoire de l'Amérique que je connais mal (et parce que j'avais pas sommeil), mais j'ai franchement trouvé ce film mollement ennuyeux...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Je suis toujours bon client des biopics, et j'aime bien le style de Van Sant, et j'aime bien Sean Penn et je ne connaissais rien de Milk avant de regarder ce film, du coup j'en ressors un peu moins con qu'avant, c'est toujours ça de pris. Tout cela est très positif, le film est efficace et Penn est réellement bluffant. Mais la remarque de Ouine Murray est juste, il est vrai que je n'ai jamais réellement pu faire abstraction du fait que je regardais Penn faire une perfo et on sent la masse de travail en amont pour parvenir à ce degré de mymétisme. Et à aucun moment je n'ai pu faire abstraction de Penn au profit de son personnage. On ne peut évidemment pas le lui repprocher, effectivement, si Milk avait été incarné par un sombre inconnu (et en admettant qu'il ait été aussi bon) le résultat aurait certainement plus efficace - et le film moins rentable.

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas vu "MILK" mais j'ai eu ce problème avec Penn dans le dernier P.Sorrentino, où je ne voyais pas une rock star vieillie, mais "Sean Penn qui nous fait sa performance à Oscar en rock star vieillie", ce qui est assez gênant sur la durée d'un film...

Link to comment
Share on other sites

c'est marrant, j'avais justement peur de ça... et en fin de compte perso j'ai complètement oublié Sean Penn ce qui est la véritable performance du film.

 

Pareil ! Et pourtant Sean Penn j'ai vraiment du mal, j'y suis allé à reculons et finalement j'ai été bien immergé dans l'histoire et la performance de Sean Penn m'a semblé juste bien ce qu'il fallait.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...