Jump to content

Ils - Xavier Palud et David Moreau (2006)


Steve

Recommended Posts

  • 3 weeks later...

Bah très mitigés tous ces avis. Moi la bande-annonce me laisse présager une manière de filmer hyper-kynétique (histoire de camoufler son manque de savoir faire) et le pitch n'attise pas ma curiosité. Par contre buralo66 le coup du "jeu d'actrice suspect" m'a fait beaucoup rire. Tu m'a convaincu de lui donner une chance. (Je vais le schtroumpher sur eSchtroumph à mon avis.)

Bye.

-IS-

Link to comment
Share on other sites

Hey,

Je suis allé le voir hier au cinéma et honnêtement j'ai trouvé ça très moyen. Le traitement documentaire, filmé en dv rend le film très moche. Certains plans sont carrément obscènes (comme les plans de la ville au début du film par exemple). Le seul plan que j'ai trouvé chouette, c'est au moment ou la télé s'allume "toute seule" dans le grand salon éclairé juste à la lumière de la télé.

 

[spoiler INSIDE]

Au delà de cette constatation personnelle qui n'engage que moi, il y a tout de même un truc très dérrangeant: la fin. Le texte qui défile pour expliquer ce qui se passe après les faits relatés dans le film donne une dimension sociale au film, renforéc par le traitement utraréaliste. La violence juvénille est de plus en plus présente partout en Europe et ce n'est pas un hasard si le film traite de ce sujet. Maintenant, que le film ait une dimenssion sociale est une chose, mais qu'il ne soit qu'un thriller simple et sans prétention jusqu'à la dernière seconde, puis devienne tout d'un coup un film engagé socialement, je trouve ça franchement hypocrite.

 

J'aurais préféré que le film se tienne à sa vocation première ou qu'il affronte le sujet délicat qu'il aborde.

 

Evidement j'aurais préféré la première solution. J'aurai voulu qu'il se termine par une scène bien glauque à la Massacre à la Tronconneuse où tous les gosses seraient réunis dans les sous-sols en train de maltraiter la Bonamy comme si c'était un jeu. Ca aurait foutu les boules une bonne fois avant de tirer le rideau. Puis le film aurait mérité un peu plus de plans soignés, des travellings simples et efficaces, un support 16mm plutôt que le dv (encore que le dv peut être très esthétique si on s'en donne la peine)

 

Voilà, un film qui manque de franchise à mon goût.

-IS-

Link to comment
Share on other sites

Ouep. C'est sûr qu'avec leur budget d'un million d'euros, ils ne pouvaient pas se permettre d'écart. Certains plans sont quand même du foutage de gueule. Les gros plans sont bons mais les plans d'ensemble sont limites (et ne parlons pas des panoramiques). Honnêtement je pense qu'il y aurait eu moyen de grapiller quelques centaines de milliers d'euros pour s'équiper un peu mieux (quitte à rester en dv). Quand on voit 28 jours plus tard par exemple, l'esthétique est plutôt correcte pour du dv. Ca a été tourné avec une Canon XL1, accessible au grand publique (aux alentours de 3000 euros). Je ne sais pas quel matos ils ont utilisé sur Ils. La mauvaise image est peut-être due à l'éclairage ou un mauvais étallonage numérique, je sais pas.

Quoi qu'il en soit Ils m'a déçu (plus pour la fin que pour l'esthétique cradingue)

-IS-

Link to comment
Share on other sites

Personnellement, ça ne m'a pas déplu d'un point de vue esthétique.... Des machins tournés en DV tout pourri, j'en ai vu à la pelle, et ILS sort clairement du lot à ce niveau. Ce n'est pas parfait, c'est sûr, mais c'est plutôt du bon boulot.

En revanche, je ne savais pas qu'ils avaient eut 1mio. Parce qu'avec 1mio, tu peux quand même te permettre de tourner en pelloche. Troma fait bien des films de 110 minutes en 35mm pour $500'000, alors pourquoi pas ILS et ses 75 minutes en 16mm pour 1mio ?

Link to comment
Share on other sites

Oui ma culture laisse à désirer à ce niveau là. j'ai vu peu de films en dv.

Sinon c'est clair qu'on se demande où le million est passé. Ce qui m'a marqué pour un film de cette envergure, c'est la promo. Ici en Belgique, un bus sur deux est placardé d'une banderolle (je précise qu'il est sorti mercredi ici). Par contre, le cinéma où je suis allé le voir le diffusait dans leur plus petite salle. Tu as l'impression d'être sorti du ciné et d'être dans le salon du voisin. Tout ça pour dire que la promo à du sucrer une bonne part du budget. Mais ça n'explique pas l'écart.

En plus chez eskwad, d'habitude ils n'y vont pas avec le dos de la cuillère. Même Saint Ange qui est un premier film modeste a couté un peu plus de 5 millions d'euros.

Mystère...

-IS-

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

très, très sympa.

 

J'ai eu peur un moment d'être exaspéré par les fameux "trucs" vu et revu dans les productions horrifiques (bâches, apparition, bruit,...) mais finalement la tension crée par une gestion du temps parfaite permet de créer chez les claustrophobes comme moi, un sentiment super stressant, un peu à l'image de The Descent.

 

J'ai adoré l'esthétique du film, très épurée, certains d'entre vous on employé minimaliste, et c'est tout à fait ça, un scénario minimal, une mise en scène qui évolue bien jouant la carte du réalisme avant tout, des acteurs vraiment dedans (Bonamy je savais pas qu'elle était aussi pour le coup j'aimerais bien être dedans ), bref rien d'original mais terriblement efficace. et les dernières scènes viennent clôturer un film très honnête.

Link to comment
Share on other sites

C'est vraiment pas mal en effet.

Très bonne ambiance et un final glaçant qui rejoint quelque part

Who can kill a child

. La tension retombe un peu vers le milieu quand même (le passage à l'extérieur je crois), mais bon vu la durée, pas trop le temps de se faire chier quand même

Bonamy est bien oui

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Après le dytique Hostel, une nouvelle preuve cinématographique que les pays de l'Est ne sont bons qu'à importer de la vodka et des putes.

 

Cet amer constat passé, j'ai trouvé ça plutôt bien troussé. J'ai notamment aimé le fait que le couple cherche à s'enfuir de leur vase clos plutot que de se cacher dans les 42000 pièces de leur bicoque (j'ai eu très peur d'un sous-Panic Room). Le scénario est simple, n'évite pas les clichés d'usage (lumières qui flanchent, robinet qui s'allument tout seul...) mais fait assez travailler l'imaginaire pour être surpris lorsque tout s'éclaire.

 

Une bonne petite surprise.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Vu hier soir sur BD et très surpris par vos commentaires, je me suis limite enmerdé et je crois que si il n'y avait pas eu le jolie derrière d'Olivia pendant toute la poursuite, ben j'aurais laissé tombé

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...