Jump to content

Rubber - Quentin Dupieux (2010)


kevo42

Recommended Posts

Ah ptain c'est toi le con qui était mort de rire alors

 

Non mais quand je disais le film avait plus sa place dans une galerie d'art moderne, c'était pour caractériser le machin, mais ça reste une film de cinéma (de peu ceci dit).

 

J'ai moins aimé le film que toi, mais je lui ai trouvé les même qualités.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 362
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Le gros délire continue dans la carte blanche que les Cahiers du Cinéma offrent à Dupieux ce mois-ci. Il présente son travail de manière un peu étrange, mais dans l'esprit du film et rend hommage par exemple.. à Stephane Colarro.

Link to comment
Share on other sites

Oui, merci de ta précision, Stephane... pour les deux du fond qui ne suivraient pas... Mais second degré ou non, faut quand même avoir des bollocks pour foutre Collaro dans les cahiers, et c'est clair qu'on sent qu'il se pignole avec ses copains "artistes"... Mais bon, si jamais quelqu'un avait compris qu'il était sérieux et qu'il voulait réhabiliter le chantre du bon goût à la française, Steph est là pour décortiquer...

 

 

Link to comment
Share on other sites

Dupieux il a un jour une idée. Et si il faisait un film avec un pneu qui tue des gens. Ses copains bobos rient à tout va parce que c'est fun comme idée. Et effectivement ça l'est . Et comme Dupieux il est connu, qu'il sait qu'il va avoir de bons papiers, de gros festival, il va chercher de la thune et en trouve. On est content pour lui. Mais au final Dupieux il a un sujet qui peut faire un truc super cool mais il n'en fait rien parce qu'en fait il n'a rien à dire. Il veut juste que ses potes trouvent ça marrant de monter les marches de Cannes et avoir sa tronche dans les journaux in. Au final au lieu de passer dans quelques festivals comme le Luff, de sortir dans 3 salles comme Amer, il sort partout, tout le monde se paluche dans les magazines et ses potes sont heureux. D'un côté je suis content que ce genre de film sortent en salle, de l'autre j'ai de la peine pour tous les autres qui galèrent. C'est la vie, je le sais.

Et malheureusement, à partir d'une bonne idée, Dupieux fait un film chiant, filmé avec 2 objectifs aux 5D (vive les flous) avec quelques bonnes scènes, de bons acteurs, une musique de merde.

Film intéressant mais mal pensé qui sortira en HD et dans un gros Dvd collector alors qu'Amer n'a rien eu. Bah c'est la vie.

Link to comment
Share on other sites

C'est chiant parce que même si j'adore "Steak", beaucoup moins le "Non film" et que je suis plutôt étonné par "Rubber", je suis à 3 millions de pourceaux, pure sang... fin bref, d'accord avec Stéphane.

 

 

Et en plus je trouve que la zique de Oizo, depuis toujours, est à chier des parpaings destinés à la restauration des infrastructures versaillaises. Le syndrome Sinclair... Mais c'est un autre débat.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Probablement, mais après ça change quoi de toutes façons ? Si Amer est sorti dans 5 salles, c'est pas pour autant que 27 salles c'est beaucoup. Alors oui c'est au final bien bien plus qu'Amer, 27 copies sur toutes la France ça reste vraiment que dalle. Vu tout le buzz qu'on s'était mangé depuis Cannes justement, j'étais persuadé que ça sortirait dans bien plus de salles (genre minimum une cinquantaine, même si ça reste assez faible). Au final ça reste une bouchée de pain 27 salles.

Link to comment
Share on other sites

Ben oui mais dans ce que tu dis Yatta je retient le "Vu tout le buzz qu'on s'était mangé depuis Cannes".

 

On en pense ce qu'on veut mais "Rubber" est aussi hermétique qu'un "Amer".

Alors pourquoi un des deux bénéficie d'un buzz et l'autre pas ?

La qualité ? Naaaan...

 

 

Perso j'ai la réponse, qui est la même que celle de Superfly...

Link to comment
Share on other sites

Après oui, je reconnais que le nom de Dupieux a certainement aidé à avoir davantage de copies. Mais faut rester honnête, malgré justement le nom connu et le battage médiatique qu'il y a eu autour, 27 salles, c'est vraiment rien. Le film ne passe pas "partout". C'est pas vouloir le défendre, je ne suis pas d'accord avec vos avis mais je le comprends, mais dans les faits, je persiste à dire que 27 salles, c'est vraiment que dalle, surtout avec toute la hype qu'il y a autour. Tout le monde ne réussira pas à le voir de manière conventionnelle. De même que j'aurais dit la même chose si Amer avait bénéficié du même nombre de copies, sa visibilité serait restée très limitée malgré tout...

Link to comment
Share on other sites

Je suis à moitié d'accord. L'argumentaire de Stephane est intéressant, et je comprends son point de vue. Je ne le partage pas totalement parce que moi j'ai bien aimé le film. Mais je suis assez d'accord sur la promo, l'accès aux médias, etc...

 

Par ctre, je ne suis pas du tout d'accord pr comparer ce film et "Amer". Pour moi, "Amer" est tout de même un projet 100 fois moins "commercial", "abordable" et "grand public" que "Rubber" (toutes proportions gardées hein pr les termes que j'emploie). Ce qui en soi n'est ni une qualité, ni un défaut, juste un constat. "Amer", je trouve ça 100 fois plus "autiste" comme film, et je vois personne dans mon entourage "non cinéphile" qui pourrait apprécier. Alors que "Rubber" déjà plus, largement.

 

Sur Mr Oizo musicien, ya vraiment à boire et à manger. J'avais détesté son premier mais j'aime bien "Lambs anger"

Link to comment
Share on other sites

Ben oui mais dans ce que tu dis Yatta je retient le "Vu tout le buzz qu'on s'était mangé depuis Cannes".

 

On en pense ce qu'on veut mais "Rubber" est aussi hermétique qu'un "Amer".

Alors pourquoi un des deux bénéficie d'un buzz et l'autre pas ?

La qualité ? Naaaan...

 

 

Perso j'ai la réponse, qui est la même que celle de Superfly...

 

Moi, ma réponse est que Dupieux a déjà signé un film, qu'il a une grande gueule et qu'il sait (volontairement ou non) bien vendre le film... Qu'il soit bobo, certainement, mais il a déjà signé des films, il y a eu du buzz à Cannes (pas con le coup de la séance de 300 personnes avec 250 invits, des gens qui attendent dehors et se font recaler, ça aide bien au bouche à oreille), il fait des couvs de revue, pour la télé je sais pas, mais bon... Il a fait de la zique, ce qui l'a rendu connu mine de rien... et puis vendre un pneu sérial killer est plus vendeur qu'un néo giallo, parce que le giallo, personne de non cinéphile connait...

 

Après Rubber est aussi hermétique que Amer, mais il est mieux proposé au public. Ce qui ne rend pas l'un ou l'autre meilleur ou moins bon sur le papier mais cela aide à remplir des salles.

 

Et puis Amer (3 salles au compteur) s'est fait recalé parce que de toute façon il n'y avait que 3 copies... Ca limite les possibilités. Et puis les exploitants ne prenaient pas le film parce que c'était soit un film d'horreur, soit un film d'auteur.

 

Pour Rubber, la frontière est plus mince... Ceci explique cela...

Link to comment
Share on other sites


×
×
  • Create New...