Jump to content

The Divide - Xavier Gens (2010)


Steve
 Share

Recommended Posts

Xavier Gens (”Hitman”) has agreed to direct the action thriller “The Fallout” and production starts February in Eastern Europe. ContentFilm International has taken worldwide sales rights to the film on the eve of AFM (American Film Market). The film is set in post-apocalyptic New York and it’s being billed as “a thriller that combines elements of Assault on Precinct 13 with Lord of the Flies in a story of survival.”

 

According to Screendaily, “The Fallout” will be produced by Ross Dinerstein (”The Killing Room”, “Powder Blue”), Darryn Welch (”Goal! The Dream Begins”, and Tony Krantz (”24?, “Mulholland Drive”) and it was written by Karl Mueller and Eron Sheean who will also co-produce.

 

While some producers play it safe with their quotes….I love the one Producer Darryn Welch gave for the project, “With a collective of ‘End of the World’ movies hitting the theatres presently, this film will undoubtedly stand out like a ravenous Pit bull in a school playground… brace yourselves cause this film has a serious bite to it!”

 

ContentFilm International’s President Jamie Carmichael added: ‘Xavier is a super talented, commercial filmmaker and he’s a perfect match for this terrifying material. It’s going to be a very stylish genre film and we’re extremely excited to be working with him, Ross and Darryn.’

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...
  • 9 months later...
  • 6 months later...

Bon bah c'est vraiment pas terrible.

 

La bande-annonce laisse sous-entendre une sorte de post-apo avec des mecs chelous en combinaison qui viennent mettre le souk comme à la fin des rats de Manhattan, mais en fait c'est pas du tout ça.

 

C'est un huis clos tendance the Mist, voire Dogville (oui je sais, c'est pas vraiment un huis-clos), avec des gens réunis trop longtemps dans un espace clos, et ils deviennent fous et ils se violent, se torturent, et c'est chiant à force. Tous les personnages ou presque sont bêtes, et on regarde ça avec le même détachement qu'on aurait à mater Secret Story, en se demandant constamment

 

Y a un passage S.F. au bout de 20 minutes où on se dit ça y est ça va partir, mais en fait non, c'est tellement mieux de montrer Rosanna Arquette se faire humilier sexuellement...

 

Seule consolation : Michael Biehn est super, et ça fera plaisir à beaucoup de gens ici de le voir en forme, je pense, et sur la scène finale, Gens se rappelle qu'il peut être bon visuellement, même si la encore c'est assez bête.

 

Dernier point : la musique est plutôt nulle, avec du piano larmoyant et des chœurs façon Gladiator, on a l'impression de mater un épisode de Grey's Anatomy.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Pas bon du tout !

 

Alors déjà le scénar' tiens sur une feuille de PQ : une sorte d'explosion nucléaire ravage tout en plus de propager un virus par la suite. Y'a un petit groupe de survivants qui se réfugient dans l'abris anti atomique d'un building et quand ils essayent d'en sortir y'a des militaire en combinaisons chelou qui sont méchants donc ils restent dans leur abris.

 

En fait c'est un parti pris vu que ce qui interesse Gens c'est filmer ses persos péter un câble petit à petit à cause du virus. Pourquoi pas sauf que l'idée est très mal exploitée. Bah oui c'est supra chiant, ultra z et ça dure 2 heures !!

 

A partir de là faudra se contenter d'une succession de scènes ennuyeuses crades et pseudo-trash bien racoleuses : Tortures, mutilations, viols, travestissement... Le casting, qui oscille entre has been et second rôles de séries tv n'est guère plus réjouissant vu qu'ils jouent tous comme des patates, Roseanna Arquette en tête ! Seul Michael Biehn avec sa tronche burinée tire son épingle du jeu. Hélas, si il tient le rôle principal la première heure, il se retrouve mis à l'écart pour laisser place à une insupportable bonnasse qui joue les rebelle.

 

Ah oui et Kevo décrit très bien la musique. Trois accords de piano pourris et des choeurs façon série us bidon pour bien accentuer le côté mélodramatique du truc... Lourd. Mais les emos apprécieront.

 

Bon, au moins c'est en scope et joliment filmé. Mais c'est tout. Le genre de film de festivals qui va faire les beaux jours des bacs à soldes et des vidéo futur.

 

Sinon, troisième long de Gens et troisième ENORME déception !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Encore un film de Gens pas parfait de bout en bout, mais au moins celui-ci prend sens au fur et a mesure du film au lieu de sombrer dans le ridicule comme ses deux premiers films. Au vu du trailer, on peut penser que le resultat, un huit-clos, manque d'ambition, mais Gens a une idee en tete, montrer la rapide deshumanisation d'un groupe d'individus sans espoir. Il fonce dans le tas sans jamais changer de cap, et je dois dire que la deuxieme partie du film m'a plutot impressionne. Ca fait tres exploit', mais pas Z pour autant je trouve.

Link to comment
Share on other sites

J'ai plutôt bien aimé.

 

De loin le métrage le plus abouti de Xavier Gens.

 

Oeuvre parfois suffocante sur la perte d'humanité.

 

Casting hyper impliqué. Les acteurs se sont sacrément métamorphosés en un mois de tournage (certains ont perdu 17 kilos).

 

Biehn est terrible (dommage que son perso soit mis à l'écart un temps)

 

Rosanna Arquette a bien du mérite d'avoir accepté un tel rôle (passif, mais loin d'être anodin avec le recul).

 

Le duo Ventimiglia / Eklund est parfois hallucinant

 

Bref, gros boulot sur la direction d'acteurs de la part de Gens.

 

Un Gens qui signe d'ailleurs une mise en scène plus discrète que de coutume, ce qui va bien avec le film.

 

Sinon, j'ai bien aimé deux partis-pris :

 

- Notion du temps ultra floue.

 

- Pas d'explication(s).

 

Film pas parfait non plus (des problèmes de rythme et des trucs too much) mais on sent que le père Gens pourrait bien nous balancer une petite bombe à la gueule un de ces quatre

Link to comment
Share on other sites

Dans le camp des convaincus, c'est pas mal du tout.

 

Bon tout n'est pas parfait non plus, notamment le scénario c'est un peu le bordel. Genre au début on a l'impression qu'ils sont 50 dans ce sous-sol puis tout d'un coup ils sont 6. Le côté The Crazies de l'intrigue ne sert somme toute à pas grand chose à part trouver de l'équipement, c'est dommage. Le talent visuel de Gens et un Michael Biehn qui bouffe tout le casting font passer la pilule.

 

Chouette fin, grand moment de salopitude quand même.

 

Mon Gens préféré reste toutefois frontière(s), à ce jour. Mine de rien, le gars Xavier entame une oeuvre bien noire.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...