Jump to content

La Ballade de la Féconductrice - Laurent Boutonnat (1979)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

Maintenant en DVD...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non j'plaisante.

 

Bon j'en ai juste vu 10 minutes approximativement (la première bobine)... mais quand même... j'aimerai bien un jour voir le film dans son intégralité parce que ca m'a l'air bien gratiné.

En tous cas la mise en bouche donnait le ton. Frustrant quand même...

 

quelques critiques de l'époque :

Comme c'est très correctement filmé, l'accumulation de tant de noirceur finit presque par faire naître, en de brefs moments, une poésie sauvage et désespérée. Mais certains passags sont beaucoup plus malsains que destructeurs, et le nihilisme blasphématoire de l'ensemble est plutôt dépassé.

 

Bernard Genin, Télérama

 

Une anthologie de Hara-Kiri et Charlie-Hebdo. Castration, mutilations d'enfants, torture d'un mongolien adulte en petite voiture roulante. Faces tuméfiées et sanguinolentes. Une femme accouche dans sa cuisine d'un teckel, elle fait l'amour avec lui etc… Le film me paraît justifiable d'une interdiction aux mineurs en raison de l'exhibitionnisme grand-guignolesque ce film attentatoire à la dignité de la personne humaine. Cette interdiction me paraît justifiée bien qu'il s'agisse d'un 16 mm. à faibles objectifs commerciaux.

 

Henri Dolbois

 

L'avis du comité de censure de l'époque :

 

S'agit-il d'un canular d'étudiants ? S'agit-il au contraire d'une espèce de pamphlet contre la vie ? Cela commence par des images de castration, sur le mode burlesque, cela continue par le meurtre d'un enfant, le rejet d'un nouveau-né dans le vide-ordure, l'acte sexuel avec un chien, et s'achève par une série d'assassinats gratuits, que clôture le suicide du personnage principal. Les dernières images semblent suggérer que la vie est la plus forte, mais ne suffisent pas à gommer l'effet morbide et grinçant de l'ensemble.

 

Bertand Eveno, Comité de censure cinématographique français

 

 

Une tentative réussie de non-film et d'abstraction narrative en noir et blanc, où les séquences s'enchaînent, toujours pessimistes et provocatrices, jusqu'au final où les deux personnages principaux s'éliminent l'un l'autre. Le nihilisme du très jeune réalisateur (reconverti depuis dans les clips pour Mylène Farmer) s'exprime tout azimut et pourfend la famille, le conformisme bourgeois, la société de classe, la religion (un prêtre émascule deux jeunes gens en pleine église) avec une telle outrance que même le libertaire le plus ultra aura peine à y croire.

 

 

Jean-Pierre PUTTERS - Mad Movies

 

On voit, entre autres spectacles morbides, un jeune prêtre qui castre un jeune homme tout nu, un mendiant qui vomit dans une gamelle, puis mange ce qu'il vient de rendre. C'est symbolique et répugnant, mais surtout prétentieux et idiot. Quant il a réalisé son premier film, l'auteur n'avait que 17 ans. Est-ce une excuse ? Certes non.

 

G.S. Le Point

 

 

L'an prochain au LUFF ?

Le Chat qui Fume prêt à négocier ?

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 53
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Alors renseignement pris, l'une est chez un collectionneur parisien et une autre se trouve au dépot légal du bois d'arcy.

 

ben bois d'arcy c'est les archives donc le père Laurent peut récupérer une copie. si tu as son téléphone pour les droits, je me charge de récupérer la copie

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Critique d'époque :

Laurent BOUTONNAT a écrit, produit et réalisé La Ballade de la Féconductrice. Il l'a produit en dépouillant son pauvre père, en dévalisant ses pauvres maîtresses, en séduisant les quelques personnes indispensables de la profession; en me volant mon portefeuille aussi ! Il l'a écrit tout au long du tournage, selon le bulletin météorologique et la date des compositions de son petit frère qui interprète un des rôles principaux. Il l'a réalisé en noir et blanc et en moins de deux mois afin d'être prêt pour le Festival de Cannes. A 17 ans, avec 50 000 F de budget et aucune parenté avantageuse dans le spectacle, Laurent BOUTONNAT a produit, écrit et réalisé La Ballade de la Féconductrice. Il est fort.

 

Lors de la projection privée de son film, Laurent BOUTONNAT est arrivé au milieu d'un aréopage d'adolescents sans grâce qu'il emploie depuis la communale à des tâches obscures, comme de porter ses valises de matériel ou de décommander ses rendez- vous. Tous convaincus de leur néant, ils servent leur "grand homme" avec gratitude, distribuant pour la circonstance des photos du film aux gens de la presse.

 

Tandis que le jeune maître serrait des mains importantes, de petits comédiens tentaient de l'approcher comme on prend un train en marche, et de petites comédiennes passaient et repassaient devant lui en toussant. Mais hélas pour eux, Laurent BOUTONNAT a déjà pris l'habitude de déjeuner avec Nastassia KINSKI et de dîner avec Marie TRINTIGNANT, emballée parait-il par son prochain scénario dont il a envoyé une traduction en anglais à Liv ULTMAN. Actuellement, il se propose même de demander à Alain DELON d'interpréter un rôle secondaire. Car il ne doute de rien et à l'un des producteurs en bonne santé de notre cinéma, qui émettait des resserves sur l'avenir du fantastique en France, il tape dans la main et dans le plus pur style français : "-Et moi je vous parie que mon film fera 800 000 entrées à Paris dans la première semaine, sans compter la périphérie". En attendant, La Ballade de la Féconductrice, interdite aux moins de 18 ans parce qu'une mère électrocute son fils dans la baignoire, jette un nouveau né dans le vide ordure et s'envoie en l'air avec un basset, démontre qu'avec Laurent BOUTONNAT, le cinéma fantastique français va peut-être enfin sortir de sa tombe. Ah ! J'oubliais, il a aussi composé la musique. Il est fort.

 

Cinématographe - n°58 - mai 1980

 

Pas mal de détail là :

 

http://jodel.saint-marc.club.fr/feconductrice_commencement.htm

 

Une zolie affiche :

 

 

 

Enfin, si le film est conservé aux archives du film, il serait très simple d'en faire un DVD si l'auteur le veut bien.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...
Faut quand même pas avoir fait Science Po pour comprendre que j'ai tourné cette vidéo en caméra cachée hein. Désolé, la prochaine fois je cacherais une caméra HD, je mettrais le trépied dans mon caleçon? ça passera inaperçu ! Non mais n'importe quoi les gens franchement. Et puis "de rien" hein, c'pas comme si c'était les premières images depuis 30 ans !

 

Link to comment
Share on other sites

c'est pas "on dirait" : il filme une télé. et comme il fait très attention de ne pas se faire choper, de temps en temps il planque sa caméra, on voit plus rien.

 

en tout cas merci pour le tuyau.

au final c'est plutôt conforme à l'idée que je m'en faisais (enfin d'après ce qu'on distingue, s'entend), sauf pour la musique : non seulement c'est vraiment bien foutu pour un type de 16-17 ans, mais en plus on découvre que, contre toute attente, boutonnat n'est pas sourd !

 

comme tubby, je le reverrais volontiers dans de meilleures conditions

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...