Jump to content

Real Steel - Shawn Levy, 2011


Kerozene
 Share

Recommended Posts

  • 4 months later...

putain, on arrive à une époque avec un scenar où un ancien boxeur et un petit garçon fabriquent et entrainent un robot pour de la boxe entre robot et ça se tourne avec des violons , c'est même plus de l'humour ou de la parodie mais du cynisme.

Link to comment
Share on other sites

je trouve pas ça plus con ou cynique qu'un Transformers -qui est aussi un film avec des robots et des violons-.

 

 

Bizarre de pas voir des partout.

 

Rien à voir ! Dans transformers :

 

- Les robots sont géants

- Ils sont pleins

- Ils se transforment en truc

- Ils pètent des trucs

- Ils se battent avec des armes de destruction massive

- Ya pas de gosse

- Ya Megan Fox

- Yavait peut être des violons, j'en sais rien, j'ai surtout souvenir que c'était FORT

 

ça fait toute la différence

Link to comment
Share on other sites

je trouve pas ça plus con ou cynique qu'un Transformers -qui est aussi un film avec des robots et des violons-.

 

 

Bizarre de pas voir des partout.

 

Rien à voir ! Dans transformers :

 

- Les robots sont géants

- Ils sont pleins

- Ils se transforment en truc

- Ils pètent des trucs

- Ils se battent avec des armes de destruction massive

- Ya pas de gosse

- Ya Megan Fox

- Yavait peut être des violons, j'en sais rien, j'ai surtout souvenir que c'était FORT

 

ça fait toute la différence

 

Et je doute que, même dans l'intimité du vestiaire, on puisse apercevoir les balloches du robot de Jackman.

Alors que chez Bay, t'as tout le temps de les voir se balancer au gré du vent

 

(sinon ça sent mauvais. Si ya bien des mecs qui sont pas faits pour la boxe, c'est les robots. Quand un boxer prend un coup, t'as pas envie d'entendre "CLING" mais de voir voler le sang, les dents et la morve )

Link to comment
Share on other sites

non mais moi je crois que soit j'ai pas vu les même Transformers que vous, soit vous vous êtes endormis pendant les séances et avez fantasmés deux films.

 

Transformers 1&2, certes c'est complètement con, mais c'est aussi et quand même la frustration à son meilleur. Je veux bien mettre un dollar sur T3 Dark Side of the Moon, mais bon...

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Bon c'est pas fameux mais moins pire que je pensais.

 

Le film se suit sans peine même si il y a vraiment un problème de rythme évident, ils en mettent un temps entre chaque bastons, et il le passe à discuter de la vie en coton avec moult dépassement de soi, s'il te plait, et je crois en toi.

Il y a quand même beaucoup de pathos gerbant, puis la tête du gosse n'aide pas, qu'est ce qu'il est laid ce môme avec son groin.

Le pire étant le gamin qui danse avec son robot et Hugh qui lui dit de le faire à chaque fois qu'il entre dans le ring, du coup on a le gamin qui nous fait du Kamel Ouali dans un stade. Mais il n'est pas tout seul, il y a Hugh aussi qui fait du shadow boxing à chier des clous parce que son robot il a la fonction reconnaissance de mouvement, c'est plutôt une bonne idée mais à la fin quand on voit Hugh gesticuler comme un mongolo on a un peu mal au fion.

 

Il reste des robots au look cools qui font oublier les gribouillis Transformers, Evangeline Lily qui a des épaules à tomber , Hugh qui nous sort une de ces veines sur le biceps

 

Finalement il est quand même pourrave ce film.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Bon c'est con, ça ressemble plus à un remake d'Over the Top qu'à la nouvelle d'origine, mais c'est marrant, et surtout les effets spéciaux des robots qui se tapent dessus défoncent le cul des trois Transformers réunis une main dans le dos et les yeux bandés.

 

Passipir.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

C'est vrai que c'est d'une connerie assez époustouflante mais elle est tellement assumée et traitée d'une manière si 1er degré que ça en devient presque touchant.

Et que ça permet, du coup, de suivre le tout jusqu'au bout sans trop user de la touche "avance rapide" (alors que tout se devine, au bas mot, une heure et demie à l'avance).

 

On appréciera le sous-texte finalement bien plus intéressant que le film lui-même (un loser total mais américain qui retrouve l'estime de soi en tenant la dragée haute, par mécaniques interposées, à un sale jaune et une pute de l'Est : soit les dangers actuels pour l'empire de l'oncle Sam).

 

Et un big up pour le look des robots qui balaient sans peine les immondices des Transformers - mais Bay avec ses géants d'acier, c'est comme J.J. Abrams et ses bestioles aliens : il a beau ne pas savoir en créér, ça ne l'empêche pas d'en refourger dans tous ses films...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

je vous trouve un poil méchant, pour un film "pour gosse", je trouve que ca passe très bien même si ok le gamin devient insupportable à partir du moment où il danse et que l'ensemble vole pas très haut. Je trouve en tout cas la première heure très réussi. C'est peut etre parce que je m'attendais à encore plus de clichés.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

commençons par les points négatifs :

- c'est vu, revu et mille fois revu ailleurs, tout est archi-balisé, téléphoné, avisé trois mois à l'avance par lettre recommandée avec accusé de réception.

- c'est terriblement gnangnan, avec pathos, violon, dépassement de soi, larmes à l"oeil et embrassades de rigueur.

- le robot du héros a le charisme d'une pomme de terre. certes, c'est volontaire, mais je regrette qu'on ne s'y attache pas un seul instant, que ses propriétaires ne lui donnent pas plus de gueule, qu'on ne souffre pas pour lui quand il encaisse les coups

 

pourtant, malgré ces grosses tares, j'ai passé un bon moment devant ce film pour mioches.

les effets spéciaux sont excellents et surtout très bien intégrés, ils ne font pas dans la surenchère et restent toujours lisibles, ce qui fait qu'on y croit.

surtout j'ai eu l'impression agréable de me taper un authentique film fin années 80. le concept de la baston de robots semble tout droit sorti d'un Charles Band, fusion entre Robot Jox et Arena, tout en jouant évidemment le bis de Rocky. il y a des punks de post-apo qui tirent la langue en secouant leur biere, du placement de produit à gogo, un gamin débrouillard, frimeur et fort en jeux vidéos qui dame le pion aux grands,... et puis il y a une grosse brutalité masquée par le subterfuge des robots: poing dans la gueule, bras arraché, décapitation, corps qui sécroule dans une flaque d'huile...

si je l'avais vu quand j'avais 9 ou 10 ans, j'aurais trouvé ça top moumoute

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...