Jump to content

2012 - Roland Emmerich (2009)


Steve

Recommended Posts

  • Replies 123
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Pas d'accord du tout avec le monsieur au dessus. C'est vrai que les BA en ont trop montré, c'est vrai que les personnages sont peu attachant et que le film est bavard. Mais de la à déconseiller d'aller le voir, non mais ça va pas la tête Ok, c'est subtil comme du Emmerich mais on s'en branle parce qu'Emmerich a aussi un sacré sens de la démesure et ça terrasse les yeux. Il faut absolument aller voir ça sur un grand écran. Si vous avez apprécié The Day after Tomorrow ça le fait, on est loin de la purge qu'était 10000BC.

Link to comment
Share on other sites

Je maintiens ma position, je le déconseille fortement. Les scènes de catastrophe sont vraiment peu nombreuses, et si le film mettait le paquet là dessus j'aurai un tout autre jugement. Mais non:

 

 

faut qu'on se fade les états d'âme des personnages genre "holala Papa si t'étais plus présent, nous on aimerait plus toi que notre beau père!", voir les personnages chialer tout du long, des morts de poseur (la mort du président des Etats Unis (seul survivant après un tremblement de terre, non mais merde) absolument grotesque avec sa tirade pour tirer la larmichette), le papounet qui décide de se rabibocher avec son fiston par téléphone, le professeur qui roule des yeux en disant "mais c'est impossible! ""ce n'est pas vrai!" "ho mon dieu!" et qui prend le temps de draguer la fille du président endeuillée, en plein raz de marée, le fiston qui vient aider son papounet à réparer la porte du bateau parce que tu comprends l'amitié pere et fils c'est plus fort que tout, du vieux suspense à deux balles genre "han il est mort faut qu'on y aille" et revoilà le mort qui resurgit à la dernière minute...

 

 

Merde quoi, ON S'EN BAT LA RACE.

Link to comment
Share on other sites

Exactement comme NickLeZob. C'est dans la moyenne habituelle d'Emmerich, c'est à dire que bien sûr que le contexte apocalyptique est une toile de fond pour faire vivre des persos (tout à fait transparents il faut effectivement le préciser - putain Thandie Newton la honte , le seul que j'ai kiffé c'est le ruskov), c'est quand même la base de tout scénario de fiction, à forciori un film catastophe. Les ficelles sont connues, mais pour ceux qui comme moi sont pas très regardants sur ce genre de marchandise, ou qui ont apprécie The Day After Tomorrow pour ses petites touches new age/alter-mondialistes, 2012 est exactement du même tonneau

(ils s'en sortent grace aux russes et aux chinois, le coup d'humour sur le taux de change dollar/euro, etc...)

. Par contre, même si les FX sont hallucinants sur grand écran, c'est clair qu'on en a trop vu avant sur le web, et finalement le seul truc qui m'a bien bluffé,

c'est le super volcan atomique

. Et le film aurait mérité quelques coupes, genre les scènes inutiles avec George Segal.

Link to comment
Share on other sites

C'est du Emmerich y'a pas de doute...mais en même temps, il vous fallait quoi ? Des clichetons à la ramasse (la famille séparée qui se reforme

et au passage, on tue le beau-père, comme çal le problème est réglé

, le chien , le russe ), des scènes de destruction splendides (bien que la promo a, en effet, beaucoup trop dévoilée), un gouvernement méchant mais pas trop (on supprime les gêneurs mais le Président reste un brave papy accrochée à sa patrie), un happy-end plein d'espoir, 2H40 qu'on ne voit pas passer...

Par contre je reste très étonné que le perso d'Olivier Platt ne périsse pas ou ne se prenne, ne serait-ce, qu'un poing dans la gueule

Link to comment
Share on other sites

Comme Steve, revu hier et la 2eme vision est encore mieux passée. C'est quand même foutrement impressionnant. Assez pour passer outre les défauts. Je suis amoureux de Thandie Newton malgré son faux nez et le fait qu'elle joue comme une patate (en tous cas ici). Et le directeur du Louvre roule en DS (ça change des Deux Chevaux de chez bay).

Link to comment
Share on other sites

Bon ben je rejoins le clan des convaincus.

C'est débile, un peu trop long dans la derniere partie c'est vrai, mais qu'est-ce que ca envoi quand meme.

Pour le coup le coté Emmerichien est bien dosé. On retrouve tous les clichés de son cinéma (l'obligatoire sauvetage du chien, les rabibochages fils-père au téléphone, les trucs qui s'écroulent au deuxième plan tandis qu'une foule de 12 mecs courent au premier, on remplace la femme du président par sa fille mais c'est pareil, le savant un peu loser qui devient le héro etc...), et ça marche. C'est de l'auto-citation à la limite de l'auto-parodie.

Pis bon il y a quand même un avion qui passe en volant sous un train...

Link to comment
Share on other sites

bon ben heureusement que j'ai pas écouté l'ami yatta man !

 

si ya bien un film a voir sur grand écran c'est bien celui la !

 

apres, les invraissemblances, le patriotisme, la famille, le chien, c'est normal, vous regardez un Emmerich bordel !

 

Mais de la à déconseiller d'aller le voir, non mais ça va pas la tête Ok, c'est subtil comme du Emmerich mais on s'en branle parce qu'Emmerich a aussi un sacré sens de la démesure et ça terrasse les yeux. Il faut absolument aller voir ça sur un grand écran. Si vous avez apprécié The Day after Tomorrow ça le fait

 

exactement !!!

Link to comment
Share on other sites

apres, les invraissemblances, le patriotisme, la famille, le chien, c'est normal, vous regardez un Emmerich bordel !

 

Je sais bien, mais vraiment j'ai trouvé qu'il n'y avait QUE ça. Et pendant 2h40 c'est vraiment l'indigestion. Si ça avait été un film d'action bien couillu comme le promet une telle situation, je n'aurait meme pas râlé, puisque j'étais venu voir ça. Mais là c'était vraiment un film pleurnichard, à la limite du drame pour minettes. Je sais bien qu'il y a ce genre de scènes (pleurnicheries, patriotisme, etc...) dans ce genre de film et quand c'est servi à doses raisonnables, ça ne me gène pas du tout. Mais là vraiment j'ai trouvé que c'était omniprésent et que ça enterrait les peu nombreuses scènes d'apocalypse. Il y en a vraiment de trop et ça m'a proprement gonflé. En tous cas les 2h40 je les ai clairement senties passées, et n'ai même pas eu l'impression d'avoir eu affaire un à un film si "huge" que ça. Dans District 9, le drame est à plus petite échelle, mais ça pète bien plus, on sent plus l'action et l'angoisse, et les bons sentiments de ce film (pourtant très grossiers!) passent bien mieux. Là c'est à peine si on à peur qu'un des héros se casse une jambe. Merde quoi c'est la fin du monde!

Link to comment
Share on other sites

 

exactement ce que j'attendais. un condensé de clichés emmerichiens qui font super plaisir (j'ai failli applaudir quand la blonde sauve le chien) et des bonnes scenes qui font le même effet que des montagnes russes. que demander de plus ?? ah oui, qu'une bande de 10 lascars débarquent pas au milieu du film pour faire chier pendant tout le film

Link to comment
Share on other sites

c'était bien!

 

bon, tout a été dit au dessus, les clichés, blablabla donc j'y reviendrais pas

par contre, j'ai été un poil déçu par la descente des scènes chocs, qui vont decrescendo tout au long du film, ce qui est un peu dommage

et puis, on aurait voulu en voir plus, des courses poursuites avec la Terre en furie

Link to comment
Share on other sites

Pareil, j'ai eu ce que je voulais voir cet aprem pour me détendre, c'est du 100 % Emmerich j'en ai pris pleins les yeux lors des passages de destructions et même si il verse comme d'habitude dans les bons sentiments à tout bout de champs ça ne m'a pas gaché le plaisirs.

 

Du bon Blockbuster.

Link to comment
Share on other sites

 

C'est du Michael Bay's Armaguedon vs Roland Emmerich's Day after Tomorrow.

 

Emmerich il est trop americain, la fin du monde c'est fun en fait, pas parce que y'a des vannes, juste parce que Emmerich il croit que les gens sont sympa quand ça chie de partout. Et puis moi je suis trop une quiche, ils répètent 500 fois qu'ils construisent des arches et moi j'ai toujours cru qu'ils allaient aller dans l'espace, et tout le monde dans la salle à fait comme moi quand le héros dit y'a des ancres, c'est des bateaux

C'est n'importe quoi de partout mais on s'en fout en fait, ils sauvent les animaux (tout le monde a rigolé ) mais c'est pas assez parce que les animaux c'est de la came, les girafes et les rhino, alors ils sauvent le chien comme ça on sait que la fin du monde c'est pas égoïste mais on laisse la crasseuse russe crever et son mac aussi. Et puis la famille est sauve car le beau père incestueux meurt sans classe

Trop bien le pape qui crève comme une daube dans son palais à la con.

Et puis à la fin c'est l'Afrique qui va accueillir les rescapés, alors faut faire un 2013 où les Africains ils auront parqué les rescapés dans des camps parce que pendant la merde personne les a prévenu, on sauve pas l'Afrique

 

 

mais ça vaut pas un mammouth qui dit au héros qu'il a grandi dans sa tête plate.

Link to comment
Share on other sites

franchement déçu...

On en prend plein les yeux par moment mais pas assez a mon gout et quand ca pète pas, c'est d'une connerie abyssale. La vision sur écran de salon va faire très mal je pense

 

Merci. Je commençais franchement à me sentir seul!

 

J'ai pensé exactement pareil, donc j'ai adoré

 

C'est vrai que ça manque d'action finalement, mais c'est tellement con que c'en est trop bon. Tout la salle se marrait, ça donnait vraiment une ambiance pop corn super agréable, et j'ai passé un bon moment au final. J'ai eu un peu l'impression d'être à la fête foraine ou au futuroscope en fait !

Link to comment
Share on other sites

Moi j'ai adoré. Ca démoule de partout, ça explose du cul et bon même si l'histoire est conne, je sais à quoi m'en tenir. Plus c'est con et plus c'est bon même si Micheal Bay aurait fait un truc encore plus con et là je me serais juste branler devant tout le monde. Non franchement hate de la revoir pour voir tout cramer encore une fois. Un bémol, c'est un peu longuet sur la fin avec l'arche et on voit pas de destruction massive de l'Europe.

Link to comment
Share on other sites

"Ça démoule de partout" ?

Putain, les 2h30 les plus loooooooooooooooooooongues de ma vie. totale repompe du scénar de La Guerre des Mondes de Spielberg (père loser, le gamin qui hait son père, famille décomposée qui va se recomposer devant le cataclysme), mais sans l'émotion. Et sans le savoir-faire actionner. Le tout 10 fois plus guimauve (chaque personnage secondaire de merde a droit a sa petite scène d'adieu, arghhhh) et bourré de symbolisme-bulldozer (Noah/Noé, n'en jetez plus).

 

Mais le pire, c'est que le film dure 2h30, tout ça pour nous raconter l'histoire de gens dont on souhaite la mort au bout de 10 minutes (y compris le chien ! un comble, moi j'aime bien les chiens), alors qu'un petit film d'1H15 montrant "simplement" la fin du monde, sans scénar', aurait été plus efficace. C'est ça le plus fou, en fait, le film est bâti sur 30 minutes de scènes de destruction, et pour le montrer, Emmerich se retrouve à tourner deux heures de films avec des personnages que même lui semble mépriser.

Emmerich devrait plutôt faire des petits "films-spectacles" en 3D pour parc d'attractions au lieu de nous emmerder avec des "histoires" qu'il peine à raconter.

Au final, une très bonne comédie involontaire.

Effarante tout de même.

 

CHIANT COMME LA MORT.

Heureusement qu'on avait des invits.

Link to comment
Share on other sites


×
×
  • Create New...