Aller au contenu

True Detective (2013) Nic Pizzolatto


Messages recommandés

 

Le nouvel événement de HBO donc.

Nous voilà en 2012 : deux vieux de la vieille de la criminelle sont interrogés sur une affaire datant des 90's. Une prostituée fut retrouvée attachée à un arbre, le tout mise en place comme un hypothétique meurtre sataniste. Martin, le bon pater et Rust, le cerveau torturé sont sur la piste...

 

Si ça vous rappelle un peu Twin Peaks, c'est normal : cadavre de jeune fille retrouvée dans des circonstances bizarres + un tandem dysfonctionnel + un patelin paumé. A cela on rajoute une ambiance dépressive évoquant parfois les séries de Chris Carter (Millenium en l’occurrence).

Je vais laisser encore un peu de chance au show, mais il faut avouer que l’expérience est particulière : c'est très froid, très gris, très "rigide" (jusque dans l’interprétation), très lent. Faut aimer. Récit plutôt casse-gueule (une histoire de serial killer sur toute une série ?), mais une réalisation très soignée.

 

Par contre c'est quand même le plus beau générique du monde

 

FxXRkqXfhYM

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que c'est trèèèèèèèèèèèèèèèès lent et que Matthew McConaughey concourt pour l'Oscar du meilleur acteur. Parce que putain il est dans son rôle jusqu'au bout et parfois c'est limite si c'est trop.

Mais l'ambiance est là, le duo est bien travaillé et bien écrit ... faut voir ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est qui ?

 

Alexandra Daddario, la copine de Percy Jackson !

 

Bon sinon je me suis enchaîné les deux premiers épisodes hier et j'accroche bien pour le moment. Visuellement déjà ça claque, évidemment c'est du HBO, on sent la thune à l'écran.

 

J'aime bien l'ambiance sudiste white trash, la lenteur des épisodes, l'ambiance étouffante que la série dégage... Le casting est aux petits oignons et Matthew McConaughey va l'avoir, son Emmy Award.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Effectivement, le rythme est assez particulier, l'histoire se développe lentement mais un épisode d'une heure se déroule sans peine ni ennui, c'est assez fort. C'est bien écrit, j'adore le jeu bien clinique des acteurs : S'il n'y avait pas Matthew McConaughey, on se croirait presque dans un documentaire. Bien vu pour l'aspect qui évoque par moments Chris Carter, Millennium étant l'une de mes séries préférées. Le côté Amérique profonde, crime et communautés de fondus me fait carrément, par courts moments ,également penser à quelques loners d'X-Files, juste pour l'esprit je précise. Je pense notamment à l'épisode "La Meute", hautement malsain.

 

Bon, bref, ce ne sont que les trois premiers épisodes, mais il y a peut-être des chances qu'elle puisse buter cette série.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...

Pas sûr d'aller au bout de la saison. En d'autres termes : rejet

Je dois être un peu seul sur le coup et j'ai laissé quelques chances à la série, mais tout ce qui me gêne l'emporte sur les rares bons trucs (en l’occurrence l'épisode de l'assaut, qui est vraiment gonflé). J'ai juste l'impression de voir un Derrick Américan joué par des mecs avec une patate dans la bouche, et puis avec un rebondissement par épisode pour calmer tout le monde et justifié la lenteur insupportable du truc. Au pire, on dirait juste un film policier qui étire à bloc toutes les scènes les moins intéressantes.

Voilà

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas tout à fait comme Jérémie mais quand même.

C'est quand même un épisode d'une série qui s’étale sur je ne sais combien d'épisode. Alors ok c'est plus développé, ok c'est bien écrit avec des monologue qui dure 5mn et qui sont parfaits.

Mais bizarrement on s'emmerde pas surtout si on a fumé un petit joint avant. C'est superbement bien écrit et ça part loin des scènes ciselées parfaitement (quand woody va éclater les 2 jeunes en prison)

Faut vraiment pour rentrer dedans, parce qu'il y a une vraie ambiance, des décors de folies, des plans aériens magnifiques et putain les acteurs ... quand même quoi ça envoie du paté.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

*SPOILS*

 

Un poil déçu par ce dernier épisode. Il n'est aps mauvais, mais j'attendais quelque chose d'énorme... Et c'est au final un des plus faibles épisodes de la saison. Certes, la résolution d'une saison est toujours le plus délicat, mais Rust qui fait preuve d'optimisme sur la toute fin, merde, c'est quoi ce bordel!!???

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...

Ouais pareil. C'est bien mais d'une part, j'ai eu du mal à accrocher aux personnages assez extrêmes dans leur traitement (un bon duo de connards) et d'autre part, le dénouement est tellement classique que ce genre d'intrigues ne se fait plus depuis le début des années 2000

 

Sinon j'ai regardé Massacre à la Tronçonneuse juste après, on sent que c'est une influence majeure (jusqu'à certains noms).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...
  • 4 months later...

Alors, d'abord, la jaquette du dessus est un collector que toute personne de goût se doit d'absolument posséder.

Concernant la série en elle-même, je me reconnais un peu dans tous les avis, l'ensemble naviguant, selon les moments, entre le high level et le franchement casse-burnes.

 

PLEIN DE SPOILERS :

 

Le show est ambitieux (ça m'a un peu fait penser à un Hannibal auteurisant), c'est bien - même s'il lui arrive d'hélas bien souvent dériver vers le sentencieux, voire le prétentieux.

D'autant que le tout se montre très littéraire et, en gros, trop théorique : McConaughey qui passe son temps à déclamer, d'un air fort concerné, ses aphorismes nihilistes et torturés sur l'existence, c'est pas franchement finaud et ça lasse un peu au bout de quelques épisodes...

Peut-être aurait-il fallu quelqu'un pour un peu cadrer Pizzolatto (auteur complet du show si j'en crois le numéro de So Film consacré à HBO) et le recadrer un poil en l'empêchant d'à ce point, par instants, tomber dans le syndrome Ghost in the Shell 2...

 

Après, c'est fort bien tenu de quasi un bout à l'autre.

Y a une petite musique, sombre et entêtante, qui donne à chaque fois envie de mater la suite. Et puis acteurs et bande-son au top : on est bien chez HBO et certaines fins d'épisodes (comme celle du 4) atteignent tout juste la perfection.

Dommage, une fois encore, que le segment final se montre timoré et si classique par rapport à ce qui précède et laisse, du coup, un sentiment de frustration...

Sans compter cette scène finale, pas mauvaise en soi mais qui retourne complètement la personnalité de Rust. (après, pourquoi pas, après tout ? Mais c'est surtout que c'est, en ce cas, fort mal amené)

 

En gros, je pense que la parfaite bannière pour décrire le tout pourrait être

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...