Jump to content

La Jetée - Chris Marker (1962)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Syno:

L'histoire débute à Paris, après la « troisième guerre mondiale » et la destruction nucléaire de toute la surface de la Terre. Le héros est le cobaye de scientifiques qui cherchent à rétablir un corridor temporel afin de permettre aux hommes du futur de changer d'époque. Il a été choisi en raison de sa très bonne mémoire visuelle : il garde une image très forte et présente d'un événement vécu pendant son enfance, lors d'une promenade avec sa mère sur la jetée de l'aéroport d'Orly.

 

Ah ouaih, il est jamais trop tard pour découvrir des classiques !

C'est donc via l'édition Criterion que j'ai découvert ce soir ce court métrage de 28 minutes si connue et si souvent cité.

C'est effectivement assez impressionnant et Twelve Monkeys n'a décidément rien pour lui

Me reste a parcourir les bonus et voir d'autres œuvres de Marker, mais la chapeau en tout cas !

Link to comment
Share on other sites

Pour ce qui est des autres oeuvres de Marker, Sans Soleil et Level Five sont vraiment à se suicider. Ce côté documentaire Arte sans fin, comme un cauchemar eveillé, jusque dans ses images avec sa patine très glauque. Y'a un fond très labyrinthique, un gros travail...mais franchement oula

Bon ceci dit ça m'a empêché de me taper 16 au bac en analysant une scène de Sans Soleil

 

Celui-là passe plutôt bien par contre, par sa courte durée, son aspect expérimental...une très belle histoire. Mais c'est foutrement froid quand même.

Link to comment
Share on other sites

bah j'ai vu la Baie Sanglante et c'est pas pour ça que j'ai relativisé, je prefere largement le plus moyens des slashers à ce film.

 

Certes, mais le scénar de Twelve Monkeys reprends point par point l'histoire de La Jetée, y a quasi que du remplissage en plus !

Link to comment
Share on other sites

Sans soleil est sur le dvd Z1, donc un de ces quatres je vais m'y coller !

 

Bonne chance (quoique Level Five est pire je pense...avec son actrice solitaire qui parle de chaussettes et qui discute avec un perroquet en peluche ).

C'est très deconcertant, avec Marker qui tente de créer d'étranges liens visuels entre différents continents. Y'a un peu de snuff animalier, une visite au musée du sexe (et j'aimerais pas y aller vu la gueule ), des extraits de films d'horreur japonais, des images trafiquées qui niquent les yeux...

Oui bon là je donne envie en fait

 

Et la narratrice (Marker c'est un peu pour vivre heureux, vivons cachés ) est à deux doigts du suicide quand même

Link to comment
Share on other sites

Mais il me semble que Gilliam n'a jamais caché s'être inspiré du film de marker.

 

En mm tps, là il aurait eu du mal à faire croire que c'etait juste des coincidences et qu'il avait jamais vu "La jetée" !

 

Ceci dit, j'aime bp "12 monkeys" aussi (plus que "La jetée" même), qui est de loin mon Gilliam préféré (le seul que j'aime ?)

Link to comment
Share on other sites

bah j'ai vu la Baie Sanglante et c'est pas pour ça que j'ai relativisé, je prefere largement le plus moyens des slashers à ce film.

 

Certes, mais le scénar de Twelve Monkeys reprends point par point l'histoire de La Jetée, y a quasi que du remplissage en plus !

 

Oui, mais c'est officiel ça. Il a toujours dit que l'histoire venait de là.

Link to comment
Share on other sites

bah oui même moi je le sais c'est pour dire

 

Ah mais j'ai jamais dit que le père Gilliam a essayé de le dissimuler, je connaissais l'affiliation avec le court métrage mais je pensais quand même que Twelve Monkeys se démarquait un peu plus, la c'est juste le néant, il a juste rendu ca plus accessible mais sinon c'est la même histoire à la virgule prés.

Link to comment
Share on other sites

C'est indiqué dès le générique d'ouverture de "Twelve", d'après "La Jetée" de Chris Marker.

Je vois pas comment on peut être plus explicite... puis bon c'est pas trop mal ce qu'il en a fait, tout de même.

Faire son film le plus grand public et vendre des t-shirts, sur une base comme celle-là, respect.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

 

 

Je ne sais pas si j'irais jusqu'à dire que c'est mon film préféré mais il fait partie de mon top personnel, et à coup sûr mon court préféré. Je comprends que son côté très expérimental peut en rebuter plus d'un mais il incarne ce qu'est la SF à mes yeux, quelque chose de glacial et déshumanisé sur un futur relativement proche, ce qui rappelle plus le cyberpunk qui allait apparaître bien plus tard, que la SF américaine à la papa.

Outre une photographie absolument splendide et une bande-son magistrale (les chœurs orthodoxes russes, brrrr), la thématique de la mémoire -et quelque part cette fable de l'humanité- est quand même très bien travaillée et menée sans que ce soit imbitable le moins du monde. Puis ce final

 

On peut critiquer un million de trucs chez Godard, hurler de rire et pleurer d'incompréhension devant son "Film Socialisme !" ou encore trouver "La Chinoise" terriblement anachronique et politiquement douteux, mais sincèrement je lui enlève pas ses mots sur ce film de Marker... Bien que les douze singes soit effectivement un bon film. La Jetée, c'est pour moi une pure œuvre d'art.

 

 

Après bon, les avis, les goûts et les couleurs toussa. Je suis pas non plus une référence...

 

...J'ai adoré "Sans Soleil" et le "Mystère Koumiko" du même réalisateur

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...