Jump to content

Batman & Robin - Joel Schumacher (1997)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

dis le Lord que la BatBoudinette volante te plait beaucoup! je crois que dans mad ils disaient de silevrtone qu elle ressemblait a un ptit cochon volant!

 

sinon le film, il pique les yeux et ils niquent deux personnages interessants poison ivi et mr freeze....

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Je me souviens que Kane, dès Batman Forever, était complément horrifié par le rendu du résultat...et que ça faisait marrer toute l'équipe.

 

 

Maintenant, on te met de la musique classique, des instants méditatifs de quinze minutes, un climax final et c'est branlé, reprenez des mouchoirs.

Le cinéma est mort.

Link to comment
Share on other sites

Waow Batman et Robin, encore un des films de mon enfance : j'ai du le voir 24533455 fois quand j'étais tout petit (ma moman m'avait acheté la k7 à sa sortie).

Je dois dire que la transformation de Bane, quand j'avais 7 ans, ça me faisait peur . Par contre le coup de la Bat-Carte de Crédit, ça me faisait déjà tilter un peu .

Sinon ça doit faire plus de dix ans que je l'ai pas vu, je me rappelle quasiment de rien si ce n'est d'un film divertissant et pas trop mal branlé, avec ce qu'il faut d'action et de rebondissements.

Si je retrouve la k7 chez mes parents, je me le refais avec Batman Forever.

Link to comment
Share on other sites

Surtout que la série TV des années 60 laissait aussi planer l'ambiguité (sans compter qu'aux premières heures de la BD, il me semble que Bruce Wayne vivait avec le commissaire Gordon!)

 

Bon, après, les Schumi sont pas bons, mais ce sont avant tout des produits de studio, drivés par les marketteux, plus que par ce bon Joel qui ne fait ici que suivre un cahier des charges. On lui a demandé de faire moins sombre, plus grand public, plus dynamique (à ce niveau, c'est pas compliqué que faire moins chiant que les Burton) et Joel, il fait ce qu'on lui dit, avec la touche du chef en plus. Au final, il signe peut-être l'adaptation la plus proche de la BD, ou du moins d'une période de cette BD qui a toujours un suivie la mode du moment.

 

Et la scène d'intro dans le musée, je la trouve excellente....

Link to comment
Share on other sites

On lui a demandé de faire moins sombre, plus grand public, plus dynamique (à ce niveau, c'est pas compliqué que faire moins chiant que les Burton)

 

 

J'en rajoute mais pas tant que ça, en fait.

Les Batman de Schumi, c'est vrai que ce sont juste des adaptations de l'ambiance poppy de la série t.v., jamais compris pourquoi tout le monde les avait toujours à ce point conchiés.

Sans doute parce qu'ils prenaient la suite des "intouchables chef-d'oeuvres de sieur Burton"...

Link to comment
Share on other sites

Puisque c'est l'heure des coming out : BATMAN et ROBIN c'est la meilleure adaptation de Batman au cinéma ! Il manque juste un bon joker bien fidèle.

Clooney est discutable mais n'est au final pas pire que les autres qui s'y sont frottés et les second rôle sont juste excellent.

Les Burton je les ai adoré a leur sortie mais ils ont terriblement mal vieillis.

Les Nolan sont sympas mais pas assez fou et surtout, je trouve les méchants pas attachants du tout (trop méchants quoi ! ) alors que c'est bien l'essence de Batman : des bad guys/girls aussi allumés que Batou

Link to comment
Share on other sites

Revu derniement. Et en ce qui me concerne, j'ai trouve ca attachant (peut etre que la nostalgie et l'envie de defendre un ringard contre l'avis general y sont pour beaucoup aussi). L'esthetique de Gotham est franchement chouette. C'est celle que je prefere parmi les films Warner. Nolan avait trouve un juste milieu avec Begins mais dans ceux d'apres, je ne retrouve vraiment rien de qui fait Gotham. Ce qui m'a le plus surpris avec Batman & Robin, c'est a quel point le film semble au point pour une conversion en 3D. Du debut a la fin c'est fait pour que ca pop avec des effets de perspectives hallucinantes et des trucs qui te sautent a la tronche

Link to comment
Share on other sites

Alors autant "Batman forever", malgré ses défauts, je peux comprendre qu'on le défende, autant "Batman & Robin", désolé, je l'ai revu l'an dernier, et Burton ou pas, BD ou pas, Ambiance pop ou pas, c'est juste pas possible pour moi ! C'est affreux à tous les niveaux, d'un mauvais gout abyssal de A à Z, plein de trucs fluos dégueus, Clooney a l'air aussi concerné par son rôle que Paris Hilton par le conflit israelo-palestinien, d'ailleurs tout le monde est nul, les dialogues sont consternants, les situations toutes plus ridicules les unes que les autres, je sais même pas par quel bout prendre le truc, tout tombe à l'eau, tout tombe à plat... Franchement, l'aspect pop, pas gothique, ça me gène pas du tout, j'adore le Batman d'Adam West par exemple, mais là, cet épisode là, c'est juste mauvais mauvais mauvais....

Link to comment
Share on other sites

Disons que les deux croûtes de Burton ont été mises sur tel piedestal, que du coup, même si Batman et Robin est l'aboutissement du système "marketing à outrance", sur le point de s'effondrer (mais de renaitre, hein, faut pas rêver! ), j'ai envie de lui trouver quelques qualités, dont son absence de prétention et sa scène d'intro James Bondienne. Et puis c'est la définition ultime du film pop-corn: tu peux sortir de la salle pour chercher de quoi bouffer, revenir, et ne rien rater de l'intrigue!!!

Du coup, je le trouve moins nul que le Forever, parce que justement, il va encore plus loin dans le pire...

Link to comment
Share on other sites

Disons que les deux croûtes de Burton ont été mises sur tel piedestal, que du coup, même si Batman et Robin est l'aboutissement du système "marketing à outrance", sur le point de s'effondrer (mais de renaitre, hein, faut pas rêver! ), j'ai envie de lui trouver quelques qualités, dont son absence de prétention et sa scène d'intro James Bondienne. Et puis c'est la définition ultime du film pop-corn: tu peux sortir de la salle pour chercher de quoi bouffer, revenir, et ne rien rater de l'intrigue!!!

Du coup, je le trouve moins nul que le Forever, parce que justement, il va encore plus loin dans le pire...

J'acquiesce ton raisonnement, ok pour le film pop-corn. Je pense que c'est plus le changement de ton, trop abrupt, après ces deux œuvres burtoniènes justement, qui a déconcerté du monde..

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...