Jump to content

Flight - Robert Zemeckis (2012)


Tomfincher
 Share

Recommended Posts

An airline pilot saves a flight from crashing, but an investigation into the malfunctions reveals something troubling.

 

lhUrWRV1cxs

 

Le nouveau Zemeckis, qui abandonne pour un temps la 3D.

Joli casting : Denzel Washington, James Badge Dale, Don Cheadle, Bruce Greenwood et Kelly Reilly ( ).

 

Link to comment
Share on other sites

c'est l'histoire d'un crash pas trop catastrophique parce qu'il a mis l'avion à l'envers... ... ... banco !

 

 

Me dis qu'un Zemeckis comak ferait du bien par où ça passe, et que Zemeckis de toute manière m'a jamais vraiment décu, ni rien...

et puis là, flash-back.

Je repense à Apparences.

L'horreur, l'horreur...

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Mouais c'est pas génial tout ça.

Ça commence très fort avec la catastrophe évitée de justesse puis on bascule dans un autre film et ça se traîne.

Il me reste 20 minutes à voir et je ne comprends pas où il veut en venir avec cette histoire d'alcoolisme et ces allusions à la religion.

Link to comment
Share on other sites

Ben c'est pas bien du tout.

Le filigrane qui indique que le film est à destination des jurés pour les oscars aurait dû me mettre la puce à l'oreille. C'est rempli de bons sentiments et Denzel en fait des caisses dans le rôle de l'alcoolique en perdition.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

C'est balise oui, mais pas mauvais pour autant. Le sujet est tres americain en quelques sorte, la quete de redemption, la confrontation de ses responsabilites, la recherche d'un coupable a tout prix, tout ca. On a des exemples plein la tete meme dans ces 10 dernieres annees. Le seul truc c'est que Denzel n'est pas super credible dans les scenes de beuveries/sniff. Et puis il y a quelques invraisemblances tout de meme, mais Zemeckis rend une copie plutot propre. Apres, ca n'est pas un film qui marquera les esprits ca c'est clair.

Link to comment
Share on other sites

Paie ta leçon de morale de 2h30, au secours !

A diffuser aux collégiens ricains de 14 ans qui se sont fait choper avec une fausse carte d'identité dans un magasin de binouze, et ptetre dans les églises du sud qui seraient en rade de DVD de Left Behind.

 

Pour le reste, poubelle.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Zemeckis aux commandes, donc pas le dernier des tocars, Denzel en tête d'affiche dans un rôle un peu sombre (sans mauvais jeu de mot), un sujet qui en vaut bien un autre...ça se regarde, c'est même plutot bien. Ce n'est juste ni fin ni sobre ( ).

 

Ce pilote queutard qui fait un looping avec trois grammes dans le sang, ça m'a plu. Par contre le côté religieux m"a sérieusement gonflé et on est jamais loin de la guimauve, surtout sur la fin.

 

J'aurai préféré

que Denzel vire gros connard et mette tout sur le dos de l'hotesse morte, comme c'était parti pour, d'ailleurs.

 

 

C'est un peu long aussi. Par contre comme le soulignait Steve, c'est très "américain" comme film, je pense pas que ce soit un défaut, mais faut pas s'attendre à autre chose que le shéma classique de ce genre de film.

 

reste quand même le personnage du gros dealer qui semble parachuté ( ) là dedans sans qu'on comprenne pourquoi et qui déchire tout.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Oh putain la boursouflure. La séquence du crash est assez stressante, mais après, faut se fader 2h de bondieuseries pour un final où la rédemption tombe comme un cheveu sur la soupe. Denzel en fait des caisses, Kelly Reilly est très jolie mais pas du tout crédible en junkie toute propre. Et en dehors du crash, Zemeckis a mis sa caméra en mode pilote automatique.

A jeter.

Link to comment
Share on other sites

La rédemption, on l'attendait grosse comme une maison.

Ce que je retiens du film: un poivrot boosté à la coke est le seul à parvenir à sauver un avion du crash.

Le reste ne tend qu'à prouver que le système judiciaire américain est épouvantablement injuste et mal foutu. Vu comme ça, c'est relativement plaisant.

Link to comment
Share on other sites

Cela m'a moins fait tiqué que le côté "on rajoute la Main de Dieu aux causes d'accidents"

 

Oui, ce qui ajoute à l'absurdité du système judiciaire américain, une fois encore.

Après, le côté Dieu toussa, ça m'est passé complètement au-dessus. Il est là, mais le personnage de Washington s'en cogne comme de son premier slip. Bon, à la fin il fait un peu sa pute, ok.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...