Aller au contenu

Let's talk about Spike Lee


Messages recommandés

S’il est un cinéaste qui ne laisse pas indifférent le public, c’est bien Spike Lee. Du cinéma politique, engagé, qui soulève de nombreux problèmes, un traitement qui fait plus ou moins dans la finesse suivant les œuvres, œuvre qui commence à vraiment avoir de la gueule à l’heure où notre Spike atteint presque la cinquantaine sans avoir mis trop d’eau dans son vin. Un petit bilan du bonhomme.

 

« Nola Darling n’en fait qu’à sa tête » (1986). Triangle amoureux entre une femme et deux hommes, ce film a eu un énorme succès à sa sortie tant public (7 millions de $ de recettes pour un budget de moins de 200 000 $) que critique (Prix de la jeunesse à Cannes) et a propulsé son real’ sur le devant de la scène, le classant comme LE realisateur noir à suivre. Un film sympathique, très frais, où l’on sent déjà bien la patte de son auteur, même si ça peut paraître un peu brouillon en le revoyant aujourd’hui. (Kassovitz l’a largement pillé pour son « Métisse ») 3/6

 

« School Daze » : Pas vu

 

« Do the right thing » : Une journée dans une pizzeria New Yorkaise, qui vire à l’émeute quand une dispute survient. Une vraie bombe. Tout le long sur le fil du rasoir, mais une pure ambiance, on transpire avec eux, on se croit vraiment dans le quartier. Pas mal de thématiques là aussi, de la bavure policière aux problèmes de cohabitation interraciale, on peut ne pas toujours être d’accord mais on ne peut nier la force du cinéaste. Pas mal de scènes restent en mémoire « Fight the Power ». Le tout porté par un casting assez éblouissant (D.Aiello, J.Turturro, S.Lee, et nombres de seconds roles qui feront carrière comme Martin Lawrence) 5/6

 

« Mo Better Blues » : Pas vu

 

« Jungle Fever » : Relation d’amour interraciale plus conflit familial avec un perso accro au crack. Une vraie réussite, là aussi des acteurs brillants pour un sujet fort. Lee pointait du doigt des trucs qui aujourd’hui paraissent plus acceptés mais que l’on ne voyait pas au cinéma à l’époque en tt cas. Une BO de Stevie Wonder et des apparitions de Samuel Jackson qui marquent à jamais. 5/6

 

« Malcolm X » : Pas vu hélas, très décrié, surtout quand Spike Lee s’est approprié le projet, expliquant à Sidney Lumet que ce n’était pas à un blanc de réaliser ce film. Je comble ça au plus vite…

 

« Crooklyn » : Une jolie chronique, inspirée tout comme « Mo’better blues » par le père de Lee qui était jazzman. Magnifique B.O. donc of course, et un beau film. Simple, montrant que Lee peut être autre chose que le chien prêt à mordre le méchant blanc. Mineur mais réussi.

4/6

 

« Clockers » : Projet prévu initialement pour Scorsese, qui produira finalement, ce film est un de mes préférés du réal. Ces clockers sont des jeunes qui dealent en bas des projects des ghettos N-yorkais, le nom venant du fait qu’il passe toute la journée ici et font le tour du cadran de l’horloge. Certains veulent s’en sortir, d’autres sont tout simplement paumés, à la recherche du père qu’ils n’ont pas eu et qu’ils retrouvent en Delroy Lindo, le fournisseur. Une enquète policière se livre en parrallèle et Keitel et Turturro permettent au film de sortir un peu du ghetto et de varier les points de vue. J’aime bp le traitement des personnages là encore, les zones d’ombre, les détails du quotidien comme les trains éléctriques de Strike. 6/6

 

« Girl 6 » : Projet beaucoup plus léger. Une jeune actrice qui ne trouve pas de travail fait du téléphone rose pour gagner un peu de thunes. Mais petit à petit, elle se prend au jeu. Ma foi, Theresa Randle est plutot sympathique, certaines situations sont vraiment drôles, les cameos sont sympas (Madonna, Tarantino, ..) et la BO est de Prince si je ne m’abuse. Mais ça reste assez léger et pas génial non plus. Mais je le trouve quand même plus réussi que ce qu’on peut en lire ici ou là. Anecdotique mais pas déplaisant. 3/6

 

« Get on the Bus » : Pas vu

 

« He got Game » : Lee est fan hardcore de basket et des Knicks de NY. Il livre donc enfin un film sur le sport et les dérives du business. Ici il est question d’un jeune homme, qui doit choisir l’université ds laquelle il va s’inscrire. Prodige du basket, tt le monde se l’arrache, s’il choisit une université en particulier, il pourra éviter la taule à son père, qui y est depuis un moment pour avoir tué « accidentellement » sa mère. Etant fan de basket aussi, j’ai bp aimé, une belle reflexion sur un rapport père / fils assez conflictuel, avec un vrai propos sur les magouilles des facs, et l’envie toujours là de sortir du ghetto. Denzel est nickel et Ray Allen, basketteur pro, s’en sort avec les honneurs. 4,5/6

 

« Summer of Sam » : L’histoire d’un serial Killer qui sévit durant un été particulièrement chaud à NY. On en a surtout parlé à l’époque parce que c’était la 1ere fois que Spike Lee s’éloignait du milieu black et qu’aucun des protagonistes du film n’étaient noirs. Il en reste un film qui ne m’a jamais vraiment convaincu, un peu long, aux personnages pas tous réussis. Il faudrait que je lui donne une seconde chance à l’occasion, en l’état de mes souvenirs, c’est le Lee que j’aime le moins. 3/6

 

« The Very black show » : Pas vu

 

“La 25e heure” : Souvent présenté comme son chef d’oeuvre, son film le plus mûr, le plus abouti. Et bien je dois dire que je suis totalement d’accord avec tout ça. Et même largement plus. Je le mets dans les meilleurs films de ces 10 dernières années, je l’ai découvert cette année, vers Noel, et j’ai du le revoir 5 ou 6 fois depuis déjà. Un pitch simple, un gars va aller en prison pour plusieurs années, il lui reste 24h à passer pour régler avant d’y aller. Famille, fiancée, mafia, amis. Le plus beau film sur l’après 11 septembre. La plus belle déclaration d’amour à NY. Un film très beau, des personnages bouleversants, j’avais juste un léger bémol sur la fin lors de la 1ere vision, puis en fait tout me va très bien comme ça. Pas loin du film parfait. 6/6

 

« She hate me » : Un gars perd son boulot, il se fait alors payer par des amis lesbiennes pour les aider à tomber enceintes. Un film un peu bancal, un peu fourre tout, ce qui fait à la fois son charme et ses faiblesses. Lee veut peut-être traiter un peu trop de sujets, des malversations financières de grands groupes à l’homoparentalité, le film se perd un peu en route et a un problème de rythme. Mais il reste des belles scènes, des numeros d’acteurs savoureux, et un film qui a un charme certain. 4/6

 

 

 

 

Voilà, j’ai sauté qques trucs que Spike Lee a fait à côté, des documentaires, des projets télé, il a aussi fait des clips (« They don’t care about us » pour Michael Jackson notamment) pas mal de pubs (Nike pendant un moment mais d’autres aussi), bref un gars complet, une œuvre avec une vraie personnalité, un bonhomme pas toujours aimé de tous, un gars qui compte selon moi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai vu Do The Right Thing au cinéma à l'époque (donc j'étais jeune) et j'ai trouvé ca très raciste. Maintenant c'est le genre de film que je souhaite revoir avec plus de maturité.

 

En tout cas Clookers est dans les meilleurs de Lee ... vu au cinéma aussi...

 

Le reste me laisse plus froid.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De Spike Lee j'ai vu que "He Got Game", très faiblard, "Summer of Sam" que j'ai trouvé très bon, et "25th Hour" qui pour moi n'est pas loin d'être un chef d'oeuvre.

 

J'ai "Do The Right Thing" depuis au moins un an dans ma DVDthèque, je n'exclus pas de le mater d'ici 2020.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 years later...

Je vais geeker encore, ça faisait un bail que j voulais poster ici.

 

Nola Darling n’en fait qu’à sa tête: mon dvd passe pas, pas encore vu

School Daze: pas vu

Do the right thing: Le meilleur des Spike Lee, du sujet à la réalisation, une fin ambigue quand même.

Mo Better Blues: Sympa sans plus, j'ai vu mieux en film jazz

Jungle Fever: Pas trop aimé celui ci

Malcolm X: Pas vu

Crooklyn: Pas trop apprecié, les gosses surtout, ça reste pas mal

Clockers: De la bombe, rien à dire de plus que DPG

He Got Game: Bombe aussi, Denzel ne fait pas du Denzel c'est cool

Summer of Sam: Bombe, Spike se detourne des afro americains et pond un bon thriller

Get On The Bus: Dur, il faut etre black pour aimer, tres dur à supporter.

Bamboozled: Mon preferé apres Do the right thing, un grand film, tres grand meme.

La 25e heure: Bon film, trop de foin entendu à la sortie, l'intro dechire bien.

She hate me: Sympa mais un peu chiant

Inside Man: J'aime bien.

 

Gros fan de Spike Lee donc, j'ai raté le doc sur Katrina et d'autres, je cherche un bon bouquin sur lui en fr mais apparement ça existe pas encore.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai assisté a un concert de Terence Blanchard cet été et il a joué une partie du score qu'il a fait pour le docu sur Katrina, spamal mais loin d'être inoubliable.

 

Sinon je croise souvent sur Lyon un coffret avec tout les premiers film de Spike Lee pour pas cher, mais la impossible de trouver sa trace sur le net

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 years later...

pas le courage de faire un thread pour 24 heures avant la nuit aka la 25ième heure.

 

La vidéo de Norman dans un autre sujet m'a donné envie de voir le film...et comme d'hab déçu par Spike Lee mais c'est pas mal, un peu long, plein de bon sentiment...

 

Palme d'or à la séquence émotion (merci la montée de la musique) dans l'appartement cosy surplombant le cratère béant du WTC.

 

Oscar des dialogues / tracts les plus saoulant. A chaque film de Spike Lee j'ai l'impression d'écouter un programme politique ou qu'un mec me fait la moral.

 

Franchement j'aime pas le cinéma de Spike Lee, je n'aime pas sa personne, je n'aime pas ses films...et pourtant je trouve intéressant la place qu'il occupe dans l'Histoire du cinéma même si à mes yeux c'est insignifiant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'ai vu découvert en 1er summer of sam parce que c'était le 1er dvd sorti en dts pour une poignée de cacahuètes sur cdiscount. J'ai détesté. Aucune tension, plat comme un téléfilm. Je suis pas prêt de le revoir.

 

Do the right thing: le film m'a copieusement emmerdé dès le générique: la nana qui danse presque 8 minutes sur du hip hop de merde était déjà éprouvant. Concernant le message raciste, je sais pas : A la fin, quand danny aielo tend sa main pour faire la paix avec le black et que ce dernier l'envoie chier , on ne sait pas ce que pense spike lee:

"il ne faut pas faire la paix avec ce sale rital, il faut au contraire continuer le combat"

ou alors:

"on est tous frères et ce black est un sale con à la fin de refuser le geste de paix du rital Aiello"

 

Pour moi quelque soit la pensée de spike lee, ce black est un connard.

 

Clockers: j'ai vu 20 minutes et j'ai pas accroché , j'ai peur qu'à l'instar de summer of sam, le film dévie du polar pour lorgner vers une étude de moeurs dont j'ai rien à battre. Pourtant j'aime beaucoup Richard Price. Je vais faire un effort pour celui là.

 

La 25ème heure: tout le monde en dit du bien je vais tenter une vision!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

moi j'ai adoré Do The Right Thing même si comme la plupart des gens j'ai trouvé la fin un peu con, mais je peux pas passer à coté du fait que le film est assez bon, sauf pour sa fin.

si j'ai bien un film référence au niveau couleur c'est bien celui là, c'est dire

 

Spike Lee il a peut être des réactions un peu connes mais y'a des films qui valent le coup, genre Bamboozled, mais bon c'est une histoire de noirs...

 

c'est ptet parce que j'ai envie d'être noir que j'aime bien Spike Lee.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 7 months later...

Non mais tout le monde le sait que Spike Lee est raciste, non ?

 

Après, on aime ou pas, ses films, le perso, on peut aimer l'un sans l'autre, comme dans beaucoup de cas, sinon je jetterais la moitié de ma DVDthèque !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 7 months later...

Vu la 25ème Heure hier soir.

J'ai toujours eu beaucoup de reserve avec Spike LEE avec un discours que j'ai toujours trouvé ultra ambigue (et pourquoi pas raciste en effet). La j'avoue avoir été trés agréablement surpris même si le montage est parfois "bordélique", que la fin m'a posé problème et qu'il ya des pistes que je trouve sans interet (l'histoire avec la gamine dans la boite par exemple). Pour le final, j'aime bien les fins ouvertes mais pour moi la, ce dernier plan est sans interet. Mais bon, ca reste pour moi le meilleur Spike Lee, Dawson est et les trois acteurs principaux sont excellents. Tres bonne BO egalement mais si ya un truc ou qu'on peut rarement lui reprocher, c'est ses choix musicaux

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 months later...

Des nouvelles du remake de Old boy, je savais pas où les mettre

 

http://www.empireonline.com/news/story.asp?NID=35333

 

"I like to compare it to Let Me In and Let The Right One In," adds Olsen. "Those aren't the exact same films, but they're just a different take on the same story."

 

C'est drôle parce que j'avais cru comprendre que le film de Matt Reeves était un bel exemple de photocopie d'un film étranger qu'on veut pas sortir aux Etats-Unis parce qu'il faudrait doubler les acteurs (comme Lol USA).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 years later...
×
×
  • Créer...