Jump to content

Inferno - Dario Argento - 1979


Jeremie

Recommended Posts

 

La sortie du dvd commence enfin à prendre forme pour un film très attendu sur le support, les éditions italiennes et américaines n'ayant jamais donnés total satisfaction à la plèbe d'enragés que nous sommes, alors petit retour...

 

Intriguée par les mystérieuses origines de l'immeuble qu'elle habite, Rose ne cesse de voir son quotidien se transformer en cauchemar éveillée jusqu'au jour où elle périe, égorgée par une main griffue. Alerté par ses lettres et l'assassinat de son épouse, son frère Mark quitte Rome pour rejoindre New-York, se lançant à son tour à l'assaut des secrets de l'édifice...

 

Tous les ingrédients de Suspiria sont ici réutilisés et amplifiés par un Argento alors sous l'emprise de la drogue, ce qui explique sans aucun doute l'aspect hasardeux du métrage fini, incontestablement focalisé sur le visuel et rien d'autre.

Il en résulte une œuvre moins maitrisée que son prédécesseur, mais plus sauvage, plus cruelle encore, plus absurde, plus pompière (la musique de Keith Emmerson !!), mais souvent géniale (l'idée du pont narratif entre NY et Rome, donnant l'occasion de faire la connaissance avec la mère des larmes et l'utilisation traumatisante de Verdi). Un pur opéra de l'horreur.

 

Le dvd et le blu-ray, ce sera chez Arrow Video en Août, et sûrement chez Blue Underground & Wild Side peu après. Mieux vaut attendre (hélas) la sortie du film chez l'éditeur de Lustig, vu la censure que devra apparemment subir l'édition anglaise :

 

As for now, the only thing that´s unknown it´s is cut/uncut status regarding a scene with animal violence. Arrow in a UK movie company and as such they had to re-submit the movie to the BBFC to see if it will pass uncut and they are waiting for the final word.

 

THIS AMAZING 30th ANNIVERSARY EDITION CONTAINS:

 

- Reversible sleeve with original and newly commissioned art work

 

- Double-sided fold out Poster

 

- Collector’s Booklet featuring brand new writing on Inferno by Alan Jones, author of Profondo Argento

 

- High Definition Presentation of the film (1080p) (Blu-Ray)

 

- Optional 7.1 DTS-HD/2.0 Stereo Audio (Blu-Ray)

 

SPECIAL FEATURES:

 

- Introduction to Inferno by star Daria Nicolodi

 

- Dario's Inferno (16 mins interview with Dario Argento)

 

- Acting in Hot Water: An Interview with Daria Nicolodi (18 mins interview)

 

- The Other Mother: Making the Black Cat (16 mins) In 1989 director Luigi Cozzi (a long time friend and collaborator of Dario Argento) decided to make the unofficial follow-up to Inferno and 'complete' the Three Mothers legacy. This feature looks at the torrid history of The Black Cat, with plenty of clips too!

 

- Dario Argento: An Eye for Horror (57 mins) Mark Kermode narrates this documentary on Argento’s career including interviews with George A. Romero and John Carpenter

 

- The Complete Dario Argento Trailer Gallery [18 films]

 

- Easter Egg (5 mins of Dario Argento in English, with random memories of Inferno)

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Revu hier sur le bluray wild side, et on dira ce qu'on voudra c'est une claque de revoir ce film dans ces conditions.

Limite, techniquement, je trouve la restauration plus à mon goût que celle de "Suspiria"... là on a un beau grain respectueux, la pellicule vit sa vie... et la définition est prodigieuse. Après la K7 CBS, les diffusions C+, lA 5, 13ème Rue, le DVD anchor bay... on redécouvre encore une fois l'oeuvre! C'est quand même un bonheur d'avoir à disposition à domicile le film dans ces conditions là, après ces années d'absence éditoriale en France.

Pour ce qui est du film, c'est probablement l'un des plus intéressants de Dario... un lent trip ensorcelant à la mise en scène riche et habitée. Jérémie en parle bien...

Pour les bonus, par contre c'est maigre de chez bonus anorexique.

Link to comment
Share on other sites

Je serais un peu moins enthousiaste que l'ami Nico. J'ai vu tourner le Bluray chez un pote l'autre jour, et j'ai qd même été pas mal déçu. Autant ceux de "Tenebres" et "Suspiria" m'ont mis la claque, autant celui là, je sais pas, mais ya qd même pas mal de plans où je trouvais ça très moyen... Des arrières plans qui fourmillent, des couleurs pas toujours très clinquantes, etc... Je veux pas être trop sévère ni définitif, parce que j'ai juste vu ça d'un oeil sur l'écran qui tournait en fond dans une pièce, mais pr moi on est un bon cran en dessous des autres Argento sortis par Wild side. C'est pas honteux pour autant, c'est cool que le film soit enfin dispo (même si c'est parfois très con hein, j'avais un peu oublié mais c'est une autre histoire)... mais disons que je pense pas me prendre le BR direct pr celui là alors que les deux autres, c'est achat obligatoire !

Link to comment
Share on other sites

J'ai foncé sur l'achat du BR car c'était l'un des seuls du réal que je n'avais pas.

Effectivement sur la plan technique, la qualité du BR est franchement une déception.

Une image qui manque de relief, plutôt pale, avec assez peu de finition de détail et qui fourmille pas mal.

 

Si j'avais su j'aurai acheté SUSPIRIA.

Link to comment
Share on other sites

Peut-être qu'il faudrait régler ton écran, je ne sais pas... la qualité du transfert m'a paru satisfaisante.

N'ayant pas vu le film à sa sortie, je ne peux pas comparer avec l'expérience salle de l'époque, cela dit je l'ai toujours vu comme un film dans une déclinaison moins flamboyantes de couleurs que SUSPIRIA...

Par contre, c'est vrai que ça fourmille plus que SUSPIRIA... mais TENEBRES aussi... enfin j'ai pas trouvé ça excessif du tout pour ma part. Le gain en terme de définition est tout de même assez indiscutable. J'ai eu la sensation de nettement le redécouvrir, signe d'un bluray qui atteint son but pour moi.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Mais il faut croire que ça plaît à certains...

 

 

Ecoute, mon petit Peter, tu confonds la coquetterie et la classe. Tu dépenses tout ton argent dans des blu-ray en import, juste pour avoir de belles jaquettes, au détriment de la qualité de la copie. Tu es fou. Mais enfin, si ça te plaît. Mais permets-moi de te dire que c'est has-been...

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Chopé le Blue Underground au Virgin des Champs, j'avoue n'avoir pas résisté bien longtemps

Je ne peux faire de comparaison avec le Arrow ou le Wild Side, mais en tout cas c'est une belle claque ce blu-ray Tout le passage sous le pont révèle des plans incroyables, la partie à Rome resplendit...

Pour le peu que j'en ai revu, une oeuvre toujours aussi fascinante, véritable film de drogué dans le bon et le mauvais sens du terme (ça joue comme dans un film porno ). Mais bon au moins, Argento avait encore la capacité de nous offrir de vraies fulgurances (ce plan sur la lune sur fond de Verdi ).

 

MATER !

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Ca y est j'ai vu tous les films de la trilogie des sorcières. Je savais pas qu'on voyait la mère des larmes aussi dans celui-là : de ce point de vue mother of tears est fidèle à ce inferno, car elle y avait déjà l'air d'une pute.

 

Sinon, c'est super. Pas forcément un film de drogué, mais un film cauchemar, un peu comme Mulholland Drive, avec une narration marabout bout de ficelle qui a dû bien déstabiliser les gens à l'époque. Par contre, on sent que Dario se lâche et ose tout, même les squelettes en plastique

 

La musique est bien. Par moment, on dirait du mars volta avec des gens qui chantent en latin.

 

Visuellement c'est beau beau beau beau à l'infini, avec une perte de qualité d'image assez bizarre d'un plan à l'autre. Je veux bien que Wild Side n'ait pas voulu trop en faire sur la restauration, mais y a des moments où on a l'impression de voir un film composé à partir de plusieurs copies dans des états très différents.

 

En résumé : un film indispensable.

Link to comment
Share on other sites

Pas forcément un film de drogué, mais un film cauchemar.

 

 

Oh ben si quand même. Rien que les couleurs

Je l'ai revu une deuxième fois sur le splendide blu-ray de Blue Underground et je me suis surpris à avoir un putain de fou-rire lorsque le cuisto se tape un sprint pour défoncer la gueule du libraire la fatigue devait jouer, mais je crois que l'illogisme totale de la scène m'a éclaté en pleine gueule

Sinon c'est toujours aussi bien quand même...

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé ça génial. On pense qu'il y va pour le sauver, et paf, machette, dans la tête. C'est le pouvoir de cette mère : même quand elle ne tue pas elle-même, tout le monde peut devenir assassin selon sa volonté. C'est un peu l'idée développée dans mother of tears, malfheureusement d'une façon misérable

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...