Jump to content

Lockout - Saint Leger et Mather (2012)


Tomfincher
 Share

Recommended Posts

Taken dans l'espace ? Avec Maggie Grace qui reprend le même rôle de la jeune fille kidnappée ?

C'est bien sûr un scénario de Luc Besson !

 

A man (Pearce) wrongly convicted of conspiracy to commit espionage against the US is offered freedom if he can rescue the president's daughter (Maggie Grace) from an outer space prison taken over by violent inmates.

 

La bande annonce est plutôt sympa, et j'aime bien Guy Pearce qui fait son Snake Plissken.

 

IVbmDsJk9ug

Link to comment
Share on other sites

Travolta, Neeson, Pearce... Mais comment Besson parvient-il à attirer ce genre de pointure ?

Avec un sac de brouzoufs, allez vous me répondre, certes mais quand même.

Ils ne lisent pas les scripts avant de signer ? Ils ne trouvent vraiment pas mieux chez eux ? Le barbu possède-t-il de quoi les faire chanter grace à des dossiers compromettants ?...

Je m'interroge...

Link to comment
Share on other sites

Piège en hautes sphères !!!!!!

 

Le grand retour des pièges de / en / sous / dans / à travers / en verlan.

 

L'idée des noms qui apparaissent derrière la tête de Guy Pearce quand il se prend des pains est excellente, la bande-annonce a la patate, mais savoir que Luc Besson a écrit le scénario me fait douter très fortement. On verra.

Link to comment
Share on other sites

Piège en hautes sphères

 

Mais comment Besson parvient-il à attirer ce genre de pointure ?

 

Travolta est quand même limite has-been, Guy Pearce a du voir là l'occasion de changer de registre (on dirait Mark Walbergh dans la bande annonce) et Liam Neeson, qu'à vrai dire j'ai pas l'impression de voir bosser des masses, a dû trouver cool de tourner dans Taken, donc il revient.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 3 weeks later...
  • 3 weeks later...

Vu et je pense que les gens ici vont plutôt bien accueillir ce film. Y a de gros défauts :

 

- une poursuite en moto au début aux trucages numériques défiants l'entendement (on dirait un jeu de moto-cross sur PS1), et globalement les trucs numériques sont plutôt moches.

 

- le principe de base complètement pas original, pas forcément sublimé par un scénario plutôt très très léger.

 

- il manque une grosse baston finale, un truc qui fait halluciner (du genre la scène du milieu dans ghost rider où il pète tout avec son gros engin de construction).

 

 

Mais, si on prend le film pour ce qu'il est, c'est à dire une série b d'action ultra eighties, avec un Guy Pearce qui est là pour s'amuser et qui distribue les punchlines comme le père noël les cadeaux aux enfants sages et beaucoup de rythme (même si c'est dur de passer après the raid, toutes les bastons paraissent fades après). On s'amuse bien quoi, et c'est déjà pas mal.

 

Approuvé, donc.

Link to comment
Share on other sites

Vu aussi LOCKOUT, et c'est assez sympa finalement, mieux que je pensais en fait, grâce à un rythme soutenu et à une mise en scène en scope soignée et précise, beaucoup de plans très variés et un montage percutant, une ambiance sympa très années 80-90, Guy Pearce qui en fait des tonnes avec ses punchlines débiles tout au long du film, un méchant bien fada de chez fada, ah, ah, un script Besson qui en vaut un autre (ils sont trois sur le coup cela dit, d'où un scénar' moins basique que l'on craignait), bref effectivement débile mais sympa moi j'aime bien, surtout pour un budget de 25-30 millions de dollars (!), et pour la poursuite en moto pourrave elle dure une minute seulement, bref une production Europacorp du haut du panier (BANLIEUE 13, TAKEN, FROM PARIS WITH LOVE, tiens que du Pierre Morel...) avec toutes les limites que cela implique, avec en prime une nana au début qui se fait tuer comme une merde que j'avais l'impression d'avoir déjà vue quelque part, et au générique final j'ai reconnu son nom, Anne-Solenne Hatte, sublime présentatrice (physiquement j'entends) qui comme Melissa Mars a crû qu'elle pourrait faire carrière au cinéma grâce à Besson, grossière erreur, la pauvre si elle avait su...

 

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.tuxboard.com/photos/2010/09/Anne-Solenne-Hatte-nu.jpg&imgrefurl=http://www.tuxboard.com/anne-solenne-hatte-photos/anne-solenne-hatte-nu/&h=600&w=600&sz=49&tbnid=DVCynq58x3XXxM:&tbnh=92&tbnw=92&zoom=1&docid=JzEEx5DUGRGrMM&hl=fr&sa=X&ei=hRSRT6LvAaqx0AXKq8WAAg&sqi=2&ved=0CDkQ9QEwAw&dur=494

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Pour la fille qui crève vers le début quand j'ai entendu son accent camembert à couper au couteau je me suis aussi dit "Vlà encore une autre starlette française qui a dû sucer le gros pour avoir le droit de faire la figurante dans une bouse !"

 

Misère ...

 

Sinon tout a été dit, effets spéciaux indignes, plagiat de New York 1997, punchlines sympa et encore une semi-star hollywoodienne qui arrive à se laisser convaincre par Besson. Quand on pense que le mec a fait Prometheus quasiment en même temps ! Ca fait quand même passer une heure et demi tranquille.

 

Ah ouais sinon les auteurs ont repris la blague sur le prénom de Stallone dans Cobra mot pour mot, avec le même prénom en plus, incroyable.

Link to comment
Share on other sites

Le meilleur c'est quand même de l'inédit, personne n'avait osé avant, une chute libre en scaphandre depuis la prison dans l'espace avec rentrée dans l'atmosphère sans aucun problème, le tout en quelques secondes et cinq ou six plans, j'ai halluciné, énorme...

 

Sinon l'avis de Dahan sur le film, l'a pas trop aimé, ah, ah...

 

http://yannickdahan.kazeo.com/external/http://www.canalplus.fr/c-cinema/pid2959-c-emissions-cinema.html?vid=629226

 

La critique de Chronic'art me semble beaucoup plus juste :

 

http://www.chronicart.com/cinema/chronique.php?id=12389

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
Le meilleur c'est quand même de l'inédit, personne n'avait osé avant, une chute libre en scaphandre depuis la prison dans l'espace avec rentrée dans l'atmosphère sans aucun problème, le tout en quelques secondes et cinq ou six plans, j'ai halluciné, énorme...

 

 

Et la scène où Maggie Grace se coupe les cheveux pour faire l'illusion qu'elle est un mec !

Link to comment
Share on other sites

Pour la fille qui crève vers le début quand j'ai entendu son accent camembert à couper au couteau je me suis aussi dit "Vlà encore une autre starlette française qui a dû sucer le gros pour avoir le droit de faire la figurante dans une bouse !"

 

Il ne fait pas que se faire sucer le gros besson, il usurpe les scénarios... En même temps vu les films...

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé ça sympa, ça se regarde sans s'emmerder, c'est complètement con, y a de bonnes scènes, des méchants qui cabotinent avec de bonnes têtes de cons, Maggie que je voudrais baiser en apesanteur ... c'est sympa pour un samedi soir ... franchement sympa pour ne pas se prendre la tête ...

Link to comment
Share on other sites

ouais pareil ça détend quand on ne veut pas mater un truc trop cérébral, sans dénigrer pour autant le film.

Ca se laisse voir, perso j'ai trouvé le perso principal un peu trop "je m'en cogne de tout je fais des vannes".

Maggie n'est pas très attirante.

Le fou est sympa, je l'aime bien cet acteur.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Bonne petite surprise pour ma part, tant les avis à la sortie en parlaient comme d'une bouse intergalactique (sauf ici, repaire des gens de bon goût).

 

Non que ça vole très haut mais ça fait quand même partie de ce que Besson a produit de plus regardable.

Ca ne se prend pas au sérieux, le décor (à défaut du scénar) a le mérite d'une certaine originalité, ça flingue et ça castagne, ça va vite (1h30 et c'est plié) et Guy Pearce assure le job comme un pro.

Parfait pour un soir post-fêtes...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Une improbable et complètement débile reprise de NY 97 -le début est une partouze entre le fameux prologue coupé (!) du Carpenter et la poursuite finale de Torque -

 

Par contre une fois qu'on part dans l'espace, et on y est assez vite, c'est nettement plus beau et intéressant et il faut reconnaître que c'est assez fun. C'est assez rythmé, les personages impriment la rétine, et surtout il y a Guy Pearce qui fume comme un pompier et balance des répliques de merde avec l'air de s'en cogner complet. Sa première scène est tordante.

 

Et puis c'est vite emballé. Tout ceci fait qu'on passe un agréable moment.

 

Snow, c'est peut être un peu ce qui manquait à Dante 01

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 4 years later...
Vu et je pense que les gens ici vont plutôt bien accueillir ce film. Y a de gros défauts :

 

- une poursuite en moto au début aux trucages numériques défiants l'entendement (on dirait un jeu de moto-cross sur PS1), et globalement les trucs numériques sont plutôt moches.

 

- le principe de base complètement pas original, pas forcément sublimé par un scénario plutôt très très léger.

 

- il manque une grosse baston finale, un truc qui fait halluciner (du genre la scène du milieu dans ghost rider où il pète tout avec son gros engin de construction).

 

 

Mais, si on prend le film pour ce qu'il est, c'est à dire une série b d'action ultra eighties, avec un Guy Pearce qui est là pour s'amuser et qui distribue les punchlines comme le père noël les cadeaux aux enfants sages et beaucoup de rythme (même si c'est dur de passer après the raid, toutes les bastons paraissent fades après). On s'amuse bien quoi, et c'est déjà pas mal.

 

Approuvé, donc.

 

kevo a parfaitement résumé le truc.

 

j'insiste quand même sur la poursuite à moto du début qui est vraiment indigne d'un sharknado. je ne comprends pas comment les mecs ont pu garder ça au montage. juste parce qu'ils avaient filé un petit chèque à un studio de merde et que ça leur faisait mal au cul de tout foutre à la benne ?

 

sinon c'est vraiment un exercice de décalcomanie des films d'actions 80-90 et ça passe avec le cerveau débranché. les 3 points positifs :

- les méchants taulards ont vraiment des gueules pas possibles

- le matraquage de punchlines qui sont parfois franchement drôles ...quand elles n'ont pas été volées ailleurs.

- la fin qui est légèrement moins éculée que le reste du film

 

pour info :

Le réalisateur américain John Carpenter a assigné EuropaCorp estimant que le film est un plagiat de son film New York 1997.

 

Le 7 mai 2015, le tribunal de grande instance de Paris a condamné EuropaCorp à verser 20 000 euros à John Carpenter, 10 000 euros au scénariste original, et 50 000 euros à la société gérant les droits d’exploitation de New York 1997 ; EuropaCorp a indiqué avoir fait appel de cette décision1.

 

Le 29 juillet 2016, la cour d'appel a condamné EuropaCorp, le producteur Luc Besson ainsi que les coscénaristes et coréalisateurs James Mather et Stephen Saint-Léger à verser 100 000 euros de dommages et intérêts à John Carpenter, 40 000 euros à Nick Castle et 300 000 euros à Studiocanal2,9.

Link to comment
Share on other sites

Ouais voilà, c'est sympa, mais il y a vraiment trop un goût de repompe à tous les niveaux. C'en est indigeste.

Le film à 20 ans de retard et ne propose pas le petit truc en plus qui ferait que. Il propose même un truc en moins avec cette scène à moto absolument horrible.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...