Jump to content

37.2° le matin - JJ Beineix - 1986


DPG
 Share

Recommended Posts

Anglade, Beatrice Dalle qui était THE révélation. Roman de Djian à la base, Beineix à la real.

 

Je ne l'ai jamais vu, ni lu le livre.

 

J'ai acheté le DVD hier, le double collector est joli et se trouve à 9.99€ en ce moment. On verra bien.

 

Beatrice etait qd meme boombastic à cette époque !

 

Link to comment
Share on other sites

Je suis justement entrain de lire le bouquin pour la première fois.

Vu le film avant et j'avais aimé moyen...au point de n'en garder que le souvenir de la première scène. Par contre, le bouquin...comme une brise d'été !

Link to comment
Share on other sites

  • 8 years later...

Bah c'était mortel.

Les acteurs sont au top, Anglade est touchant, Dalle fait flipper, y'a Darmon complètement ouf et Vincent Lindon en flic chelou est génial.

Je n'ai vu que la version courte mais apparemment la longue permet de rentrer un peu plus dans la folie de Betty.

Pile le film qu'il faut sortir en BR car y a des images magnifiques.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Revu ce weekend en version longue.

 

Je l'avais vu qu'une seule fois, en version courte, autant dire que je me rappelais pas de grand chose...

Et c'est vraiment toujours aussi bien. Il y a vraiment un charme fou dans ce film, un parfum unique, une alchimie entre un peu tout et tout le monde qu'on ne croise que trop rarement au cinéma. Le couple Dalle / Anglade fonctionne à merveille, Beineix utilise parfaitement ses décors, tous les personnages ont un truc à défendre, même les rôles les plus secondaires. On a une folie diffuse qui imprègne tout le film, on rigole, on picole, on baise, on vit à 100 à l'heure, sans lendemain, en faisant tout pour éviter les barrières et obligations du "monde réel". Film somme, rôle d'une vie pour la moitié du cast, Dalle en tête, Beineix au sommet de son art, tout en style, mais sans que l'esthétique prenne le pas sur l'histoire. Le score de Yared envoute, les images restent en tête, le final tétanise. Un film culte qui n'usurpe pas son statut, ça ne se rate pas !

 

Vu aussi au passage le docu sur les 20 ans présent sur le DVD. Très sympa, on croise à peu près tout le monde (sf Darmon). Ils en gardent tous un bon souvenir, et on sent une vraie fierté pour tous d'avoir fait partie de cette aventure. Lindon a des anecdotes très drôles, Dalle est reconnaissante, Beineix relativement humble (par contre, ses interventions viennent d'une webcam dég, ça craint un peu pour un doc somme...). Chouette docu !

 

Link to comment
Share on other sites

Vu il y a une dizaine d'années et j'avais adoré aussi. Un des rares films de 3h où on pourrait rester dedans sans problèmes...

 

Je sais pas si Beinex bloque tout ou s'en tape, mais le film n'est sorti en BR qu'en Angleterre et aux States (sous son titre Betty Blue) avec la version longue et une bonne copie. Mais je me méfie un peu, c'est typiquement le genre de film qui débarquera sans crier gare chez nous...

Link to comment
Share on other sites

J'en ai un super bon souvenir aussi, l'image d'un petit miracle de film. D'ailleurs j'aime bien les premiers Beineix, de manière générale, mais celui-ci c'est vraiment l'accident heureux par excellente. Je me tâte assez souvent à me le refaire, faudrait que je saute le pas

Link to comment
Share on other sites

J'ai toujours bcp aimé ce film, revu il y a quelques mois (en version courte) et j'ai repris un plaisir intact devant cette grande histoire d'amour. Plaisir des acteurs, plaisir des yeux (il y a vraiment chez Beinex une jubilation communicative à composer des cadres marquants, en gros à faire du cinema), le pittoresque des situations qui entoure le drame central donne un corps très particulier au film... cette profusion de vie autour de la maladie mentale et de la mort qui s'annonce, pour nous mener à cette image finale de l'écrivain seul avec son chat. Magnifique.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Alors moi la version longue je suis pas loin d'avoir trouvé ça insupportable, même si je comprends l'intérêt de Beinex a vouloir montrer la maladie de Betty aller en crescendo, au bout de la 20ème crise, ça devient lourd. Après oui y a de très beaux plans, oui le couple Anglade-Dalle est sublime... je sais pas ce qu'il en est pour la version courte...mais 3 heures c'est de l'abus pour ce que ça raconte.

 

Après j'adore vraiment la 1ère heure, qui pour le coup est très belle.

Link to comment
Share on other sites

Je ne souviens même pas de la scène d'accouplement du début. Je me rappelle juste que Dalle joue très bien la fille frapadingue et de la première demi-heure avec les images magnifiques de Gruissan plage et des bungalows qu'Anglade retape.

 

Faudrait que je le revois mais dans mon souvenir ça pesait pas autant que Diva?

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...