Jump to content

L'Ennemi Intime - Florent Emilio Siri (2007)


Cyril

Recommended Posts

Syno:

Algérie, 1959.

Les opérations militaires s'intensifient. Dans les hautes montagnes Kabyles, Terrien, un lieutenant idéaliste, prend le commandement d'une section de l'armée française. Il y rencontre le sergent Dougnac, un militaire désabusé. Leurs différences et la dure réalité du terrain vont vite mettre à l'épreuve les deux hommes. Perdus dans une guerre qui ne dit pas son nom, ils vont découvrir qu'ils n'ont comme pire ennemi qu'eux-mêmes.

 

Vu en présence de Siri, Magimel et le scénariste du film.

Mouaih, on m'avais descendu le film y a quelque semaines, du coup j'y allais sans trop y croire (et pourtant je suis admiratif su travail de Siri) et au final même si c'est mieux que ce que j'attendais, ça reste quand même ce que le réalisateur a fait de moins bon.

 

La faute a quoi, je sais pas vraiment, peut être à Dupontel qui joue comme Bernie (j'exagère un peu, mais il a le même timbre de voix et ca jure un peu), la faute aussi à un manque de je ne sais quoi, d'ambition peut être.

 

Reste de belle image, de belle séquence (l'attaque au napalm) et une musique planante et inquiétante (même si Desplat commence un peu à se répéter)

 

Au générique on aperçoit la présence de Benoît Lestang au maquillage et Steph Mouchakis dans les remerciement

 

Sinon le vrai tour de force du film était dans la salle, avec une question derrière moi d'un gars qui visiblement a eu son père qui a fait cette guerre, qui en est revenu alcoolique, qui est devenu flic et qui c'est suicidé ! Le mec avait la rage, nous a parlé de jeunesse sacrifié et bon la on ce dit ok. Après il nous raconte qu'il a écrit un scénario de SF qu'il souhaite réaliser (d'accord, le mec se place) et avec l'argent que lui rapportera le film, il souhaite construire une arche pour sauver les gens qui sont dans le besoin (véridique), du coup gros silence gêné dans la salle et les gens de UGC qui essaye tant bien que mal de récupérer le micro

Link to comment
Share on other sites

Sinon le vrai tour de force du film était dans la salle, avec une question derrière moi d'un gars qui visiblement a eu son père qui a fait cette guerre, qui en est revenu alcoolique, qui est devenu flic et qui c'est suicidé ! Le mec avait la rage, nous a parlé de jeunesse sacrifié et bon la on ce dit ok. Après il nous raconte qu'il a écrit un scénario de SF qu'il souhaite réaliser (d'accord, le mec se place) et avec l'argent que lui rapportera le film, il souhaite construire une arche pour sauver les gens qui sont dans le besoin (véridique), du coup gros silence gêné dans la salle et les gens de UGC qui essaye tant bien que mal de récupérer le micro

 

 

 

Mortel !!!

 

Sinon le film, mouais, ça a l'air carré, solide, mais sans génie, ni vraiment d'ame non plus. Une grosse machine à la française qui risque d'etre au film de guerre ce que "La mome" a pu etre au biopic en quelque sorte.

 

Mais bon, je dis ça je l'ai pas vu, je peux me tromper !

 

Mais déjà Dupontel dedans, ça part mal !

Link to comment
Share on other sites

Théo oublie de préciser que le mec en question dit qu'il a aussi affronté la mort en avalant un tube de Lexomil Un moment assez surréaliste je dois dire.

 

Sinon le film j'ai pas du tout accroché. Je ne suis pas un très grand fan de travail de Florent Emilio Siri. J'aime bien son Nid de Guêpes même si je le trouve un peu surestimé et je n'accroche pas du tout à Hotage qui hormis une ou deux images fortes m'avait profondement ennuyé.

J'allais voir celui-là avec une certaine confiance cela dit. Entre un casting assez béton (Magimel, Dupontel, Marc Barbé, Aurélien Recoing) et un sujet sensible assez peu traité au cinéma il y avait vraiment moyen de faire un petit bijou.

Et bien énorme déception. J'ai trouvé le film vraiment raté. Son problème majeur je pense est le scénario de Patrick Rotman. C'est un excellent documentariste (son doc homonyme au film de Siri est tétanisant et a in fine beaucoup plus de valeur) et sa connaissance sur le sujet est intarissable. Cependant c'est un bien piètre dramaturge et son scénario est d'une très grande faiblesse. Que ce soit dans la description de ses personnages de prime abord très caricatural ou dans l'absence d'enjeux dramatiques (même si pour le coup cela va bien avec cette guerre absurde), le film ne raconte pas grand chose et se montre très grossier dans ses tentatives de donner de l'épaisseur à l'ensemble. En résulte un film très hétérogène où une succession de scènettes se succèdent chacune exposant un aspect de cette guerre dans un souci d'exhaustivité nuisant à la cohérence filmique.

 

Ensuite du point de vue esthétique et c'est là que l'on pouvait en attendre beaucoup, Siri s'assagit assez terriblement. Comme ecrasé par son sujet sa mise en scène se fait pépère entre champ/contrechamps et scène d'attaque très plan/plan. Il tente des choses certes (dont une nuit américaine au début absolument ignoble qu'il a tenté d'expliquer lors de la conférence qui a suivi la projection mais qui est d'une laideur assez inacceptable) mais aucune scène, aucun moment n'arrive vraiment à se détacher à avoir une véritable force interne.

 

Du côté du casting Magimel est bien même si le traitement de son personnage ne lui fait pas honneur, Dupontel est incroyablement monolithique et son personnage peut-être le plus interessant en pâtit beaucoup. Aurélien Recoing que j'aime beaucoup est ridicule dans son rôle de capitaine tellement il en fait des tonnes. La surprise est sans doute Marc Barbé, excellent acteur qui en deux scènes impose un personnage complexe, humain et fort.

 

Voilà donc vraiment pas grand chose à sauver du naufrage pour moi. Siri a fait un film de guerre brouillon car mal écrit et qu'il ne parvient pas à transcender par sa mise en scène. Au final le film s'effacera bien vite de ma mémoire tellement il est banal. Il pioche d'ailleurs beaucoup dans tout ce qui a été fait dans le film de guerre auparavant, les références sont multiples mais apparaissent plus comme des décalques que comme des hommages. La seule chose intéréssante que je relèverais du film c'est cette interaction entre les décors et les personnages. Comme si ces décors un peu lunaires et sans vie dévoraient les personnages et finissaient par recouvrir de poussière leur humanité. Belle idée pas assez poussé malheureusement.

 

P.S : Je crois même avoir préféré le pourtant pas terrible Indigènes

Link to comment
Share on other sites

Mais déjà Dupontel dedans, ça part mal !

 

Ah ouais c'est sur... BERNIE, LE CREATEUR, GIORGINO, UN HEROS TRES DISCRET, LA MALADIE DE SACHS... c'est vraiment la tehon ultime du cinéma français!

Ca manque de TOUBIB, d'OURS EN PELUCHE et de FLIC QUI DORT tout ça!

Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...

Ouais, déçu aussi. Je suis à 200% d'accord avec ce que dis Art Coree.

A part ça c'étais quoi le message de ce film ? Une guerre ça vous change un homme ?

J'avoue que j'ai du mal à comprendre la raison d'être de ce film, au delà de l'importance de faire et refaire un film sur cette période peu représentée dans le cinéma français.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 3 weeks later...

C'est effectivement assez moyen, enfin surtout dans la première partie, qui reste très schématique, et qui peine à impliquer le spectateur. En gros, on dirait un jeu video, avec des missions résumées à 80% par de la bataille. Bof. Puis le film se redresse dans sa deuxième partie, quand le perso de Magimel fait volte-face. Magimel qui, je trouve par contre, a du mal à briser l'écran avec sa voix de jeunot. Dupontel est pas mal, mais c'est le reste du cast, figurants compris, qui s'en sort le mieux en fait. C'est vrai que le film tient autant du western que du film de guerre, et que Siri a un style qu'on commence à retrouver de film en film. On aime ou on aime pas. Maintenant, c'est comme pour Jeunet et son "Long dimanche...", je trouve que le style ne s'applique pas forcément bien au sujet.

 

La version que j'ai vue faisait 3 minutes supplémentaires, mais je ne sais pas quels détails ont été rajouté.

Link to comment
Share on other sites

La version que j'ai vue faisait 3 minutes supplémentaires, mais je ne sais pas quels détails ont été rajouté.

 

Si y a des plan nichons dans la version tchèque c'est forcement ça !

 

Et comment !

 

Je te dirai aussi s'il y des plans cochons dans Triangle et Mad Detective que je vois ce soir au cinoche !

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Ben j'ai trouvé ça tout à fait honorable.

C'est pas fin du tout, mais en même temps le sujet ne mérite pas forcément qu'on mette des gants pour l'aborder. Mon problème était principalement dû au fait que je ne comprenais pas la moitié des dialogues... Dupontel bouffe ses mots et il devait y avoir un problème au niveau du calibrage sonore (diffusion France 2), mais la moitié des acteurs étaient incompréhensibles, ce qui donnait un côté surréaliste au film que je n'ai pas détesté

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...