Jump to content

Virus -john Bruno- 1999


bloknotise
 Share

Recommended Posts

Eté 1998 Deep rising la petite bombe de Steven Sommers rapporte un bon paquet de pognon à ses producteurs. Gale Anne Hurd qui vient de gagner le Jackpot avec Armageddon se dit « tiens et si j’essayé le même genre de truc » (a savoir un huit clos avec un monstre sur un bateau qui rapporte un max de thunes) du coup elle ne réfléchit pas trop longtemps avant de trouver le concept à produire qui fera bondir de rage son ex-mari de James Cameron encore tout auréolé de son Titanic succès. C’est dans un comics assez médiocre édité chez Dark Horse nommé « Virus » que notre productrice sans scrupules trouvera le moyen de justifier le maladroit mélange de Terminator, Aliens et Abyss qu’est le récit de ce film. Pour être sûr de ne pas rater son coup (emmerder James ou faire du pognon ?) elle embauche John Bruno superviseur des effets spéciaux de James depuis Abyss et prêt à faire n’importe quoi pour avoir son nom sur une affiche en tant que réalisateur.

Virus donc, ou l’histoire d’une femme qu’elle l’a grave mauvaise de l’aberrant succès de son ex.

 

Pendant qu’une équipe d’astronautes russes font un transfert de données entre la station MIR et un bateau de recherches scientifiques via des antennes paraboliques, une entité extra-terrestre électrique (à la forme d’une méduse d’énergie géante, très réussie) en profite pour intégrer le système informatique du navire. L’entité après avoir assimilé toutes les données concernant notre monde décrète que l’humain n’est qu’un organisme composé de mécanismes complexes qui est à la merci d’une seule imperfection évidente : l’intelligence humaine. A partir de là l’entité va « réquisitionner » le matériel du navire de recherches afin de créer une petite usine à faire des cyber-zombies avec des parties de corps humains (minispoiler : la scène du film où les personnages comprennent cette situation est géniale, à la limite d’un Cronenberg) et de pièces mécaniques dans le but d’éliminer ce « virus » qu’est l’homme.

L’histoire va hélas se concentrer sur l’équipage américain d’un bateau qui croisera la route du navire maudit robotisé. Equipage composé entre autre de Jaimie lee Curtis (qui dira par la suite que c’est le plus mauvais film dans lequel elle a joué, la grosse menteuse), William « dans la famille on joue mal, c’est comme ça »Baldwin et Donald « mais qu’est-ce que je fous ici ?» Sutherland.

Finalement 6 ans plus tard, le jeu des acteurs qui n’arrivent pas à rentrer et se lâcher dans les rôles tellement convenus et caricaturaux que sont ceux des survivors d’Alien like, ne dérange pas la fascination qu’on peut éprouver devant les effets spéciaux tout simplement géniaux illustrant à la perfection le concept du film. Les robots morts-vivants à tête de crevette cyborg, les mini araignées style Runaway mais en mieux et surtout le Golgoth arachnoïd du final absolument monstrueux (extraordinaire réussite sachant que c’est à 90% de l’incrust numérique ç’est vraiment bluffant surtout pour l’époque). Et pour chacun de ces personnages toujours cette matière mélangeant tissus humains et mécaniques, exprimant clairement l’idée du corps humain en tant que stock de pièces détachées, bref du jamais vu.

Mais à coté de ça les prises de vues du bateau en proie à la tempête sont d’une nullité effarante, aux limites de l’amateurisme (et pourtant j’aime ça) voir carrément d’un épisode de Sentaï . Même pas une franche réussite visuelle, vraiment dommage. Dernière remarque j’ai lu quelque part que le film avait plusieurs montages différents, (pas étonnant quand on voit le trailer et les plans de camera subjective dans l’espace qu’on ne retrouve pas dans le film).

Voila, le film est sorti chez nous depuis belle lurette, dvd proposant trailer et filmos en plus d’un petit making of.

Link to comment
Share on other sites

J'adore ce film... Je le met et je m'endors en 29min59.... C'est trop bien les soirs d'insommnie... ou pas...

C'est en tous cas toujours le DVD que je met pour roupiller... Et quand j'ouvre les yeux, je vois une série B totalement débile mais aux SFX tellement cools, et à l'histoire tellement 50's finalement, que je reste en extase.

 

J'adore... !!!!!!!

 

Yeah la vraie zone bis !!! Dimanche 08h07 pas dormi, pas envie pleins de trucs qui tournent dans le cerveau.... vais me le mater tiens

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 5 years later...

Tiens, partant du principe qu'un film avec Donald Suttherland ne pouvait être mauvais, je l'ai revu aujourd'hui.

 

Bon on passe sur les influences à tire-larigot, le côté cheap, l'opportuisme général (c'est plus ou moins contemporain à Event Horizon, soit peu ou prou la même histoire) et Jamie Lee qui ressemble à un mec...

 

Par contre, l'estéthisme général, façon Clive Barker biomécanique, m'a assez séduit et le tout se regarde sans trop d'ennui (si si).

 

Et les plans à la Terminator, ça fait toujours joli.

 

Et les effets spéciaux, qui ont du bouffer le budget, sont assez bluffant.

Link to comment
Share on other sites

J'en ai plus trop de souvenirs, à part Jamie Lee Curtis venue pour le chèque mais qui reste digne, une mise en scène plan plan et un robot plutôt cool. C'était pas terrible mais peut-être que ça passerait mieux aujourd'hui, avec la patine 90's.

 

Par contre je découvre le budget de la chose : 75 millions quand même, pour ça...

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...
 Share

×
×
  • Create New...