Jump to content

Police fédérale, Los Angeles - William Friedkin - 1985


El rectificador

Recommended Posts

 

Un film de William Friedkin avec William L. Petersen, Willem Dafoe d'après le roman de Gerald Petievich.

 

L'agent fédéral Richard Chance et son coéquipier Jim Hart forment le tandem de flic le plus coriace de Los Angeles. Spécialiste en fausse monnaie, Jim se lance seul sur les traces de Rick Masters, un redoutable faux-monnayeur aux méthodes aussi expéditives que cruelles. Lorsque Richard le rejoint, c'est pour découvrir son cadavre dans le repaire de Masters. Obsédé par l'idée d'arrêter Masters, Chance va peu à peu dévier de la légalité pour parvenir à ses fins et régler ses comptes... dans un bain de sang.

 

Son film le plus culte, le plus libre, le plus incompris aussi : To live and die in L.A. a priori une simple histoire de vengeance de flics ou, au pire, une variation mercantile autour du succès remporté à l'époque par la série télévisée Miami Vice (créée par Michael Mann qui, durant longtemps, vaste ironie, façonna le choix de ses films selon la carrière de Friedkin).

 

Et pourtant, parce que tourné selon l'aval de producteurs qui n'envisageaient sûrement pas à quel point ce Friedkin-ci allait prendre le revers de tous les codes policiers en vigueur, Police Fédérale Los Angeles, aujourd'hui, avec le Body Double de Brian de Palma, reste la représentation la plus juste, la plus réaliste et lucide, la moins frime aussi, de ce que furent les années quatre-vingts, cinématographiquement parlant certes, mais pas seulement...

 

J'aime beaucoup ce film, bon rythme, belle photo, le film fonctionne très souvent à l'envers : histoire de deux coéquipiers, mais il n'y a jamais d'amitié entre eux, une course poursuite (moment culte) mais ici ce sont nos "héros" qui se font poursuivre par leur coéquipier... Vraiment un film génial !!

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 83
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Unanimité donc !

Je voudrais pas gâcher la fête, mais SWS s'est pas encore exprimé

 

On m'a appelé?

 

Bon, je dois avouer devoir le revoir pour lui redonner sa chance. J'avais eu une méchante impression en le voyant au Max Linder. Incroyablement bourrin, la légèreté psychologique d'un Caterpillar sur le chantier du Viaduc de Millau et la sexualité touche-pipi faussement rebelle et vraiment normative chère à Friedkin. Deux choses positives (à l'époque) : la BOF et le visuel du film, notamment la poursuite en voiture à contresens. Sur grand écran et un THX à 10, c'était uppercut garanti. Pour le reste, ça avait méchamment vieilli et demeurait assez surestimé à me syeux.

 

Si le DVD est pas trop cher, je me le referais bien histoire de voir. mais j'ai un peu peur!

Link to comment
Share on other sites

Pour le reste, ça avait méchamment vieilli et demeurait assez surestimé à me syeux.

 

Un peu pareil que toi. Quand je l'avais vu, et même si j'avais aimé et que je l'aime toujours, j'avais juste trouvé ca bien mais pas de quoi me cramer le bout des seins avec une bougie.

Link to comment
Share on other sites

Revu ce soir du coup, en le montrant à un pote qui connaissait pas encore et c'est toujours aussi bon vision après vision !

 

Rah ces ziks, cette degaine de cowboy de Chance, cette poursuite en voiture, cette séquence de fabrication de faux billets millimetrée et hypnotisante, ce générique de début, ce saut à l'elastique, et tout le reste,... Même moi qui revoit pas tellement souvent les films, y compris ceux que j'adore, j'ai du le voir 4 ou 5 fois depuis un an !!! Si un film le mérite plus que tous les autres c'est vraiment celui là :

 

IL LE FOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...

J'ai enfin découvert ce film de Friedkin, oui j'ai honte d'avoir attendu aussi longtemps mais quelle claque ! Dieu sait que j'ai tendance à crier au chef d'oeuvre pour tout et n'importe quoi mais bordel :

 

CHEF D'OEUVRE !

 

Je sais que l'on ne m'a pas attendu pour le dire mais il y a tout dans ce film, les acteurs, la bo (plus années 80 que ça tu peux pas), la réalisation, la photo, tout est parfait. Du pur bonheur, j'en suis sur que même les détracteurs doivent reconnaître les qualitées du film

Link to comment
Share on other sites

Je l'ai revu il y a quelques mois, et pas convaincu du chef d'oeuvre même si ça se laisse regarder. Pour un film d'action d'accord, mais pour un film noir c'est très léger sur les personnages à mon avis.

 

Mais ce qui reste le gros mystère pour moi c'est la BO, qui semble hypnotiser tout le monde tandis que je trouve que c'est le ras des paquerettes du Bontempi-like 80's. En tout cas, ça a bien nui à ma vision du film

 

Désolé.

Link to comment
Share on other sites

Je l'ai revu il y a quelques mois, et pas convaincu du chef d'oeuvre même si ça se laisse regarder. Pour un film d'action d'accord, mais pour un film noir c'est très léger sur les personnages à mon avis.

 

Mais ce qui reste le gros mystère pour moi c'est la BO, qui semble hypnotiser tout le monde tandis que je trouve que c'est le ras des paquerettes du Bontempi-like 80's. En tout cas, ça a bien nui à ma vision du film

 

Désolé.

 

Au niveau de "l'épaisseur psychologique" des personnages, j'ai l'impression que Friedkin a garder la sécheresse des genres. Ce qui est d'autant plus fort car il arrive à nous intéresser à des personnages qui sont sur le fond caricatural. Mais quand je l'ai vu, j'ai compris l'impact qu'il a eu sur le cinéma d'action américain enfin c'est ce que je pense mais peut-être que que je me trompe

Pour la BO c'est justement ce côté Bontempi (t'en as pas eu un quand t'était petit je comprend ta frustration ) qu'on aime tous enfin pour ma part . A titre d'exemple j'adore Depeche Mode , c'est bon tu me situes un peu mieux . Et la musique m'a littéralement transporté

Link to comment
Share on other sites

Ben justement, les personnages ne m'ont pas touché, et d'ailleurs je n'ai pas eu l'impression que c'était le but de l'affaire. J'ai cru voir un panier de crabes frivoles qui au final n'obtiennent que ce qu'ils méritent. Hélas le film lui-même n'échappe pas à cette frivolité, atteint lui-même par son propos cynique. Enfin c'est mon impression

 

 

Quoiqu'il en soit en matière de BO, mon coeur va bien plus à la guimbarde qu'au Bontempi.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • 8 months later...

Oui comme quoi, rien ne sert de s'énerver!

Cela faisait bien 13 ou 14 ans que j'avais vu ce film pour la première fois. Il ne m'avait pas passionné plus que ça. Je l'ai revu hier soir en DVD.

J'avais totalement oublié qu'il s'agissait d'une histoire de loose à ce point, le film est même assez drôle finalement sur ce point. C'est quand même le polar avec le flic le plus nul et incompétent de la galaxie, c'est bien simple tout ce qu'il entreprends, il le foire, cela va même très loin dans l'absurde à niveau, mais ça ne l'empêche pas de pavaner avec l'air fier pendant deux heures... jusqu'à ce que... BOUM.

 

Niveau mise en scène, c'est du haut de gamme dans le genre. Pluie de détails, instantané de l'époque, péchu, scènes d'action tonitruantes, ambiance versant dans l'étrange par moments... y a rien à dire, c'est le film de quelqu'un qui sait mettre en boite de l'efficace, et sait créer des ambiances. En plus il filme les couilles de sa vedette (une allégorie de son cinéma sans doute). Pour ce qui est de l'écriture des personnages, c'est toujours aussi rudimentaire, il ne les aime pas, ce sont des pions dans son jeu de massacre. Bref, une vraie signature chez Willie l'ourson.

Link to comment
Share on other sites


×
×
  • Create New...