Jump to content

La proie - Eric Valette - 2011


kevo42
 Share

Recommended Posts

Pas de sujet sur le nouveau Eric Valette ?

 

 

 

Je mets pas de bande-annonce car un des plaisirs que j'ai eu en voyant le film c'est de ne pas savoir de quoi ça parlait vraiment. Mais pour donner envie quand même un petit extrait qui se passe tôt dans le film.

 

[dmotion]video/xhz6fq_la-proie-extrait-bagarre-en-prison-avec-albert-dupontel_shortfilms[/dmotion]

 

L'histoire (volontairement tenue floue) :

 

Dupontel est un braqueur de banque super fort mais en prison. De toutes les personnes à avoir participé au casse, il est le seul à savoir où est enterré le magot, ce qui ne lui cause pas que des amitiés en taule. Il ne reste plus que quelques mois à tirer, mais quand sa famille est mise en danger, il va devoir s'évader et devenir ... la proie

 

Mon avis :

 

 

Bon alors, c'est le premier Eric Valette que je vois, donc je peux pas comparer avec le reste, mais La Proie est un film qui pèse vraiment bien fort, et surtout c'est un film ultra-bis. Comme il le disait si bien dans viande d'origine française "si tu essaies de baiser le genre, le genre te baise", mais Valette, il est respectueux, il fait l'amour au genre en lui faisant des petits bisous, et ça se passe très bien.

 

Dans les faits, le film est un mélange de genres assez hétéroclites, mais très marqués, à commencer par le film de prison et de de fugitif (je spoile rien en disant ça, c'est quand même le principe du film), et un autre que je révèle pas. Le scénario, s'il est parfois un peu grossier (certains dialogues un peu moches) dans son exécution est très malin dans sa structure : on passe d'une intrigue et d'un registre à l'autre très facilement, le film n'a pas une seconde de gras.

 

Y a plein d'acteurs qu'on aime bien (notamment Natacha Régnier très convaincante dans un rôle étonnant). Ils sont pas tous très bien dirigés (le plus flagrant c'est Zinedine Soualem, comme toujours très sympathique mais très mauvais quand même, mais on le voit peu), mais il y a beaucoup d'énergie donc ça passe bien quand même. Alice Taglioni a bien la classe, et pour l'avoir vu de très près, bah elle est chouquette quand même (et très grande). Sergi Lopez a une pure gueule. Dupontel hyper crédible en héros de film d'action.

 

Surtout, le film a deux qualités :

 

- Il est globalement très bien filmé : Valette est un petit malin, et il tire tout ce qu'il peut de son budget : il y a une poursuite au début qui est beaucoup plus impressionnante qu'elle ne l'est vraiment, car il utilise plein de ruses et surtout garde sa cascade la plus forte pour la fin. Pas de shaky cam, tout est fluide, et en même temps très rythmé.

 

- La musique est super avec un thème hyper marquant.

 

Du coup, on dirait un peu un film d'Umberto Lenzi (enfin c'est mon pote qui m'a dit ça) : sec, violent (y a des bastons qui tapent, et le scénario ne met personne à l'abri) et vulgaire juste ce qu'il faut.

 

Bref, malgré des défauts (notamment une fin un peu ratée avec notamment

 

un très beau mannequin en mousse

) et une tonalité globalement hyper bis qui fait que je sais pas si ça plaira à tout le monde (mais merde ici c'est zonebis, non ?), j'ai passé un excellent moment.

 

Déconnez pas les gars : allez-y voir mon film.

Link to comment
Share on other sites

Ils ont tourne la scene du train vers chez moi. J'espere avoir le temps de voir le film a mon passage a Lyon, mais le programme va etre charge avec le festival (plus de chance de voir Valette lui-meme toute la semaine que son film )

Link to comment
Share on other sites

A un moment ils parlent d'appeler interpol à Lyon, ça m'a fait tripper. J'aurais bien voulu voir arriver Bruce Stallion, mais tout n'est malheureusement pas possible.

 

Sinon, j'ai pas vu le Cavayé, mais l'ami avec qui j'étais m'a dit qu'à bout portant a des cascades un peu plus impressionnantes quand même, mais aussi une façon de filmer un peu plus "classique" (comprendre à l'américaine), donc ça se vaut à peu près, et de toute façon il faut que tous ces films marchent si on veut continuer à en voir.

Link to comment
Share on other sites

Ce film pulvérise le record mondial de clichés et d'incohérences, j'étais bouche bée tout du long, sauf les fois où j'ai ricané (le barrage de flics, Sergi Lopez qui se fait passer pour un gendarme français au téléphone "Yé soui lé liéténanté Bourgoin", tout le début dans la taule qui est juste hallucinant quand tu connais un peu le monde carcéral, le tueur qui rattrape ses proies en marchant, l'hommage à Francis Veber avec la gamine muette, j'en passe mais je pourrais en citer des dizaines ...).

 

A partir du moment où on a assimilé ça on peut tranquillement apprécier un excellent bis (comme dit plus haut), vraiment bien emballé par Vallette. Quelques vraies bonnes idées de mise en scène parfois, comme la fuite de Dupontel (absolument increvable, John McClane peut aller se rhabiller) dans le lotissement, filmée en parallèle avec la battue des flics, et un rythme soutenu avec quelques belles séquences de castagne.

 

L'interprétation est parfois limite. Dupontel m'a par moments rappelé les personnages de ses sketches, et l'interprète du tueur est borderline mais son rôle n'est pas évident. Les actrices sont très bien par contre.

 

En sortant de la salle j'ai trouvé ça un peu nase mais plus j'y repense et plus je me dis qu'il y a un vrai esprit 80s qui transpire, les 80s avant l'arrivée du second degré, avec son début à la Haute Sécurité frenchie qui se transforme en Fugitif campagnard. Rafraichissanr.

Link to comment
Share on other sites

Dupontel qui flanque des coups de boule, ça me laisse pas indifférent.

 

Moi aussi, j'aimerais tellement lui en foutre

 

Sorti de certains cadors (Belmondo, Rochefort, Marielle, etc, voyez quoi) on a toujours eu un problème avec la diction en France, je sais pas de quoi ça vient.

 

Je pense pas que ça soit spécialement la diction en elle même. Déjà on a parfois des pb avec la prise de sons directe... Après c'est vrai qu'on a aussi parfois le côté "authentique" hérité de la Nouvelle Vague, genre le cinéma c'est la vie, faut pas articuler, parce que parler clairement, ça serait altérer la vérité vraie du cinéma instantané capté sur le vif du réel

 

Ya aussi la peur de faire "theatral" donc on se dit qu'en marmonnant, ça fera pas Francis Huster, et que c'est toujours ça de pris... Plus des soucis de direction d'acteurs, d'égo de "l'artiste" avec un grand A, et plein d'autres petits trucs mis bout à bout...

 

Mais bon, j'ai envie de dire que si c'était le principal pb du cinéma français, ça sera déjà pas mal !

Link to comment
Share on other sites

Plutôt bien aimé pour ma part également ! Comme dit Fabrice, faut pas chercher la vraisemblance dans toutes les situations et Dupontel est en titane (c'est Yamakazi + The Rock + Marathon man le mec) mais à part quelques petits défauts ici ou là, et une fin un peu en dessous à mon sens, j'ai quand même passé un super bon moment ! C'est efficace, bien foutu, prenant d'un bout à l'autre. Y a certains passages bien glaçants, ça cogne sec, le cast est sympa. Non, vraiment un bon ptit film comme on aimerait en croiser plus souvent dans l'hexagone. Autant je trouvais "Une affaire d'Etat" assez quelconque et un peu surestimé, autant là, chapeau Mr Valette, on en a vraiment pour son argent !

Link to comment
Share on other sites

ca fait du bien et j'y croyais pas trop. les scènes d'action m'ont fait guili tout dur, vraiment pris un bon panard. je vais pas répéter les qualités ci dessus. Par contre les coïncidences et facilitées, peut être que ca passe à l'écrit mais dans la trame ca va pas. des petits bouts séparés sont excusables mais bout à bout ca devient too much.

presque les 10 20 dernières minutes m'aurait fait décrocher

 

pourquoi laisser partir sa fille à pied alors qu'il la rattrape 1 minute après, la séquence au bord de la falaise aurait pu être amenée beaucoup plus simplement.

le chef flic qui aperçoit le gusse avec son fusil, sort de la voiture pour les rejoindre alors qu'au final il sert à rien.

l'epilogue, sérieux.

et plus tot dans le film, la visite de l'appart en planque pile poil au moment où il doit partir,

c'est nécessaire pour raccorcher les wagons mais c'est mal raconté, enfin ca m'a vraiment gené alors que j'étais bien dedans.

 

et comme dit plus haut, la mise en scène comme les plans aériens assurent grave. y'a deux plans subjectives de conduite, une fourgonnette de flic et celui dans le tunnel, plein de plans comme ça que j'ai trouvé vraiment reussi, tout simple et beau.

 

du coup mi figue mi raisin, avec la direction d'acteurs un peu n'imp. ptain segi lopez je sais pas mais ca passe pas.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

j'ai bien aimé, c'est bourré de défauts et de certaines lourdeurs et facilités, mais j'ai quand même bien marché dans l'histoire grâce au charisme des personnages : Dupontel MacLane Badass-ninja vs Jean-Luc Delarue

 

Les scènes d'actions sont bien troussées, c'est un peu gratuit mais c'est pas grave. C'est 10000 fois plus sympathique que "A bout portant". Je regrette juste l'alternance de scènes et dialogues un peu réalistes avec des scènes ou Dupontel fait saute du 4ème étage d'un immeuble. ça fait un peu bizarre mais c'est pas trop grave !

Link to comment
Share on other sites

Mon avis se rapproche pas mal de celui de Fabrice. J'ai deja vu le film il y a 2 semaines, mais il m'en reste un assez bon souvenir, alors que sur le coup j'avais du mal a rentrer dans l'histoire, justement a cause du cote bis du film qui m'avait vraiment deconcerte. La scene shot in Prague est franchement cool, G.I. Joe avait pris le meme endroit pour faire a peu pres la meme chose, mais c'etait completement loupe, alors que la c'est super bien torche techniquement (reste qu'on reconnait la ville quand meme, entre les gros panneaux Nike en tcheque et les dizaines de clochers en arriere-plan, mais ca va assez vite pour passer).

Link to comment
Share on other sites

Et bien moi j'ai trouvé ça nul.

 

Albert Dupontel nous montre qu'il est TROFORT! et le reste des acteurs est franchement pas terrible. Sauf Sergi Lopez avec une belle gueule mais son personnage ne m'a vraiment pas intéressé, la plupart des autres m'ayant saoulé, quoique c'est le plus bis et crédible je dirais: le flic solitaire qui sait voir le mal parce qu'un connard a brûlé sa maison et mène son enquête à part seul et c'est lui qui a raison . Mais bon, ça se résume à quelques répliques et une pièce remplie d'articles de journaux, et aussi une fin quelque peu . Pas grand chose quoi.

Le film pourrait être le "thriller-poursuite pour les nuls": on a la flic qui a du flair, le boss qui n'a jamais raison, le psychopathe super méchaaaaaaaaaaant mais qui n'en a pas l'air, suivi de sa femme répondant à La Parole, la fille à aller sauver, le braqueur qui se bat pour ses valeurs et s'en prend plein la gueule (la religion catholique s'en prend plein la gueule aussi), un gardien pourri, des taulards pas très sympas, il y a un même un sidekick noir qui lance des vannes!

Mais voila, ça dépasse pas le *j'ai des lunettes de soleil et je donne des ordres*, *j'ai des lunettes, je suis bien habillé, j'ai mon petit pull autour du cou et je suis gentil avec tout le monde en souriant*, *je cours et braque mon arme*, *je cours et je saigne*, pas assez sortis de leurs stéréotypes et franchement oubliables. Et pour l'action, le contrat est bien rempli: on saute sur un train, on court sur l'autoroute en contre-sens et on se balance d'une fenêtre de très haut.

 

Les acteurs sont assez insupportables et font plus téléfilm policier du jeudi soir. Et quand ça cogne et ça tire et bien CA COGNE ET CA TIRE, le son est juste douloureux, mes oreilles ont souffert et ont de suite réclamé un massage au son de violon. D'ailleurs la musique ne m'a absolument pas marqué. Bien foutu oui mais j'ai plus eu l'impression d'avoir Valette me gueulé "T'AS VU ? HEIN, T'AS VU ? C'EST PAS DES PEDES!!!"

 

Vu en AVP aussi et effectivement, elle a pas des jambes de naines la Taglioni! L'ambiance était quelque peu particulière quand Valette est venu présenté son film. Bien sympathique en tant que toulousain de saluer sa famille dans la salle (étant d'ailleurs non loin de moi et on se serait cru à l'émission de Jacques Martin où des gamins chantent, je ne sais plus le nom) et disant à sa maman que cette fois il a mis des sentiments dans son film. Effectivement, ça débute avec une scène plutôt intime entre Dupontel et Caterina Murino.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...