Jump to content

Intruders - J.C. Fresnadillo - 2012


DPG
 Share

Recommended Posts

Deux enfants, un garçonnet en Espagne, une fillette en Angleterre, partagent les mêmes cauchemars étranges, qui se muent en apparitions, mettant en danger leurs vies et celles de leurs proches...

 

Nouvelle pierre dans la filmo plutôt prometteuse de Fresnadillo, voilà un film sorti en salles chez nous la semaine passée dans l'indifférence la plus totale et avec un accueil presse plutôt tiède... Bravant tous les dangers, le froid et ma flemme, je me suis déplacé jusqu'au Publicis, salle refuge parisienne pour les films dont personne ne veut ! Verdict : C'est pas si mal !

 

J'ai même trouvé ça plutôt sympa. Ça vient peut être du fait que j'en attendais pas grand chose, je ne sais pas, mais j'ai été agréablement surpris. Le film n'est pas pour autant un chef d’œuvre, ni même exempt de défauts, mais j'ai trouvé ça plaisant. Le récit fonctionne plutôt bien, malgré un sérieux coup de mou en cours de route. L'ambiance est intéressante, un mix de plusieurs univers, de plusieurs influences, qui arrive à créer un vrai climat digne des contes enfantins les plus noirs auxquels l'histoire fait référence. Certaines scènes font sursauter, je ne parle pas de sommets d'effroi ou de trucs jamais vus, juste une petite flippe classique mais efficace. Il y a des bonnes idées dans la construction, dans la progression, et même les quelques défauts qu'on pourrait trouver

à savoir que l'histoire espagnole est un peu laissée de côté par rapport à l'anglaise

s'expliquent finalement une fois le film terminé. C'est bien foutu, bien joué, avec une mise en scène classe et un côté hispano-américano-anglais qui fonctionne bien et amène une vraie personnalité à l'ensemble. Voilà, quelques petits défauts, quelques facilités, un petit air de déjà vu et un problème de rythme en cours de route, mais aussi un film généreux, prenant, divertissant, avec un vrai univers visuel, bref, une bonne petite série B, sans prétention mais emballée avec conviction !

 

Hop, l'affiche espagnole qui est plus classe que la française !

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Vu aussi, et assez d'accord c'est un petit film bien sympa, bien réalisé, avec un scénar' qui se veut peut-être un peu trop malin mais bon, on passe un bon moment dans l'ensemble, même si une réplique apparemment anodine vers le milieu m'a fait penser à la thématique de 28 SEMAINES PLUS TARD, et que du coup j'ai deviné que l'origine de tout ça devait venir de... (pas de spoiler,ah, ah), donc en plus ça m'a fait me sentir intelligent, ça me change...

 

Et en tant que fan de jeu vidéo il y a un côté "promo PSP" qui m'a bien fait rire en plus, bref à voir au moins une fois tard le soir si vous aimez les histoires de croquemitaines cachés dans les placards...

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 2 weeks later...

mon dieu c'te bouse!

si ce n'était pas la flemme du lendemain du cuite, j'aurais certainement trouvé le courage de me lever du canapé pour mettre un terme à mon calvaire.

non seulement le monstre est en images de synthèse toutes moisies, non seulement on a l'impression de l'avoir déjà vu 1000 fois, mais en plus il ne se passe QUE DALLE.

l'histoire patine dans la semoule dès les premières minutes et comme si c'était pas suffisant, ils nous mettent en parallèle une autre histoire... qui raconte la même chose et qui tourne elle aussi complètement en boucle.

c'est avec un sentiment de libération qu'on accueille le dénouement où l'on se rend compte que, pour que cette histoire tienne debout, il faut que 1) le père soit amnésique, 2) lui et sa fille partagent un trouble psychiatrique rarissime et 3) la grand-mère aussi soit timbrée... ok...

fresnadillo, t'es gentil mais va te faire mettre la prochaine fois.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...