Jump to content

John Rambo - Sylvester Stallone (2008)


Steve
 Share

Recommended Posts

vu cet aprem

 

c'est pas mal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JOHN RAMBO FAIT SON SONNY CHIBA, IL Y A DES MORCEAUX DE VIANDE PARTOUT

 

C'EST LA BOUCHERIE

 

LE SCENARIO TIENT SUR UN BONBON, LA REALISATION EST BIEN EFFICACE, STALLONE, TOUT BOURSOUFFLE, PETERAIT BIEN LA RONDELLE A LA BLONDE MAIS PREFERE OUVRIR LE BIDE DU PEDOPHILE

 

gros point négatif (qui n'entame en rien le plaisir) à mon gout c'est les mercenaires j'aurais aimé voir une équipe à la Predator, un truc qui renforce encore plus l'impact de Rambo.

 

mention spéciale pour le plan à la fin ou John apparait derrière le Birman ainsi qu'à la fin logique, magique je suis reste jusqu'à la fin pour voir si il était bien rentré dans la ferme

 

et c'est vrai la musique est très bonne.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 233
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

COMME C'EST TROP COURT!

 

CE FILM A TOUT POUR PLAIRE : DES MINES ANTI-PERSONNEL, UNE CLAYMORE, DES TIRS DE BARRETT, UN LANCE-ROQUETTE ET UNE MACHETTE

 

Seul petit regret, on sent l'héritage NU image au niveau de certains effets numériques.

Link to comment
Share on other sites

RIEN A FOUTRE TANT QUE CA CHIE.

LE FILM EST PARFAIT, IL SERAIT TROP LONG CA SERAIT CHIANT, LA VA FALLOIR LE REGARDER 100 FOIS POUR BIEN VOIR COMMENT LES MECHANTS SE FONT DEFONCER LA VIE.

OUAIS Y EN A UN QUI SE FAIT TRANCHER PUIS SEPARER EN 2 DE FACON MAGISTRALE AVEC LA MACHETTE QUE JOHN RAMBO A FABRIQUé LUI MEME LA NUIT D'AVANT AVEC UNE TIGE DE FERRAILLAGE A BETON.

LE FILM EST PARFAIT meme si on passe de la pluie au sec en une nuit, mais on s'en fout Y'EN A UN QUI SE PREND UNE FLECHE DANS LA JOUE!

Link to comment
Share on other sites

Moi je continue à préférer RAMBO 2.

Ca manque méchamment d'hélico !!

Pour ce qui est du reste... du très bel ouvrage. Il va sans dire que Stallone s'est drôlement amélioré niveau réal depuis STAYING ALIVE, même si les deux partagent même un goût du mauvais. Ce sont les meilleures séquences d'action pure vu depuis des lustres, lisibles, hargneuses, cinglées.

 

Stallone est quand même terriblement cabossé dans le film, on ne peut pas dire que le film regorge de plans flatteurs, mine dégueulasse, profil écrasé, allure lourde (revoyez le deux pour comparer), oeil plus torve que jamais. On savait evidemment qu'il ne chercherait pas l'érotisation de son personnage, c'est franchement réussi.

Après on pourra trouver le film un peu déséquilibré... ca commence dur, pour retomber mou un long moment avant l'éjaculation totale... y a une éventration pas belle (flot d'intestins ensanglantés en CGI pourrave) mais à côté de ça, la brutalité réaliste fait son effet. Clair que l'int-12 ans fait doucement rigoler quand on regarde le barême appliqué plus généralement. Le CNC doit penser de toutes façons que le film s'adresse à des vieux gogols, pas aux mineurs vulnérables à SAW.

 

Pour ce qui est du fond du film... soit disant complaisant avec une organisation d'intégristes... très franchement, on s'en fout... tellement tout ca n'est pas le sujet du film, qui est avant tout la dernière saillie du Dieu de la bourrine attitude... les personnages sont à peine esquissés (y compris la fille : blonde, humaniste... un peu conne dans le regard de Rambo), ce sont des playmobil à cartonner point barre. La chose religieuse dans le film donne surtout une impression de dérisoire, aller chercher du signifiant là-dedans c'est se moquer du monde... le sujet, c'est le vioque désabusé qui regarde tout ca et tant mieux.

 

Brian Tyler, une fois de plus fait mouche... encrage dans la série oblige, il redonne un coup de lustre à Goldsmith et dévelloppe une orientation assez Zimmerienne. (à la "Beyond Rangoon", normal... et même "Thin Red Line" lors du carton dans le village! Un côté très la guerre c'est moche mais c'est beau)

La transition finale est un peu rude, mais apporte une touche en forme de clôture joliment sobre, voire émouvante... une note de douceur dans un gros revival méchamment réussi. Viva Sly!

 

Mon top Rambo:

 

RAMBO II LA MISSION : XXX

JOHN RAMBO : XXX

RAMBO : XX

RAMBO III : 0

 

PS : J'espère que le film fera suffisamment de bénéfices pour que Milenium Films s'achète un vrai logo de cinéma...

Link to comment
Share on other sites

Un an après avoir magnifiquement conclue la saga Rocky, Sylvester Stallone est de retour avec le quatrième film dédié au personnage mythique de John Rambo… bienvenue en enfer !

 

Ce qui frappe quand on repense aux deux derniers films de Sly c’est leurs énormes différences, on a d’un côté Rocky Balboa le boxeur naïf et tendre qui croit en l’homme et en sa capacité à réussir à changer les choses et de l’autre il y a John Rambo qui est un être seul qui a perdu toute foie en l’être humain, un guerrier brisé par la violence d’un monde en quel il ne croit plus. Pourtant les deux films sont écrits par une seule et même personne Sly affiche aujourd’hui deux faces totalement différentes de sa personnalité et les assume parfaitement.

 

John Rambo donne le ton dès l’ouverture, la guerre on va la vivre en direct avec ce qu’elle a de plus laid, on est venu voir de la violence, Stallone va jouer avec ça et nous impose un spectacle hardcore et sans retenu mais ici rien n’est filmé de manière cool et fun à la manière d’un « die hard 4 » non Sly réalise un film direct, froid, sombre et d’une violence rarement vu dans un film de ce genre au cinéma mais ici pas de complaisance il ne film pas cette violence pour la mettre en valeur ni pour flatter le spectateur à la manière d’un saw IV, il apporte une vrai réflexion sur l’utilisation de la violence au cinéma, il veut choquer et faire réagir son audience. La dernière demi heure est à ce titre un véritable carnage, les balles nous assourdissent, le sang recouvre le sol et les cadavres s’empilent les un après les autres, il est impossible de rester indifférent face à se déchaînement de violence qui nous claque au visage… tétanisant !

Sly change donc complètement de visage dans ce film et filme le chaos ici un homme ne peut rien changer, cette équipe ne peut rien changer au contraire elle va entraîner la mort de centaines de personnes alors qu’elle venait pour en sauver d’ailleurs Rambo contemplera ce gâchis dans un plan magnifique qui résume parfaitement l’ensemble du film, ça n’en finira jamais et il le sait… Tout ça pour ça !!! Mais Stallone a-t-il perdu tout espoir en l’homme pour autant ? Il est certain que non et cette fin mélancolique laisse quand même une lueur d’éspoire si petite soit elle mais hors de question de réveler la chose ici !

Stallone assume et y va à fond et comme pour Rocky Balboa il assume son âge et n’essaye pas de se mettre en valeur, visage marqué et démarche parfois balourde (le corps n’a plus rien à voir avec celui de first blood II) tout en restant toujours aussi menaçant et dangereux. Le tout est filmé à l’ancienne sans montage ultra cut ni effets racoleurs on a affaire à une réalisation old school ultra efficace qui en montre à beaucoup de jeunes réals qui se la racontent. La photographie est aussi magnifique avec des scènes de nuits sous la pluie vraiment réussies et le score de Brian Tyler est une réussite il a su reprendre la compo de Jerry Goldsmith en la modernisant comme il faut.

 

On a affaire ici à une réussite incontestable de la part d’un réal en pleine possession de ses moyens et qui sait ce qu’il fait avance sans cynisme et qui a su évoluer avec son temps. Non Je le redis Sly n’est pas mort et une nouvelle belle carrière s’ouvre devant lui… Merci Sly

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Le film flatte vraiment les instincs les plus primaires, j'avais la banane tout du long devant le spectacle d'une violence absolument invraisemblable proposé par Sly. Incroyable que le film ne soit interdit qu'au moins de 12 ans !

 

Les personnages n'ont pas de substance, quels qu'ils soient, Stallone n'a aucune sympathie pour eux, ils servent juste de chair à canon. Son John Rambo est monstrueux, au sens premier du terme. Laid, énorme, carré, inexpressif, sauvage, et très flippant. Courageux de lui faire enfin assumer son côté machine à tuer inhumaine.

 

Pas d'histoire, pas de morale, on s'en fout, Stallone crache à la gueule du spectateur son nihilisme en lui offrant un spectacle d'une barbarie totale, un festival de bidoche explosée d'un milliard de façons différentes, une espèce de Barry Lyndon de l'équarissage. En plus le film est plutôt bien mis en scène, agréable à l'oeil, en tout cas techniquement très largement au dessus de Rocky Balboa. Seuls quelques effets spéciaux numériques malvenus viennent un peu picoter l'oeil mais c'est vraiment pas grand chose.

 

LA CLASSE !!!

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...