Aller au contenu

riton

Staff ZoneBis
  • Compteur de contenus

    3 086
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par riton

  1. Peut-être pas assez biblique pour toi ?
  2. Tu veux dire que c'est un budget modeste ?
  3. Oui, sans ça et quelques petites maladresses c'eut été une fort jolie réussite. Mais bon, pour un gros film (parce qu'avec Gere et Snipes je suppose qu'il y a une prod conséquente) je trouve que c'est un effort notable.
  4. A l'instar de mes camarades j'ai trouvé que c'était fait sérieusement, bien interprété (on retrouve d'ailleurs plusieurs tronches de la série The Wire), soutenu par une volonté de plonger dans le genre sans se foutre de la gueule du spectateur. En revanche, je trouve qu'il y a un petit problème de scénario : les récits parallèles sont plutôt bien menés, mais leur fusion finale m'a laissé dubitatif. Parce que c'est le moment où on s'attend à être saisi par l'établissement d'une cohérence narrative. Au lieu de ça, j'ai rétrospectivement eu la vague impression d'avoir vu un film à sketchs dont
  5. Ouais ben justement, ça manque un peu un peu de sodomie tout ça.
  6. Ah oui je suis d'accord, mais je trouve qu'on est très très en dessous. Et c'est plutôt ça que reproche au film (vis à vis de mes goûts s'entend).
  7. Ceci dit, je le reproche pas au film, juste je constate. Je le trouve mauvais, mais pour d'autres raisons.
  8. Je connaissais pas du tout l'auteur, et j'ai plutôt apprécié. C'est pas complètement neuneu, l'humour se développe à divers degrés et du coup on évite la pure caricature genre Mr Bean terroriste : derrière les péripéties farcesques de ces bras cassés, Morris arrive à peindre par petites touches (et coups de griffe) le monde dans lequel ils évoluent, évitant l'écueil des grandes déclarations. Je ne suis pas certain que le climax final soit à la hauteur de ce qui précède, mais c'est assez commun dans les comédies il me semble. J'ai en revanche moins apprécié les choix de réalisation qui fon
  9. Pour l'instant, ils sont à 15 euros. J'en ai pris deux quand ils étaient encore à 20 (y'a pas longtemps), et ça m'aurait pas fait chier de les surpayer un peu si les éditions étaient nickel. Mais c'est encore des transcodages NTSC -> PAL bizarres qui passent très mal sur mon PC. A propos de celui-ci, c'est peut-être un peu dommage de le sortir comme ça. Parce que c'est le troisième de la série des rape movies de Hasebe (les précédents étant Rape! et Assault : Jack the Ripper) et qu'il s'inscrit dans une évolution qui risque d'échapper au spectateur ignorant des deux premiers opus. L'en
  10. riton

    The Snow White - ? - 2010

    Le problème c'est que le cinoche Thai, c'est que c'est un certain nombre de films, et rien ne garantit que ceux qui bénéficient d'un buzz favorable sur les sites anglophone/francophones soient les meilleurs. Le buzz c'est comme le box-office : la taille n'est pas forcément un gage de qualité. Je ne connais pas le cinéma Thai, et j'ai pas vu Art of the Devil (qui a eu un gros buzz pour le coup). J'ai vu Slice parce que la review de Nicklezob m'a alléché, et Meat Grinder je sais plus pourquoi. Mais nul doute qu'il doit bien y avoir d'autres pépites à dénicher... ou à venir. Mais bon, y'a au
  11. riton

    The Snow White - ? - 2010

    Ben ça dépend quand même des films. Je préfère de très loin me faire un Meat Grinder ou un Slice plutôt qu'une ènième déclinaison US d'un Saw ou Hostel.
  12. Synopsis: Two students stealthily dissect the dead body of a pregnant woman just to get the dead infant in her belly, to perform a dark magic charm. But the magic doesn't work, and soon they realise a terrible price is to be paid for their horrific act, as they're hunted by the vengefull ghost of the dead woman. While the ghost is threatening their lives, a kind-hearted nurse tries to stop the ghost to save them. http://www.24framespersecond.net/index.php?/24frames/news_details/goulish-trailer-for-thai-horror-the-snow-white Ca a l'air sympa Chouffe le trailer avec du bébé en brochette de
  13. riton

    Greenberg - Noah Baumbach (2010)

    D'accord avec tout le monde, dans la catégorie casse-couille ça score fort. Des fois tu vois un film chiant, mais à la fin, quelques jours plus tard tu te dis "c'était chiant mais quand même, y avait un point de vue, un sujet, une ambiance..." Ben là que dalle : c'est vide de chez vide de chez vide. Horrible.
  14. riton

    NIFF 2010

    J'en conclus que c'est bien ?
  15. riton

    Rampage - Uwe Boll (2009)

    C'est le premier film de Boll que je vois depuis Amoklauf il y a une quinzaine d'années. Au regard des réputations qu'on lui colle et des controverses qu'il suscite, j'étais quand même un peu excité : est-il aussi nul qu'on le dit ? Ou bien derrières ces ragots se cache-t-il un auteur méprisé ? Dans l'exécution technique c'est honnête, mais sans plus. Dans le fond en revanche j'ai trouvé le film totalement immature, voire un peu puant. J'ai eu le sentiment que Boll jouissait de la toute puissance de son personnage, sans contrepoint. - les scènes de shoot-em up de rue en caméra subjective
  16. Si. Mais du CNC serbe ! Le plus méchant du monde !
  17. Oui, on est bien d'accord, la commission n'émet que des avis, qui sont suivis ou non par le ministère de la culture. Cependant MartinG demandait si un film pouvait être interdit, et la réponse est oui. Ce qui n'a rien à voir avec le cas Serbian Film bien sûr.
  18. Oui. Les classements sont régis par le décret N° 90-174 DU 23 février 1990 modifié plein de fois et consultable sur le site du cnc.
  19. riton

    Air doll - Kore-Eda Hirokazu (2009)

    Bon, si elles ressemblent à Doona Bae, ça peut peut-être se comprendre aussi.
  20. "Tokyo. Une poupée d’air habite l’appartement sordide d’un homme d’une quarantaine d’années. Elle ne peut ni parler, ni bouger, mais elle est la seule compagne de son propriétaire. Il lui parle, prend son bain avec elle, et lui fait l’amour chaque soir, en rentrant du travail. Mais un jour, le fantasme devient réalité : la poupée prend vie" Au vu du pitch et du matériel publicitaire, je m'attendais à un truc assez gentil agrémenté de quelques passages bizarres ou osés (à cause du classement R-15 au Japon). En fait, c'est tout le contraire. Kore Eda confronte une poupée au regard d'enfant à u
  21. Le scénario n'a rien d'original : c'est un héroic bloodshed typique, sauf que les combats se font à l'arme blanche au leiu du calibre à 3000 coups. On a donc d'un côté un clan mafieux en place, dirigé par un vieux maître plus gentil que Charles Ingals et qui prône le respect, l'honneur, la fratrie, la drogue c'est mal ... et de l'autre le newcomer, débarqué des US, les dents qui rayent le parquet, et lui l'honneur il s'en fout, il utilise même la traitrise le salaud ! C'est un titre qui a une certaine réputation à cause de sa scène finale. Il faut bien dire que la première moitié du film es
  22. A New York, les humains cotoient toutes sortes de monstres : blobs, vampires, cerveaux, zombies, démons, ghoules... Mark Lilly fait partie d'un service public d'aide à l'intégration pour les bebêtes nouvellement arrivées dans la métropole, le but étant de leur trouver un boulot plus ou moins pérenne. Il a des relation sexuelles avec se patronne, un zombie comme coloc, un collègue magicien fainéant et alcolo, et en plus on lui coupe régulièrement son budget. La première saison fait 7 épisodes de 20 min chacun, d'un niveau d'animation et de dessin honorable, avec des graphismes inspirés par Co
  23. Tout a été dit au-dessus. C'est un film inégal, dans sa forme notamment, qui alterne de beaux passages et d'autres foutus en l'air par des effets gratuits et répétitifs(pendons l'inventeur de la shaky cam par la peau du dos avant de le cuisiner à petit feu). Le final sur pont est de toute manière trop long, et c'est bien dommage parce que les ratés en fin de métrage sont plus pénalisants qu'au début (qui en l'occurrence est assez réussi). Reste que ce mélange de scènes barbares et de portrait sensible de psychopathe est surprenant, et même émouvant à l'occasion. A voir.
×
×
  • Créer...