Jump to content

The Hills Have Eyes - Wes Craven - 1977


Florent
 Share

Recommended Posts

En partance pour la Californie, une famille se retrouve accidentellement au beau milieu d'une zone d'essais de l'aviation américaine. Contraints de quitter leur véhicule, ils se retrouvent pourchassés par une bande de dégénéré

 

Parce que cette affiche m'a longtemps fait fantasmer ainsi que tous les bons (comme les mauvais ) commentaires j'étais un peu déçu lors de sa découverte grâce à l'achat du double dvd collector de Wild side.

 

Pour autant certaines choses fonctionnent toujours aussi bien. Et même si tout le monde s'evertue à dire que le remake surpasse l'original (désolé je l'ai pas vu ) je reste conquis par ce petit film d'exploitation.

 

J'ai mis le titre en anglais parce que je trouve qu'il claque mieux qu'en Français

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE WES !

Link to comment
Share on other sites

Revu à Gérardmer sur une copie bien fatiguée.

 

Oh que oui... très fatigué.

Pareil, j'aime toujours autant ce film et son atmosphère unique de grande déglingue !!

Le remake -que j'aime pas du tout- lui rends justice involontairement, en le replacant à sa vraie place : Aja n'a pas su trouver l'écho moderne à cette situation, du coup le film de Craven parait plus actuel. Un comble.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 11 years later...

J'y arrive pas avec ce film. Je trouve le temps long quand même.

Je veux bien que l'histoire ne se prête pas à un développement de dingue mais entre 2 attaques je me fais chier.

Je ne ressens ni tension, ni peur. Et je remarque un peu trop souvent l'aspect amateur du mec derrière la caméra ou les costume de spectacle de fin d'année. J'ai compris, le budget serré tout ça, le timing, etc... mais dans le genre crado fauché je préfère un truc plus carré comme TCM.

Ça doit être une question de génération, je n'ai pas grandi avec donc je dois sans doute louper un truc.

 

Et j'ai été déçu de voir que Michael Berryman n'était pas une masse en fait. Dans mes souvenirs c'était un colosse alors qu'il a juste une tronche cheloue. Mais je l'aime bien quand même.

Link to comment
Share on other sites

Je reconnais à Last house on the left d'avoir un fond intéressant et d'avoir changé la face du genre, mais celui-là a toujours été une belle merde surestimée. Et pour avoir revu Mother's Day récemment, y'a pas photo entre les deux : le Kaufman l'enfonce complet.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...