Jump to content

Reykjavik Whale Watching Massacre - Júlíus Kemp - 2009


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Le festival de Gerardmer de cette belle année semblait annoncer un vrai vent de nouveautés et de folie du côté des pays du Froid : le film de Julius Kemp, avec ses pêcheurs sadiques, ne déroge pas la règle.

 

Gunnar Hansen et sa barbe inside.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

 

 

 

Un groupe de touristes se rendent sur le Poseidon, un petit bateau de pêcheurs à priori sans importance. Mauvaise pioche : les loups de mer sont en liaison avec un autre bateau qui ne chasse pas que de la baleine...

 

Transposer Massacre à la tronçonneuse sur mer, c'est en effet aussi affriolant que risqué, étant donné la vague assez conséquente de survival qui gravitent à droite à et à gauche. Alors certes, ce n'est pas franchement à la hauteur du Hooper, mais ça reste inespéré : les protagonistes sont déjà à la base plus inhabituels que le tout venant (des japonais et leur guide, une veuve, trois vieilles filles, un français insupportable, une petite blonde malchanceuse...) et la réalisation tient bon d'un bout à l'autre (rythme alerte, belle photographie, MAGNIFIQUE musique de Hilmarsson...). Mieux encore, le film ne tombe jamais dans l'ecueil torture porn qui lui tombe sous la main : on est clairement dans un pur survival marin, avec un jeu de cache-cache jouissif et des morts très graphiques (décapitation, harponnage, marteau planté en pleine tête...).

Les motivations des tueurs sont un peu flous, mais les autres perso sont loin d'être tous propres. Une excellente surprise !

Link to comment
Share on other sites

Mouais, pas convaincu pour ma part. Désolé si ça choque Dpg d'avoir un avis contraire à Jeremie. J'espère que tu ne m'en voudras pas trop.

 

Perso j'ai trouvé ça pas mal chiant avec des personnages à la con. Déjà il faut 30bonnes minutes pour commencer. Effectivement le fait de propose des personnages venant de pays divers est intéressant. Mais se sont quand même des quiches. Et je ne parle pas de la blondasse qui est là pour le quota nichons. Après l'attaque des 3 zonards, ils réagissent comme des glands et ça commence à me gaver ce genre de film où les personnages sont incapable de lutter un minimum. Où qu'ils se laissent tuer comme des cons. Surtout que les mecs en face n'ont pas l'air fute fute. Entre une vieille femme avec un harpon, un fils complétement con et qui en prend littéralement plein la gueule comme un con et l'autre barbu, franchement les mecs auraient pu leur mettre une grosse branlée. Mais non, on se tape un film de couloir avec une histoire parallèle qui parasite complétement le film (la japonaise) et une dernière partie complétement à la ramasse. Reste quelques morts sympa mais sans plus et une belle photo déjà vue des centaines de fois dans des films se voulant en couleur "naturelle".

 

Rien de bien glorieux ...

Link to comment
Share on other sites

Des quiches, oui, c'est clair, mais tout le monde ne s'appelle pas Rambo Faut voir à quel point la situation se bouscule quand ils arrivent sur le bateau, donc pour les mauvais réflexes, je peux comprendre : et encore, je trouve que chaque personnage réagit assez différemment pour que ce soit "crédible" (la fuite, recherche d'arme, trouver une cachette...). Et pour la famille, le bossu est pas une lumière c'est clair mais les autres sont pas rassurants quand même

Dommage pour le rythme, je le trouve pas vraiment handicapé de ce côté là, bien au contraire...

Link to comment
Share on other sites

pas contre j'ai bien aimé ce que faisait la japonaise. Là c'était un peu plus travaillé je trouve. Un bon personnage contrairement aux autres et surtout face à la blondasse à poil qui se fait littéralement cracher dessus tout le film...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Mouais, pas convaincu non plus, l'idée de base est bonne, mais le scénario est écrit avec les pieds. J'ai trouvé les personnages mal amenés... 30 minutes d'intro pour ça?? En fait, il n'y a quasiment aucune introduction des personnages, leurs traits de caractères ne sont jamais définis (même le beur alcoolo qui parle anglais avec un accent français lui-même emprunt d'un fort accent britannique... mouahahaha) et l'action est plutôt mal menée, sans aucun effet de surprise. Comme Stéphane, pour moi seule la japonaise apporte quelque chose. Je n'ai pas passé un mauvais moment, mais j'ai été très déçu par la platitude générale de la chose.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 5 months later...
 Share

×
×
  • Create New...