Jump to content

Requiem for a Dream - Darren Aronofsky (2000)


Benj
 Share

Recommended Posts

Harry Goldfarb est un junkie. Il passe ses journées en compagnie de sa petite amie Marion et son copain Tyrone. Ensemble, ils s'inventent un paradis artificiel. En quête d'une vie meilleure, le trio est entraîné dans une spirale infernale qui les enfonce toujours un peu plus dans l'angoisse et le désespoir.

La mère d'Harry, Sara, souffre d'une autre forme d'addiction, la télévision. Juive, fantasque et veuve depuis des années, elle vit seule à Coney Island et nourrit dans le secret l'espoir de participer un jour à son émission préférée. Afin de satisfaire aux canons esthétiques de la télévision, elle s'astreint à un régime draconien. Un jour, elle le sait, elle passera de l'autre côté de l'écran.

lgo3Hb5vWLE

 

il est sympa ce film.

enfin il faut le voir en été et en période où on déprime pas parce que bordel ça peut foutre le cafard.

voilà j'ai rien d'autre à dire

Link to comment
Share on other sites

un film que j'adore... mais que je ne regarde jamais !

 

j'ai l'estomac qui se soulève à chaque vision. Je l'ai vu 4 fois dans ma vie et je ne suis pas sur de vouloir me faire du mal à ce point là.

 

Ce que j'aime le plus c'est les gens qui disent

 

- "j'aime bien la musique tu sais celle avec les violons qu'on entend dans tous les reportages, résumé de foot, un diner presque parfait, etc

- oui, cela vient du film Requiem for a dream mais quand tu verras les images qui vont avec tu seras beaucoup moins attiré par la musique.

 

un film traumatisant pour ma part

Link to comment
Share on other sites

le premier film qui m'ai transmis une douleur aussi viscerale. Je me suis pris le final dans la gueule car contrairement à beaucoup je n'étais pas préparé au choc. Bizarrement le plan qui me hante le plus est celui qui suit le carton "hiver" où l'on voit la mère marcher en peignoir dans la rue complètement déboussolée. Et la musique de clint mansell est une ode au suicide.

J'ai jamais pu revoir le film.

Link to comment
Share on other sites

mon conseil : ne le revois pas

 

comme toi, je l'ai découvert sans aucune préparation, d'où une énorme claque et donc souvenir sublimé.

mais à la revoyure ce fut la débandade. beaucoup trop d'effets, beaucoup trop d'emprunts, sans compter que je ne peux plus blairer cette musique qu'on nous ressert absolument partout. la magie s'est envolée

Link to comment
Share on other sites

Vu qu'une seule fois et comme beaucoup: méga claque dans la face

 

Il y a tout plein d'effets dans ce film, et j'adore ces genres d'effets qui fonctionnent à mort. Le thème de Clint Mansell est sublime (je l'avais apprise il y a très longtemps au piano, tiens) et à part cette musique, le reste de la BO est excellentissime

 

Xn5xOdbIhuc

Link to comment
Share on other sites

On est deux. Bon ok la fin est prenante mais alors tout ce qui précède

 

A la fin je me disais "Bien fait pour vos gueules sales toxicos de merde !"

 

J'avais l'impression d'être Eric Cartman, ça m'a fait ça aussi à la fin de Dancer In The Dark.

Link to comment
Share on other sites

J'aime l'idée que tout peut être une drogue et qu'on puisse devenir toxico sans dealer et alors sans le savoir.

 

Le film à voir en double programme avec Traffic. Deux films pessimistes sur "La drogue, c'est mal." Un pour les conséquences sur l'individu, l'autre pour celles sur la société.

Link to comment
Share on other sites

La montage parrallèle fonctionne du tonnère sur les dernières 20 minutes.

Du grand art.

 

Pour le reste, je l'ai revu y'a 2 mois, je trouve que l'histoire n'est pas très fluide, et il est vrai que les effets et la musique ont pris un sacré coups de vieux. Le film agace très vite. Pourtant Dieusait que je l'ai aimé, vu et revu lors de sa sortie en salle (trois fois d'affilé en un mois).

 

C'est pas encore avec ce film qu'on a trouvé l'équivalent cinématographique à l'écriture viscérale de Hubert Selby Jr... Cela est-il d'ailleurs imaginable ?

Link to comment
Share on other sites

e plan qui me hante le plus est celui qui suit le carton "hiver" où l'on voit la mère marcher en peignoir dans la rue complètement déboussolée.

 

 

pareil, ca m'a achevé

 

moi c'est la scène à la fin où les voisines de Sarah viennent lui rendre visite à l'hôpîtal...les dernières images aussi...quelle tristesse

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...