Aller au contenu

Le cinéaste Roman Polanski arrêté à Zürich


Cyril

Messages recommandés

Les organisateurs du festival de cinéma de Zürich ont annoncé, dimanche 27 septembre, que la police suisse avait arrêté le cinéaste Roman Polanski, sous le coup d'un mandat d'arrêt américain datant de 1978.

 

Le réalisateur de "Chinatown" et "Rosemary's Baby" a fui les Etats-Unis cette même année, un an après avoir plaidé coupable dans une affaire de viol sur mineure de 13 ans. Roman Polanski n'a eu de cesse de dénoncer les conditions du procès : en juin, ses avocats ont plaidé pour obtenir l'abandon des charges pour détournement de mineure.

 

Se fondant sur les éléments nouveaux mis au jour par un film documentaire réalisé par Marina Zenovich, Roman Polanski: Wanted and Desired, ses avocats ont assuré que ce dossier "a été infecté depuis le début par des manquements à l'éthique professionnelle" de la part des magistrats. Selon eux, la victime elle-même, Samantha Geimer, est favorable au classement de l'affaire.

 

Depuis son départ précipité pour la France, la carrière de Roman Polanski ne s'est pas arrêtée. Il a reçu un Oscar en 2002, en son absence, pour "Le Pianiste". Il était au festival de Zürich pour recevoir un prix pour l'ensemble de sa carrière. Selon les orgnisateurs, son arrestation a "choqué" les participants, tout en assurant que la rétrocpective consacrée à ses œuvres serait maintenue.

 

Source: Le Monde

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 184
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

mais j'avais entendu comme quoi il était peut être pas coupable et au journal j'entends "Polanski gros pédophile"

ben coucher avec une fille de 13ans même si elle est consentante, ce que je ne sais pas, c'est quand même interdit par la loi Peut être pas dans les rêves de NickLezob mais dans les autres oui

Après c'était y a 30ans, la fille s'en fout maintenant donc les mecs pourraient passer à autre chose. Mais ils le feront chier juste par principe car il s'est barré pendant 30 ans.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais pas quoi penser de cette histoire...en fait j'en pense rien parceque je connais pas les faits, et même si je les connaissais, je suis pas le juge. Je vois qu'il a été condamné, qu'il a pas nié les faits non plus et c'est tout.

 

Par contre ce qui me gave, c'est le traitement médiatique du truc: tout le petit monde du cinéma et de la culture est scandalisé par cette arrestation, y compris notre ministre de la culture qui appartient à un gouvernement qui aurait crié victoire si un loser étranger qui avait eu des relations non consenties avec une mineure de 13 ans avait été extradé vers la France. bon bref, pas de politique, c'est surtout la mauvaise fois médiatique qui me saoule.

 

Sinon j'aime bien les films de Polanski

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut dire aussi qu'il y a le fond et la forme.

 

On pt trouver logique qu'il soit arrêté, être cineaste, aussi génial possible, ne mets pas au dessus des lois. Après, que ça ressorte d'on ne sait où, 30 ans après, alors que la victime est la première à demander qu'on arrête les poursuites, alors que le mec était invité d'un festival et qu'il est venu souvent en Suisse auparavant, je sais pas, mais c'est pas la façon la plus "classe" du monde de procéder.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Faut dire aussi qu'il y a le fond et la forme.

 

On pt trouver logique qu'il soit arrêté, être cineaste, aussi génial possible, ne mets pas au dessus des lois. Après, que ça ressorte d'on ne sait où, 30 ans après, alors que la victime est la première à demander qu'on arrête les poursuites, alors que le mec était invité d'un festival et qu'il est venu souvent en Suisse auparavant, je sais pas, mais c'est pas la façon la plus "classe" du monde de procéder.

 

Ui ça par contre sur la forme, c'est du n'importe quoi pas classe du tout en effet!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En raison d'un mandat international lancé en 2005 et des accords passés avec Washington, la Suisse n'avait pas d'autre solution que d'arrêter Polanski. Elle n'a pas subi de pression des Américains. Le cinéaste n'avait pas été inquiété lors de son précédent séjour en Suisse car les autorités en avaient eu vent trop tard." Un autre responsable poliique rappelle que "les crimes d'ordre pédophile ne sont pas prescrits en Suisse"

 

A cette époque, Polanski, 44 ans en 1977, invite Samantha Geimer, 13 ans, avec le consentement de sa mère, pour une séance photo pour le magazine Vogue dans le domaine de Jack Nicholson, à Los Angeles. Le réalisateur offre du champagne, de la drogue et l'invite à se déshabiller devant lui. Dans le jacuzzi, Il la force à avoir des rapports sexuels."

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le temoignage de Samantha, la jeune fille dont il est question dans "l'affaire Polanski" :

 

Quand j'ai rencontré Roman Polanski, je vivais avec ma mère et ma sœur dans la San Fernando Valley. C'était pas le grand luxe, mais nous avions une vie de famille agréable. Ma mère était actrice, et je voulais être comme elle. Je voulais être célèbre, une star de cinéma. Mais à 13 ans j'étais vraiment juste un garçon manqué, assez loin de l'idée que l'on se fait d'une jeune fille de mon âge. J'avais déjà un petit ami. Il était alors agé de 17 ans et conduisait une Camaro, mais ma chambre était une chambre de petite fille, et j'avais une affiche de Spider-Man sur le mur. Pour compléter le tout, j'avais un rat de laboratoire comme animal de compagnie.

 

Ma soeur sortait avec un gars qui connaissait Roman Polanski et c'est lui qui a présenté le cinéaste à ma mère. En voyant Roman, elle s'est rappelée qu'elle l'avait déjà rencontré auparavant dans une boîte de nuit. Quant à moi, j'étais toute excitée à l'idée que Polanski veuille prendre quelques photos de moi qui seraient (disait-il) publiées dans un magazine européen sans préciser lequel. Nous avions, ma mère et moi, pensé que ce serait une bonne chose pour lancer ma carrière.

 

Le 20 février 1977, Polanski est passé me prendre pour notre première séance de photos dans les collines juste à quelques rues de chez moi. Après avoir shooté un rouleau entier, il m'a demandé d'enlever ma chemise et a pris des photos seins nus. Je l'ai laissé faire, mais j'étais pas très à l'aise avec l'idée de poser seins nus. Je pensais: «Je ne devrais pas faire cela", mais j'étais une gamine de 13 ans, j'ai donc pensé: Roman, c'est un adulte, si ce n'était pas correct, il ne m'aurait pas demandé de le faire.

 

En rentrant chez moi, je n'ai rien dit de tout cela à ma mère. Si je l'avais fait, elle ne m'aurait jamais laissée seule avec Roman la deuxième fois. Rendez-vous a été donc pris quelques semaines plus tard, et ma mère ne se doutant de rien, m'a laissée partir avec lui. Moi, je ne voulais pas vraiment y aller, mais je me suis dit que ça valait le coup d'y aller, pour la suite de ma carrière d'actrice.

 

Roman Polanski est donc venu me chercher à nouveau le 10 mars à environ 4 h de l'après-midi. Dans la voiture, il m'a demandé si j'avais déjà eu des rapports sexuels. Je n'avais eu qu'une seule expérience (c'était pas cool d'être une vierge parmi mes copines), alors j'ai dit oui, au lieu de lui dire: «Cela ne vous regarde pas," comme toute jeune fille sage l'aurait fait.

 

Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à la maison de Jacqueline Bisset, mais je ne l'ai pas reconnue. Quelqu'un m'a offert un verre de vin, mais j'ai dit non, et je suis sortie me balader près de la piscine parce que je n'avais rien à dire aux adultes qui discutaient entre eux. Roman a alors pris des photos de moi portant des jeans et une chemise blanche attachée à la taille (séance de moins de 15 minutes).

 

Puis direction la maison de Jack Nicholson's. J'avais vu Chinatown et je me disais "Wow! Jack Nicholson." Chez Nicholson, c'est la bonne qui nous a ouvert avant de disparaître, de sorte qu'en ce qui me concerne, je pensais que nous étions seuls, Roman et moi. Polanski me demande aussitôt de me poser, de boire du champagne, pour me détendre. J'avais refusé le vin qu'on m'avais offert plus tôt, mais quand il a dit "champagne", je n'ai pas pu refuser. Pour moi, le champagne, cela ne se refusait pas. Pendant qu'il me photographiait, Roman n'avait cessé de remplir mon verre. Puis il m'a demandé de poser seins nus à nouveau. Ensuite, il a voulu prendre des photos dans le jacuzzi. N'ayant pas mon maillot de bain, je suis rentrée dans le jacuzzi avec mes sous-vêtements.

 

Dans le jacuzzi, Roman prend des photos, puis il se fout à poil, et là je me dis: "Oh, ce n'est pas bien". Paniquée, je lui dis que je souffre d'asthme et de me ramener à la maison. Je sors du jacuzzi en attrapant une serviette, mais Roman refuse de me ramener chez moi. Pas tout de suite, pas là. C'est alors qu'il sort le Quaaludes et me demande si j'en avais déjà pris. J'ai menti en disant oui. J'en prends qu'un tiers. Roman prend ce qui reste et m'invite à m'allonger. A ce moment-là, je sais qu'il veut avoir des relations sexuelles et qu'il sera très difficile pour moi de le repousser. Ivre, paniquée, sans repères, je l'ai laissé faire.

 

Ensuite, Anjelica Huston [qui était la petite amie de Jack Nicholson à l'époque] a frappé à la porte. Me voyant là, elle a hurlé: "Qu'est-ce que tu fais dans ma chambre?" J'ai commencé à m'habiller, mais Polanski est revenu dans la chambre et a dit, "Non, reste là". Après avoir discuté avec Angelica, il est revenu dans la chambre et il a enlevé ma petite culotte. Après l'acte, je me suis habillée et je suis sortie de la maison pour attendre près de la voiture et là j'ai commencé à pleurer. Roman m'a aussitôt ramenée à la maison en répétant sans cesse: «Ne dis pas à ta mère ce qui s'est passé." Sauf que ma sœur qui m'entendra plus tard dire à mon copain au téléphone ce qui s'est passé est allée tout dire à ma mère. Ma mère m'a demandé si c'était vrai, j'ai dit oui. C'est alors que tout le scandale a éclaté.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...