Jump to content

Peur sur la ville d'Henri Verneuil (1975)


Dragonball
 Share

Recommended Posts

"Peur sur la ville"

 

 

 

Après plusieurs appels téléphoniques anonymes, plusieurs femmes sont tuées. Le commissaire Letellier enquête, et grâce à un oeil de verre brisé, il retrouve la piste de l'assassin.

 

source : Allociné.

 

Voilà, un petit thread rapide en soutien à Bebel sur un des meilleurs films de sa carrière, riche en oeuvres fortes et variées.

 

Une sorte de réponse française à "Dirty Harry", sortie quelques années plus tôt, ou là aussi, on suit le parcours d'un policier traquant un sérial killer s'attaquant aux femmes qu'il juge un peu trop dévergondées.

 

Cependant, si la force de Dirty Harry réposait surtout sur le personnage ultra charismatique joué par Clint Eastwood, celle de "Peur sur la ville", si

elle s'appuie bien entendu sur la gouaille de Bebel, repose aussi beaucoup sur la personalité de son Sérial Killer (beaucoup plus charsimatique que la petite frappe faisant office de bad guy dans Dirty Harry).

 

On a ici affaire a un homme au look vraiment térrifiant (il m'avait limite traumatisé étant petit) et completement psychopathe. Un adversaire de choix pour Bebel.

 

Le film, construit autours de l'hostilité qui va naitre entre les 2 hommes, est passionnant de bout en bout et se termine en apothéose par un combat bien violent à main nue. (Avec un flingue, ça aurait été trop facile ! )

 

 

Un classique.

Link to comment
Share on other sites

Le bad guy de Dirty Harry "Scorpio" est qd meme un cran au dessus de la petite frappe selon moi. Sinon si le film de Verneuil se réfère à celui de Siegel, l'affiche elle est clairement pompée sur celle de "Bullit" (ils ne s'en sont d'ailleurs jamais caché) et c'est la 1ere fois (sf erreur) où le nom de Belmondo était mis en énorme comme cela et comme ça sera fait constamment par la suite.

Sinon superbe film, Minos est effectivement un méchant impressionant, surtout que Bebel court surtout un autre criminel pdt la moitié du film (Marcucci je crois). Le duo formé avec Charles Denner fonctionne à merveille, la zik de Morricone est terrible (et le thème ressemble bp à celui que pondra le maestro pr "Les incorruptibles") et Verneuil est très inspiré. Plane aussi une sorte d'ambiance penchant parfois autant vers le giallo que vers le polar américain. Et la scène du metro restée dans toutes les mémoires. Une vraie réussite

Link to comment
Share on other sites

Un de mes polars français préféré, génial, Bébél au top de sa forme, des dialogues excellentissimes ("tu vois bien qu'il a vraiment le coeur qui saigne" ), un peu trop géré autour de la star Belmondo sans doute (attention Jean-Paul cours dans le métro, attention Jean-Paul enjambe la balustrade pour entrer dans l'appart parce que ça fait une cascade, mais bon dans ce cas ça marche.

 

D'ailleurs quand j'étais piti le contexte urbain me faisait bien flipper, ça et I comme Icare ça m'a traumatisé des grandes tours et des zones types la Défense

Link to comment
Share on other sites

Le bad guy de Dirty Harry "Scorpio" est qd meme un cran au dessus de la petite frappe selon moi.

Ben, Scorpio est loin d'êtreun imbécile. Cependant, ses motiviation reste avant tout bassement matériel. Il aime l'argent, c'est un matérialiste.

Minos, lui, il se croix en mission divine contre la pornographie !

C'est le névrosé de base qui a dû avoir quelques problèmes durant l'adolescence avec les filles (vu sa gueule, on s'en doute ! ) et qui exorcise sa frustration en tuant toute les femmes succeptibles d'être excitante à ses yeux.

Le psychopathes de base quoi, mais toujours aussi sympa à suivre !

 

Et puis quelle gueule !

 

Plane aussi une sorte d'ambiance penchant parfois autant vers le giallo que vers le polar américain. Et la scène du metro restée dans toutes les mémoires. Une vraie réussite

Oui, surtout lors du premier meutre qui est un model du genre. Avec une monté en stress bien flippante.

Link to comment
Share on other sites

Un must du polar, tous pays confondus.

Et sans aucun doute l'un des meilleurs Bébel.

Je me souviens de l'avoir petiot, alors que je me mattais tous les DeFunès et les Bébel qui me passaient sous la main, leurs noms étant synonymes de grosses poilades... ben du coup, je ne m'étais pas poilé pour un rond et je découvrais alors qu'un acteur... ben c'était un acteur quoi que Bébel ne faisait pas que des grosses comédies... et rebelotte avec LE CERCLE ROUGE et Bourvil qui était loin, très loin, de son rôle du CORNIAUD

 

C'est bête à dire, mais ça marque un môme

Link to comment
Share on other sites

Paris est filmé magnifiquement dans le film, les Galeries, la scène du métro et la poursuite avec la 2eme cible de Bebel. C'est marrant de le revoir une fois qu'on connait bien Paris, on reconnait les endroits etc... et cela donne beaucoup plus de tension aux scènes je trouve.

Et puis la scène d'intro fout trop les boules à mes Kinder poussins !!!!

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
 Share

×
×
  • Create New...