Jump to content

Deadgirl - Marcel Sarmiento/Gadi Harel (2008)


bloknotise
 Share

Recommended Posts

  • 1 month later...

Grosse douche froide, j'ai vraiment pas aimé.

Comme quoi le net peut vendre tout n'importe comment.

 

C'est un film prétentieux souffrant d'un gros problème de rythme. Son gros problème se situe dans sa thématique se voulant comico-horrifique les quelques passages censés nous faire rire tombent à plat et provoquent un sentiment de mauvais gout. Qui du coup plombe l'une scène importante du film. Dommage.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
Grosse douche froide, j'ai vraiment pas aimé.

Comme quoi le net peut vendre tout n'importe comment.

 

C'est un film prétentieux souffrant d'un gros problème de rythme. Son gros problème se situe dans sa thématique se voulant comico-horrifique les quelques passages censés nous faire rire tombent à plat et provoquent un sentiment de mauvais gout. Qui du coup plombe l'une scène importante du film. Dommage.

Je ne vois à quel moment tu as vu une quelconque trace d'humour dans ce film que j'ai trouvé noir, d'une brutalité inouïe et d'un sordide étonnant. Il y a un petit fond d'humour noir, évidemment, pour nous aider à supporter les enjeux, mais aucune scène qui se veux humouristique.

Aucune prétention à l'horizon non plus, juste un désir de parler de sujets sérieux.

 

N'empêche qu'au final j'ai bien aimé, les scènes de trouilles foutent la trouille

cette scène où le "héros" imagine la rouquine en train de le pépom et on on voit apparaitre le terrifiant visage de la brune

, le film joue habillement avec son sujet et avec l'identification du spectateur à l'égard des désirs/répulsions que sont censés éprouver les personnages, le tout est bien branlé même si le métrage manque un peu de rythme et que les aller-retours ville/hopital abandonné sont un peu lassant sur la longueur. En tout cas le message délivré valait le coup de l'être, même si les "non avertis" risquent de s'en prendre plein la gueule sans rien avoir demandés.

 

Après avoir vu ces derniers temps pleins de films d'horreur creux, n'ayant strictement rien à dire, je suis vraiment heureux de voir un film qui aborde des problèmes qui, personellement, me préoccupent beaucoup : le viol collectif, l'influence de la pornographie "gonzo" sur les ados, le sexe utilisé comme instrument de pouvoir et de domination.

 

On est peut-être un peu trop vite jetés dans l'histoire, on a que peu le temps de se familiariser avec les personnages que le film commence déjà. Le film a quelques menus défauts, mais bon Dieu, fallait oser pondre un scénario pareil !

Deadgirl est un bon film d'horreur doublé d'un film vraiment réflexif, dont le seul défaut est que peut-être son message est peut-être un peu trop appuyées par le scénario, mais je crois vraiment qu'un bon film d'horreur doit posséder ces deux qualités.

 

Quelqu'un d'autre l'a vu ?

 

Link to comment
Share on other sites

en 2 lignes :

on avait à peu près tous trouvé ca ennuyeux et faussement malsain lors de sa présentation à Gerardmer. Je devais peut être même être le seul à avoir l'avis le moins tranché.

 

pour reprendre ce que tu dis, je trouve que le film ne va pas du tout assez loin dans son questionnement sur le viol collectif, les gonzos, la domination... ce serait pour moi un peu le brouillon un peu raté et immature d'un film de cette trempe.

Link to comment
Share on other sites

Disons que le sujet du film est osé, mais que son traitement est quelque peu handicapé par une évidente retenue. Une fois les bases du film posées, tu es droit de t'attendre à quelque chose de nettement plus extrême au niveau de la forme et il me semble évident que les réalisateur ont mis de l'eau dans leur vin et ont ainsi alléger un scénario qui, paraît-il, pousse le bouchon un peu (beaucoup?) plus loin dans la perversité.

Tu l'auras compris, je suis resté un peu sur ma faim, le potentiel de la chose m'a paru sous-exploité.

Link to comment
Share on other sites

Perso, je préfère voir le film en l'état que de voir le même film avec plus de plans sur les mecs qui tabassent la meuf, qui la viole à cinq pendant 10 minutes lors de plans insoutenables. Avec l'absence de ce genre de scène, je trouve que le film évite de tomber dans la facilité et les plans "torture porn".

 

J'ai remplacé les plans qu'on ne voit pas avec mon imagination, en ça je trouve que le film fonctionne très bien, avec ses propres ellipses. Je ne pas resté sur ma faim parce que je n'avais pas faim de "ça". Le film fonctionne plus pour moi comme un drame horrifique que comme un pur film d'horreur. Je l'ai regardé dans le but de voir un film d'horreur, et j'ai vu bien plus que ça. Ça m'a surpris en bien. J'ai été repu.

 

Après, dans le cadre de Gerardmer, peut-être que vous étiez dans un autre état d'esprit, avec d'autres attentes.

Plus j'y pense plus j'ai aimé ce film.

Link to comment
Share on other sites

PS : J'ai adore cette scène où les deux ados

en voiture tentent de kidnapper une meuf pour en faire leur esclave et se font marrave comme pas permis par la meuf en tongs... Je ne m'attendais vraiment pas à ce que la scène parte dans cette direction... La fin non plus, remarquez... Bref, vous l'avez compris, ce film m'a surpris aussi dans son déroulement.

Link to comment
Share on other sites

C'est plus tout frais dans mon esprit mais j'avais beaucoup aimé.

 

Ca m'a pas mal fait penser à Teeth (que j'aime aussi beaucoup): un film sur l'adolescence et les fantasmes masculins à cet âge, avec un parti pris très casse gueule d'illsutrer cette mentalité, qui fait que si on n'adhére pas, on trouve vite ça prétentieux, bobo, involontairement ridicule et risible.

Je l'ai vu à Bruxelles, et une bonne aprtie de la salle était pliée de rire là où selon moi, il n'y avait rien de drôle.

Et c'est vrai que certaines situations ou dialogues, pas remis dans le contexte, peuvent faire marrer. J'en ai plus de précis en tête, mais les trucs du style "merde elle est séche, je vais la retourner", ça peut sonner too much. Sauf que ça illustre parfaitement les fantasmes et la vision déformée de la femme que peuvent avoir les ados. Ici, la façon dont ils LA traitent fait très sites de boule: c'est de la viande (you know what i mean ). Difficile aussi de ne pas penser aux "phénomènes des tournantes" avec Deadgirl.

 

Le film parle surtout de ça, et j'ai moi aussi bcp aimé la scène qu'évoque Black Cat,

justement parce qu'elle raméne brutalement les deux ptits cons, et nous avec, à la réalité. Ils se croient super cools, tout puissants parce qu'ils séquestrent une nana qui est leur chose; mais en réalité ce sont juste deux ptits branleurs paumés qui vont se prendre une bonne déculottée. Le début de la scène est très sérieux: on nous les montre comme deux kidnappeurs dangereux, et PAF, la fin de la scène les décrédibilise totalement.

A noter aussi que la nana qui les corrige porte un mini mini short, et a une énôôôôrme paire de seins. En gros, un fantasme d'ado qu'ils croient pouvoir maitriser facilement tant qu'ils sont tous les deux dans leur bagnole, mais dès qu'ils sont face à elle, retour à la réalité, le fantasme leur botte le cul!

 

 

Bon, ça me donne envie de le revoir

Déja un DVD?

Link to comment
Share on other sites

Dans l'enthousiasme, j'ai oublié de signaler le gros point noir du film qui est pour moi la BO : une grosse et vilaine repompe du deux/trois morceaux du score de Donnie Darko, à la note près, avec les mêmes effets et le même genre de mixage aérien...

Certains ont parlés d'un BO "à la Donnie Darko", mais c'est pire que ça, C'EST le score de Donnie Darko.

A la rigueur, c'est tellement une copie exacte de ces titres qu'on se demande pourquoi ils les ont ré-enregistrés.

Link to comment
Share on other sites

Putain, je mattendais a un faux film provoc et en fait j'ai quand meme été bien remué

 

dans le genre, je le trouve bien maitrisé qu'un Martyrs car plus homogene.

 

a part quelques facilités de scenar et 10min de trop, vraiment bien accroché a ce truc realisé comme une bon film pour ados mais avec un contenu bien bien acide.

 

yabon

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Oh le gros navet. Mon dieu. Un film qui ne parle de rien ... ah si il parait que ça parle de viol collectif et de gonzo. Déjà assimiler les 2 c'est dangereux car mon petit doigt me dit que dans le gonzo les filles sont consentantes et payées. Et franchement à aucun moment ça ne prend le sujet du viol de front. Passer la première rencontre le scénario patine totalement. On inclut des persos en plus qui vont juste la violer sans se poser de questions et basta mais rien qui raccorde ce qui se passe en bas à la société d'en haut. Sans oublier l'élément fantastique qui fout le film en l'air. Et ce problème de scénario se sent avec cette fin qui est à chier...

A chier donc ...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...