Jump to content

Le vieux fusil - Robert Enrico - 1975


machun

Recommended Posts

  • Replies 66
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Ce qui me plaît dans ce film c'est le nombre incroyable de gosses qu'il a dû traumatiser quand il passait le dimanche soir dans les années 80 (le nombre de redifs qu'il y a eu, c'est un "classique"...), dont moi d'ailleurs je suis incapable de le revoir aujourd'hui...

 

Et mention spéciale à la musique, inoubliable...

 

Peut-être pas traumatisé, mais impressionné. Son souvenir tenace m'a donnée l'envie de m'y replonger adulte. Avant de me lancer dans la recherche, coup d'oeil au Guide des films de Tulard. Film simplet, descendu en flamme. Me suis dit alors que mon goût pour les B, Z qui s'ignorent était déjà bien présent. Déjà en rupture une manière "académique et commune" d'apprécier le cinéma.

 

La scène choc, me la rappelle au détour de nombreux films

 

 

le pauvre qui ne fait écraser la tronche sur le lavabo de la cuisine. Ouille comme ça fait mal

 

Link to comment
Share on other sites

Ce qui me plaît dans ce film c'est le nombre incroyable de gosses qu'il a dû traumatiser quand il passait le dimanche soir dans les années 80 (le nombre de redifs qu'il y a eu, c'est un "classique"...), dont moi d'ailleurs je suis incapable de le revoir aujourd'hui...

 

Et mention spéciale à la musique, inoubliable...

 

Peut-être pas traumatisé, mais impressionné. Son souvenir tenace m'a donnée l'envie de m'y replonger adulte. Avant de me lancer dans la recherche, coup d'oeil au Guide des films de Tulard. Film simplet, descendu en flamme. Me suis dit alors que mon goût pour les B, Z qui s'ignorent était déjà bien présent. Déjà en rupture une manière "académique et commune" d'apprécier le cinéma.

 

La scène choc, me la rappelle au détour de nombreux films

 

 

le pauvre qui se fait écraser la tronche sur le lavabo de la cuisine. Ouille comme ça fait mal

 

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas souvenir de la scène

du lavabo

...

 

Va falloir que je le revois...

Pour moi aussi, trauma de jeunesse, alors que j'étais dans une phase Philippe Noiret (j'aime beaucoup cet acteur) et j'ai du me faire "Le Vieux fusil" après "Alexandre le bienheureux"... Gros contraste, grosse claque, et une raison de plus pour trouver toujours plus de talent à ce sacré bonhomme.

Link to comment
Share on other sites

Pourtant cette scène est reprise par Benoit Poelvoorde dans c’est arrivé près de chez vous.

Remy, André ! ça ne vosu rappelle rien ? Le vieux Fusil ! Philippe Noiret !!

 

ah mais putain mais c'est bien sûr!!!

mais autant je me rappelle de Poelvoorde et de sa sortie, autant l'image de Noiret ne me revient pas - contrairement à celle du barbecue...

Link to comment
Share on other sites

je le vois pour la premiere fois ce soir

 

Alors, c'est la Pesance ou pas ?

 

alors que j'étais dans une phase Philippe Noiret (j'aime beaucoup cet acteur) et j'ai du me faire "Le Vieux fusil" après "Alexandre le bienheureux"... Gros contraste, grosse claque, et une raison de plus pour trouver toujours plus de talent à ce sacré bonhomme.

 

Même surprise pour moi. Philippe Noiret, c'était surtout Alfredo de Cinema paradiso. Puis vient la fameuse scène du lavabo qui calme pas mal. Chapeau pour faire ressortir toute cette violence derrière une allure de bon père.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 3 weeks later...

Revu dernièrement sur grand écran (des parents emmenaient carrément leur gamin d'une douzaine d'années, j'aurais bien aimé avoir leurs yeux vierges pour découvrir ça au ciné) et pas grand chose à ajouter au thread à part que c'est peut être la plus forte preuve d'amour que j'ai pu voir dans un film et que Philippe Noiret y est plus fort que David Sumner, Ash et John Matrix réunis .

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 1 month later...
  • 2 months later...

Dans Portier de Nuit, y a aussi des nazis et une femme en sous-vêtement, donc navré mais le rapprochement n'est pas si inapproprié. Et puis ce film étant la matrice de 100 ans de cinéma, on peut le vendre n'importe comment

 

Bon plus sérieusement, j'adore aussi ! Rien à ajouter à ce qui a été dit précédemment, Enrico réussit habilement à entremêler plusieurs genres (film de guerre, vigilante, drame intimiste) et livre un vrai chef-d'oeuvre.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

×
×
  • Create New...