Jump to content

Repo Man - Alex Cox (1985)


steb
 Share

Recommended Posts

  • 5 months later...
  • 2 years later...

Maintenant que j'ai vu ce film, je me sens un homme plus complet.

 

Il se passe pas grand chose, mais les dialogues sont très rigolos. Et la bande son est très classe, avec quand même Black Flag, Circle Jerk et Iggy Pop.

 

Question : Sachant que la bande dessinée des watchmen est sortie un an après ce film, peut-on considérer la scène où Rorschach mange les haricots froids comme un hommage à Repo-man, sachant qu'il y a pratiquement la même scène quand Otto rentre chez ses parents ?

Link to comment
Share on other sites

Je sais pas si c'est vraiment à n'y rien comprendre.

 

A mon avis, ce qui a marqué les gens, c'est le côté profondément punk du film, avec son anti-héros un peu loser, ses punks braqueurs de supérette un peu débiles. Mélangé à une idée de science-fiction rigolote, ça fait clic.

 

L'aspect un peu branleur du film, où effectivement il se passe pas grand chose, me rappelle un peu le doom generation d'Arakki (surtout la scène de la fusillade dans la supérette, complètement absurde).

 

Ca, plus la patine année 80 qui peut rendre nostalgique.

 

Le film a plein de défauts évidents, le rythme est pas très élevé par exemple, mais pour peu qu'on soit bien disposé, ces défauts en deviennent sympathiques.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

ben j'ai vachement aimé, en gros pour tout les éléments évoqués plus hauts par Kevo, la 80's touch, le mélange des genres, le côté punk, les dialogues savoureux...

 

Par contre, si je suis un ado né en 95 et que je découvre le film maintenant, je pense que je me flingue d'ennui et d'incompréhension.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 11 months later...

sans doute pollué par son aura de film (trou du) culte, midnight movie, indé, trop super wahou, je me suis gentiment ennuyé, en me demandant ce qui avait bien pu laisser un souvenir si indélébile à ses aficionados.

c'est pas nul, plutôt original, mais enfin pas de quoi se relever la nuit non plus. et il ne se passe presque rien. ou j'ai oublié, ce qui est pire.

en m'y rendant sans a priori positif, j'aurais peut-être mieux apprécié

 

bref, mon conseil à qui veut le découvrir : ne pas trop s'attendre à un truc de siphonné.

Link to comment
Share on other sites

sans doute pollué par son aura de film (trou du) culte, midnight movie, indé, trop super wahou, je me suis gentiment ennuyé, en me demandant ce qui avait bien pu laisser un souvenir si indélébile à ses aficionados.

c'est pas nul, plutôt original, mais enfin pas de quoi se relever la nuit non plus. et il ne se passe presque rien. ou j'ai oublié, ce qui est pire.

en m'y rendant sans a priori positif, j'aurais peut-être mieux apprécié

 

bref, mon conseil à qui veut le découvrir : ne pas trop s'attendre à un truc de siphonné.

 

 

C'est clair que de qualifier le film de "punk" donne fausse idée de la chose.

Le fond l'est, la forme beaucoup moins... du moins en ce qui concerne le rythme de l'action.

Du coup cette définition ne peut qu'amener à une déception.

Link to comment
Share on other sites

C'est clair que de qualifier le film de "punk" donne fausse idée de la chose.

 

oui voilà, je crois que le problème c'est ce qu'on entend par "punk"

certes dans Repo Man on retrouve des groupes de punk dans la b.o. ainsi qu'un certain esprit critique de la société et anti-consumériste, mais où sont la révolte, l'énergie, la radicalité, le do it yourself, la crasse, le squat,... ?

Link to comment
Share on other sites

Force est de constater que Emilio Estvez qui pogotte trois secondes en bras de chemise, c'est un peu étrange pour un film punk . Dans le fond, c'est plus pertienent. Encore que, le héros semble plus vouloir rentrer dans le rang que d'en sortir...

 

Après oui, le film a un côté un peu lunaire, assez libre...c'est un chouette petit film, avec une bonne BO.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...