Aller au contenu

Steve

Membre ZoneBis
  • Compteur de contenus

    6 633
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Steve

  1. Toi ca n'a pas du te choquer car c'est toujours tres fort dans les salles ou tu vas. Mais je sais pas ce qu'ils ont reussi a faire au mixage, mais ca m'a explose les tympans alors que la salle ou je suis alle ne m'a jamais donne cette impression. J'ai trouve ca parfaitement debile, quelques scenes sympas en 3D (ma projo etait parfaitement calibree), 2 punch lines qui m'ont fait mourir de rire, une scene nanarlandesque (la reunion des elites ou ils preparent leur plan malefique), en fait je dois dire que j'ai passe un meilleur moment que xXX 3. Au moins Milla à 41 ans fait bonne figure à pete
  2. Voila, donc moi j'ai vraiment deteste. Je ne trouve pas que ce soit un bon film, ni meme une bonne comedie musicale. On peut parler du fait qu'il n'y a aucun semblant de dramaturgie jusqu'a ce que Gosling rate son soufflé au fromage a la 90eme minute ? On parle du fait que Chazelle se la raconte dans les dialogues de Goslin genre "le jazz, cet art noble, personnel, salutaire, imprevisible", et son perso ne trouve moyen que de faire de la soupe, se plaindre et ouvrir son jazz bar a hipsters tandis que John Legend lui experimente mais se retrouve finalement l'antagoniste du film ? On parle du fa
  3. Tu as raison, mais il faudra qu'on se rappelle de La La Land du cul aussi du coup.
  4. Apparemment pas forcement grand chose de crucial, ce seraient les fans coreens du film qui auraient pousse pour mettre toutes les scenes coupees dans le film. http://collider.com/park-chan-wook-handmaiden-extended-edition-interview/#kim-tae-ri
  5. Je viens de le revoir ce soir, mais en salles cette fois-ci. Et ca claque encore plus. Pour moi les deux niveaux de lecture fonctionnent aussi bien l'un que l'autre. La partie purement fantastique repose sur des ficelles certes connues mais toujours efficaces. Quant à l'allégorie sur les dessous de l'oppression d'un Iran post-Revolution, c'est assez remarquable. Ca reussit a ne presque jamais etre lourd (okay on pourrait chipoter sur quelques raccourcis scenaristiques un poil demonstratifs). Je trouve que le film trouve sa place dans le cinema de genre actuel, une sorte d'"Echine du diable"
  6. Jamais reussi a finir Creed. Par contre j'aime bien Fruitvale Station. Comme tu le dis ca a le merite d'etre court et de mettre Jordan en lumiere. Et meme si le sujet est convenu, ca fout quand meme les boules. Maintenant c'est vrai que si à chaque faits divers, on se mettait à faire des films sur la vie des victimes, on serait pas sorti.
  7. Steve

    TOP / FLOP 2016

    Top Arrival Swiss Army Man The Witch Der Nachtmahr Son of Saul Elle The Handmaiden Embrace of the Serpent 45 Years Under The Shadow Don't Breathe Shin Godzilla The 13th The Big Short Midnight Special Keanu Loving Hell Or High Water Divines Donald Trump's The Art of the Deal Flop Bad Moms The Girl on the Train Ghostbusters Independence Day: Resurgence Where to Invade Next? Sausage Party BvS Suicide Squad Neon Demon Train to Busan (et The Whailing est pas loin) Pour le reste, tout est la : http://letterboxd.com/movierev/year/2016/
  8. Steve

    The OA (2016) Netflix

    J'ai bouffe la saison 1 en un weekend et j'ai adore, mais par contre ca part dans quelque chose de vraiment imprevisible, et qui ne brosse pas les spectateurs dans le sens du poil. Pour le coup on est plus dans un trip a la Sense 8 que Stranger Things, voire un remake non officiel de Martyrs J'attends ton retour quand t'auras fini.
  9. Alors moi aussi j'ai plutot aime. Kurzel est loin d'etre un manche, son equipe non plus, la photo comme la musique deboitent carrement. Niveau scenar c'est un peu la deconvenue attendue, on sent qu'Ubi est derriere pour limiter les degats mais devoir expliquer l'origine de la mythologie Templier/Abstergo tout ca, c'est ce qui plantait les premiers jeux. On pouvait difficilement s'en passer en meme temps, je comprends. Mais du coup les sequences memoires sont uniquement des sequences d'action (bien torchees et 100% en espagnol, ce qui est couillu), alors qu'on verrait bien Fassbender prendre un
  10. Steve

    Divines - Houda Benyamina - 2016

    Bon je remonte un topic parti grave en couilles, mais le film est distribué par Netflix internationalement (comme quoi il pouvait pas mieux s'exporter celui-là). Et c'est pas mal. On pense effectivement beaucoup à Bande de filles, que j'ai quand même préféré. On a presque la même mise en place, les mêmes persos, la même palette de couleurs. Mais le film de Benyamina pousse peut-être le bouchon un peu loin : le bidonville (je suis peut-être un peu éloigné de Paris, mais est-ce réaliste que Dounia sorte d'un bidonville pareil ?), la romance avec le danseur, et le climax (limite impardonnable).
  11. Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Un bon gros On pense à Contact de Zemeckis et Rencontres du 3ème Type (mais en plus clinique), Solaris aussi et un poil d'Interstellar (le côté pseudo-intelligent en moins). Mais c'est brillamment construit et très fluide, même le côté pathos n'est pas en trop car ça s'inscrit vraiment dans la logique du film. Ouais, du concept de base jusqu'au design en passant p
  12. Pas aime, mais alors pas aime du tout. Pourtant pas allergique aux gros films coreens genre Flu. Mais la j'ai trouve le temps long. Du coup la, ils passent Seoul Station aussi au festival. C'est mieux ou pas ?
  13. Steve

    Neighbors - Nicholas Stoller (2014)

    Pour le coup, j'ai trouve la suite bien plus reussie. Ca detourne non seulement quelques codes du premier film qui etaient justement lourds, mais voir meme le message du film, qui se teinte de feminisme et de LGBTQ-isme. Pas sur que ceux qui ont adore le film original ne trouvent leur compte du coup.
  14. Pareil. Vu hier et j'etais subjugue de bout en bout. Plutot fan du monsieur derriere tout cas en meme temps, donc meme ses tics ne me derangent pas. Et quelles actrices ! Et quelle musique (le theme un peu a la Desplat )
  15. Steve

    Tu ne tueras point - Mel Gibson - 2016

    Heu alors oui y'a plein de trucs qui deboitent, principalement Hugo Weaving dans la premiere partie et les batailles de la deuxieme partie, mais faut noter quand meme que le film baigne dans la metaphore religieuse tout le long. Et autant jusqu'au moment des sauvetages, le perso reste assez ancré dans l'humain, sa transformation par la souffrance en martyr dans la dernière scene, j'ai pas trouve ca digeste personnellement. Ca m'a un peu gache le film qui est assez recommandable sinon sur l'aspect purement technique.
  16. Steve

    Get Out - Jordan Peele - 2017

    Intriguant. On comprend pas tout mais au moins ca a l'air de sortir des sentiers battus. Et comme j'ai apprecie Keanu, celui-ci devrait offrir logiquement le meme esprit.
  17. Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère. Ca sent vraiment le truc qui veut surfer sur Gone Girl. Mais quelle grosse daube. J'ai souffert du début à la fin. 5G6sZ9A8tKQ
  18. L'histoire vraie de la tentative d'assassinat de l'Opération Anthropoid destinée à éliminer le général SS Reinhard Heydrich, le "Boucher de Prague" et le principal architecte de la Solution Finale et le troisième homme du Reich derrière Hitler et Himmler. Un Sean Ellis un peu mineur, en tout cas sur une grosse partie du film. C'est très lent à se mettre en place tout ça, le film s'intéresse à montrer l'organisation la cellule de résistance sans pas montrer grand chose du contexte autour. Tout le monde s'essaie à un accent tchèque approximatif, y'a une romance qui plombe le deuxième acte, pui
  19. D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire. La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des technic
  20. Steve

    Saul fia - László Nemes (2015)

    Alors apres en avoir entendu de tres mauvaises choses de partout, je me suis personnellement pris un gros coup dans la tronche. J'apprehendais vachement le gimmick visuel, mais j'ai jamais eu le probleme de trouver ca trop lourd a la longue. Maintenant j'ai vu ca sur petit ecran et peut-etre que ca joue vu que les gros plans ca a un effet tout a fait different un ecran de cinema (et je suis de ceux qui n'apprecie pas leur usage contre-productif au cinema). Mais donc là je n'ai pas laché le film des yeux une seule seconde. L'acteur est monstreux, et son personnage comme le dis Cyril, est comple
  21. Steve

    Keanu - Peter Atencio - 2016

    Alors je sais pas trop pourquoi mais j'ai completement craque sur ce film. J'ai trouve ca drole quand il faut, c'est jamais lourd, le film a super patte (hum hum) visuelle, le duo d'acteurs fonctionnent a fond, et puis le chat est trop cute bien sur. Voila j'ai pas envie d'en dire plus, na ! Mais je conseille.
  22. Tout pareil comme Jeremie. Franchement top cette saison. Par contre faut peut-etre prevenir que meme si humour il y a toujours, on va aussi commencer a vouloir se couper franchement les veines a ce rythme sur le fil rouge de l'histoire.
  23. Dans un monde apocalyptique, les réserves de pétrole sont asséchées. Enfermé dans une maison et assiégé par l'ennemi, un ingénieur a en sa possession une technologie qui peut mettre fin à la guerre civile en libérant une réserve d'énergie illimitée. Mais cette technologie a créé une anomalie : lui et ses amis sont obligés de revivre le même jour encore et encore... Ca se présente vraiment comme le Edge of Tomorrow / Source Code du pauvre, j'avoue avoir eu du mal sur les 10-15 premières minutes tant le perso principal est vraiment un mauvais sosie de Tom Cruise et le film inondé de dialogues
  24. Je me suis fait violence pour aller le voir, sachant pertinemment ne pas être la cible, et au moins avoir fait le tour des gags dans la bande-annonce. Et ben dans le mille. Je me souviens avoir décroché un petit ricanement (mais je ne sais plus pourquoi), le reste c'était laborieux. L'allégorie sur les religions est forcée, mais c'est noyé dans tant d'obscénités puériles que ça en perd tout son poids. Le truc c'est que le film montre au final qu'il est totalement conscient de ça, mais nous impose tout de même des sequences encore pires en guise de clou final. Sur ce, je préfère oublier et pass
×
×
  • Créer...