Jump to content

"Big guns" (Duccio Tessari - 1973)


DPG
 Share

Recommended Posts

Une escapade italienne pour notre ami Alain, pourtant bien moins connu que des illustres films comme "Rocco et ses frères" ou "L'eclipse". Néanmoins, il en ressort un excellent polar comme on aimerait en voir plus souvent.

 

Le pitch :

 

Un tueur à gages employé par la mafia, Tony Arzenta (Delon), désireux de se "ranger des voitures", voit sa famille disparaître dans un attentat fomenté par ses employeurs qui ne partage pas son choix. Commence alors pour notre homme, écorché vif, zombifié par la vengeance, aux aguets, une vendetta d'une violence sans limites.

 

Dit comme ça, forcement, ça donne envie. L'histoire rappelle très fortement le "Big heat" aka "Reglements de comptes" de Fritz Lang (une autre bombe soit dit en passant), plusieurs scènes sont même très proches, mais ce film là est pourtant bien singulier. Mené tambours battants, ce film se rapproche des meilleurs polars italiens 70's (bon j'en rajoute un peu là, vu que j'en ai peu vu en fait... ), fusillades, poursuites en voitures, violence sèche, persos tous très charismatiques, tantot hommes d'honneur, tantot crapules sans morale, on a là un pur polar comme on en voit plus.

 

Le personnage de Delon rappelle un peu "Le samourai" mais une sorte de Samourai humanisé, normal, il est sicilien. Ses liens avec sa femme et son fils, puis plus tard avec la jeune fille qui va l'aider, son amitié fraternelle avec son ami, ses rapports avec ses parents, rien ne manque pour permettre de rentrer dans le personnage et d'en saisir les différentes facettes. Mais une fois parti en guerre contre les pontes de la mafia, il ne fera aucune concession, laissant libre court à sa colère et à une violence expeditive. Tuco disait chez Leone "Quand on flingue, on raconte pas sa vie", Delon l'a compris et execute cette maxime à merveille.

 

Tout ça porté par une musique 70's qui colle pile poil (et une chanson pour le generique d'intro à pleurer, il me la foooooooooo ), une jolie lumière en accord avec la mélancolie de son héros, une fin abrupte mais très belle, et une mise en images très efficace de Duccio Tessari, artisan bien connu des fans de bis italien. Delon a du apprécier car il confiera à ce même Tessari la realisation du "Zorro" qu'il tournera 2 ans plus tard.

 

Un film donc assez peu connu ds la filmo du Dieu Delon, assez peu diffusé à la télé française il me semble, mais dispo ds un DVD tout à fait honnete. A redecouvrir d'urgence donc

 

Link to comment
Share on other sites

et comment parler de Big guns sans parler de Marc Porel.... Deuxieme rencontre du tandem Porel/Delon apres Le clan des siciliens.. L'affrontement de deux des plus beaux gosses du ciné 70s, deux icones, deux sex symbol.. Marc n'est malheureusement plus de ce monde et delon est une disgrace physique et abjecte aujourd'hui.. Bien triste est la vie

 

Delon à 70 ans qd meme, c normal de vieillir quoi...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Alain Delon nous refait le coup du fantôme vengeur, ce qu'il faisait très bien à cette époque mais rien de nouveau à l'horizon...

Ceci dit, la réalisation de Tessari maintient quand même le cap. Il faut reconnaître que les scènes d'action, sont en elles-même, soigneusement exécutées. Deux belles poursuites avec de jolis points de montage et une montée d'énergie dans un magma assez sinistre, évitent de tomber totalement dans la torpeur. En plus, le sort de Marc Porel n'est pas sans rappeller celui d'Omar Shariff dans TOP SECRET!

 

C'est vraiment du côté du scénario que cela pèche et son instance à souligner le code d'honneur du bon sicilien et tout le folklore habituel.

Le dernier plan totalement foireux, loupe totalement son effet. De l'ironie distante sur les pratiques de mafioso qu'on sent moralisante, on aboutie finalement à un sourire géné.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Dispo à 200$ sur le site de Vincent Gallo de sa collec' perso !

 

T'es certain que c'est Gallo derrière ce site ? C'est pas son neveu de 10 ans qui essaie de se faire du blé ? Parce que si c'est vraiment un adulte, soit il est foutrement ridicule, soit il se moque : http://www.vgmerchandise.com/store/home.php?cat=4

Mais si t'es pas riche, tu peux aussi acheter un exemplaire des Inrocks cacedédi par la vedette pour 100$ ici : http://www.vgmerchandise.com/store/home.php?cat=2

La classe américaine, oué !

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

cela ne m'a pas pas autant laminé que je le pensais. Mais, mais. Alain est si bon, quand il sort son arme de son pardessus tourné de trois quart, le regard aussi noir que ses cheveux, les yeux baissés sur celui qui va mourir. Dommage, il n'est pas toujours à l'écran. Et quel fin tragique. Depuis quand on meurt dans ses propres productions?

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...