Jump to content

Une nuit - Philippe Lefebvre - 2012


kevo42
 Share

Recommended Posts

 

35t8dIYKeW8

 

 

Le nouveau brulot du cinéma policier hexagonal.

 

Le comissaire Simon Weiss (Roschdy Zem) travaille pour la brigade des moeurs. Il a beaucoup de soucis. Les gratte papiers de l'IGS veulent sa peau, ses amis risquent de le trahir à tout moment, notamment son meilleur pote de toujours Tony Garcia (Samuel Le Bihan). Alors, avec sa coéquipière d'un soir (Sarah Forestier), il va faire le tour des boîtes, et essayer d'y voir plus clair dans le noir.

 

 

Mon avis :

 

Bon, c'est pas génial génial. Le réalisateur vient de la télé, et malgré la volonté de construire une belle ambiance de Paris la nuit, ça se sent un peu : beaucoup de caméra porté à l'épaule pour rien, des plans un peu crades, ce genre de chose.

Surtout, on sent l'influence énorme de deux mastodontes de la création :

- Collateral pour l'aspect mec taciturne avec un chauffeur qui comprend tout de ce qu'il fait parce qu'il se cache pas trop, qui fait le tour d'une ville, proposant un portrait en creux de celle-ci.

- Paris Dernière pour l'aspect on fait le tour des boîtes à partouze et bar à champagne avec Samuel le Bihan et son beau sourire. Y a même un caméo de Thierry Ardisson.

 

Le scénario est nébuleux, mais comme il y a que deux personnages et demi, on comprend quand même.

Les dialogues sont quelque part entre la philosophie de comptoir ("La nuit, c'est la vie à l'envers", avec un featuring de Richard Bohringer à la fin), et le polar Olivier Marschall ("t'as essayé de m'enculer mais c'est moi qui t'encule").

On s'ennuie un peu.

Les acteurs sont très bien, même si Sarah Forestier a un peu de mal quand il y a du texte.

La fin est nulle.

 

Bref, c'est pas extraordinaire, c'est pas vraiment nul non plus. On s'en fout un peu, en fait.

Link to comment
Share on other sites

De manière étonnante Samuel Le Bihan est plutôt classe dans le film. Le jeu des acteurs est vraiment pas le souci.

 

Et Sarah Le Forestier, c'est l'actrice que j'ai pu voir en vrai qui m'a fait la meilleure impression : spontanée, drôle, et franchement mignonne. Après, elle est pas toujours super actrice, mais là, elle est plutôt cool, et dans le nom des gens elle était vraiment bien.

 

Ce que j'apprécie c'est qu'elle a pas de langue de bois : hier, les gens lui demandent pourquoi elle a fait le film, et elle a répondu qu'elle aurait bien voulu enchaîner sur une autre comédie, mais que les comédies qu'on lui a proposé la faisaient pas rire, donc elle a préféré faire autre chose.

Link to comment
Share on other sites

 

Ca se suit bien, sans jamais coller au siège.

Je pense que c'est typiquement le film dans lequel ce qui est pour les un un défaut sera une qualité pour d'autres. Par exemple, j'ai bien aimé la construction du récit, on ne peut plus simple: un trajet en bagnole/Forestier sert à rien >> une boite >> un trajet/Forestier sert à rien >> une boite >> un trajet/Forestier sert à rien, etc... Avec à chaque arrêt boite, une info supplémentaire sur les persos ou l'intrigue. J'ai surtout bien aimé au début, car ça lasse un peu sur la longueur, il aurait peut être fallu casser le rythme à un moment. Par contre j'imagine aisément que cette construction puisse gonfler(notamment en effet le côté Paris Dernière), notamment lorsque Weis va rencontrer 5 fois le même type, dans 5 endroits de Paris différents, pour lui parler 3 minutes à chaque fois (mais bon, c'est un classique du film de gangsters; ils sont pas logiques ces gens là).

Après, on a le fait que Weis semble toujours tout contrôler; même s'il cherche des infos, il sait toujours comment les obtenir. Ca lui donne une certaine envergure, mais en même temps on ne le sent jamais en danger...

Enfin ya le récit lui même, tout sauf spectaculaire, et ceux qui sont venus chercher de l'action en seront pour leur frais. A y regarder a posteriori, le titre donne d'ailleurs un indice. Ca aurait presque pu s'appeler "Une nuit comme tant d'autres"(presque hein, il se passe quand même des trucs!!). Mais on a le sentiment que ce qui intéresse le réal, c'est de nous embarquer avec ce flic pendant sa nuit, de nous montrer les dessous, plus que l'intrigue policière à proprement parler. Ca a indéniablement son charme, mais c'est aussi un peu trop pépère sur la longueur. D'ailleurs, peut être qu'un des défauts du film, c'est de la jouer un peu tendu au départ (notamment avec la musique lors des trajets en bagnole), alors qu'au final c'est une nuit presque banal qu'il nous raconte. Peut être aurait-il fallu aller plus dans le côté polar, ou plus dans le côté "quotidien d'un flic".

Mais ouais, on s'en fout un peu.

Link to comment
Share on other sites

M'ouais "bien sans plus".

Je crois qu'au départ et au vu de la BA je m'attendais à plus de crousti-crousti. C'est vrai que le film reste plongé dans le quotidien banal d'un flic de la mondaine.

D'ailleurs tous les patrons de boite sont-ils des maffieux ?

La quasi totalité du méga budget du film est sans doute passé en clopes.

 

Moi j'ai trouvé chouette la chute, histoire de dégager une scène marquante de l'ensemble.

Paris est bien rendu et comme le dit si bien Weiss "c'est beau une vieille la nuit" (avec Bohringer qui montre sa trogne).

Link to comment
Share on other sites

Dans le débat qui a suivi le film, un spectateur a demandé si, en allant en boîte, on finançait le milieu. Le flic qui a servi de consultant pour le film, dit que non, que c'est très très contrôlé, et que ce sont juste des entrepreneurs. On a le droit de pas tout à fait le fait le croire.

 

Après quand on voit le personnage de Tony Garcia, on voit que c'est pas un mafieux, mais il a certaines accointances selon les circonstances.

Link to comment
Share on other sites

Je rejoins à peu près tous les avis qui précèdent, donc je vais pas tout recopier dans le "ouais c'est pas mal, mais bon, c'est pas dingue...".

 

J'ai quand même trouvé ça un peu long, un peu mou, un peu linéaire, et un peu cousu de fil blanc

sans déc, même moi qui grille JAMAIS rien aux fins des films, je l'ai vu venir à des km que Forestier allait être de l'IGS !! Puis pour un mec qui se sait surveiller par les bœufs carottes, on peut pas dire que le père Roschdy prend bp de précautions. Bref...

. Mais bon, j'ai pas détesté pour autant, Zem est bien, on voit plein d'endroits qu'on connait, et pour une fois ils ont gardé tous les vrais noms, donc j'ai trouvé ça sympa... J'ai pas envie d'être méchant avec le film, mais il y a quand même trop de petits défauts en tous genres qui, mis bout à bout, empêchent l'ensemble d'être vraiment marquant... Pas désagréable, une sorte de "Paris by night pour les Nuls" mais tout de même mineur et que j'aurais surement vite oublié...

Link to comment
Share on other sites

Un peu comme tout le monde ici: cela se regarde sans bâillement, un peu mou du genou et un poil de tension. Après coup, je me dis que sa nuit est tout de même bien remplie et qu'il aurait plutôt dû appeler son film La nuit et pas Une nuit.

Le Bihan très bof du début à la fin, Zem parfait mais attention les dents jaunes, Forestier, sympathique gros yeux attentifs.

Se faire baiser, à répéter en cinq et dix fois, énervé, soit pour se vanter de ne pas l'être, soit pour impressionner son interlocuteur: un nouveau tic de langage du film de gangster français?

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...