Jump to content

Immortals - Tarsem Singh - 2011


Jeremie

Recommended Posts

LA CLAQUE !

Ce qui est d'autant une surprise que je n'en attendais pas spécialement grand-chose.

 

Visuellement, c'est juste à tomber - même s'il est vrai que certains plans de l'Olympe frisent le hors-jeu (mais le reste rattrape tellement le coup qu'on pardonne aisément).

Tarsem maitrise tellement son sujet qu"il lui suffit d'un plan pour imposer sa patte : si fort qu'il est en parvenant à se vautrer dans l'excès permanent sans jamais basculer du côté du ridicule.

 

Les persos sont grandioses (mention spécial au Minotaure). Ca ne s'arrête quasiment jamais du début à la fin. Ca tcharcle dans tous les sens. Rourke écrase (au propre comme au figuré) tout le casting. C'est barbare et épique sans pour autant se prendre au sérieux et çà laisse la concurrence à mille kms derrière (ce final !)...

 

Son ancien camarade de promo Michael Bay peut être jaloux...

 

 

Tout pareil que le monsieur. La scène de la castration

Link to comment
Share on other sites

Du Tarsem pur jus : la recherche du beau plan à tout prix et en contrepartie une absence totale d'émotion. Ce mec n'est pas un réalisateur, tout juste un faiseur d'images.

Comme il a des goûts douteux des fois c'est joli des fois ça lorgne vers la pub Farenheit. S'il était resté en Inde j'ose même pas imaginer les horreurs qu'il aurait pu pondre.

Bon point pour les scènes de baston sympa, les acteurs s'en sortent pas si mal non plus compte tenu des personnages creux qu'on leur refourgue. La doublure de Freida Pinto a un beau cul, il y a un sosie de Stephen Dorff.

 

Con, vide, beau/laid, maid divertissant.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 8 months later...
LA CLAQUE !

Ce qui est d'autant une surprise que je n'en attendais pas spécialement grand-chose.

 

Visuellement, c'est juste à tomber - même s'il est vrai que certains plans de l'Olympe frisent le hors-jeu (mais le reste rattrape tellement le coup qu'on pardonne aisément).

Tarsem maitrise tellement son sujet qu"il lui suffit d'un plan pour imposer sa patte : si fort qu'il est en parvenant à se vautrer dans l'excès permanent sans jamais basculer du côté du ridicule.

 

Les persos sont grandioses (mention spécial au Minotaure). Ca ne s'arrête quasiment jamais du début à la fin. Ca tcharcle dans tous les sens. Rourke écrase (au propre comme au figuré) tout le casting. C'est barbare et épique sans pour autant se prendre au sérieux et çà laisse la concurrence à mille kms derrière (ce final !)...

 

Son ancien camarade de promo Michael Bay peut être jaloux...

 

 

 

Tout pareil que le monsieur. La scène de la castration

 

pareil !!!

 

le blu-ray est cataclysmique

Link to comment
Share on other sites

L'avis de Dahan sur The Ward dans le topic voisin, c'est la preuve que je peux être totalement d'accord avec lui.

Pour The Immortals, c'est la preuve qu'il y a des moments où c'est pas possible

 

FXPj99BRPlE

 

 

Même moi qui aime pas du tout le film, je suis consterné !

 

Si j'étais du Sud ouest, je lui ferais un procès je crois !

Link to comment
Share on other sites

Je regarde jamais ses critiques, dans cette émission ou ailleurs, mais j'ai surtout le sentiment qu'il n'est pas vraiment là pour faire une critique, mais plus pour faire un show où il sort plein d'expressions et de comparaisons rigolotes pour démonter un film étiqueté nul (cf le "de quelle bouse allez-vous nous parler aujourdhui?"). Opé Frisson c'était d'ailleurs un show autour de sa personnalité, qu'on l'aime ou non.

Là c'est el quart d'heure "pourrissons une bouse". Il fait son numéro,tout le monde sur le plateau se marre (ah ah ah ouuuuh le film nul, moquons-nous!), et 95% des spectateurs n'iront pas voir ledit film

 

Et les autres connards qui prennent tout ce qu'il dit pour parole d'évangile...

Link to comment
Share on other sites

Sauf que dans cette émission de merde, il a aussi défendu avec brio des films qu'il a aimé. Cheval de Guerre ou the Descendants par exemple. Il a son style, on peut ne pas y adhérer, mais dire qu'il parle que de bousasses intergalactiques en riant comme un goret, c'est être d'aussi mauvaise foi que lui.

 

C'est fou cette unanimité contre Dahan qu'on rapelle à tout boût de champ. Il fait juste la même chose que nous ici, sauf qu'on voit sa gueule à la télé. Y'en a d'autres, hein.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Hum … mitigé

 

Premier constat : visuellement, ça poutre !

 

Le film en fout plein les mirettes (la scène d’ouverture donne le la) et c’est sa grande qualité.

 

Les décors et les costumes sont terribles.

 

Parmi les moments qui me restent en tête : le combat bourrin contre le minotaure, les Dieux affrontant les Titans et toute une série de saillies gore bien gratinées

 

Après, le film charrie pas mal de défauts : photo trop sombre (dommage !), moments kitchs (scènes pas glop sur le Mont Olympe), manque de souffle (la bataille finale est petit-bras) et pauvreté émotionnelle évidente (c’est froid).

 

Malgré tout, ça reste pour moi un objet filmique intéressant

 

On notera aussi que Les immortels est le parfait film-miroir de The Fall (tournage exclusivement en décors réels et pas d’effets spéciaux numériques vs. tournage intégral en studio et effets digitaux à foison).

 

A l’arrivée, je me demande si la marque de fabrique de Tarsem Singh n’est pas de faire des films moyens traversés d’instants sublimes …

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Vu sur le BluRay 3D, et visuellement parlant, ça claque méchamment la gueule! La direction artistique est monstrueuse, certains plans sonmt vertigineux, les costumes et les décors poutrent du début à la fin.... je viens de regarder la vidéo de Dahan, et bon ben bref... Qu'il n'aime pas le film, soit, mais là il est tellement grotesque que c'est juste pas possible. Oui, il peut dégueuler sur certains aspects visuels, sur le scénario qui n'a rien de fondamentalement original, sur le jeu des acteurs (et encore... ils ne sont pas si mauvais). Il peut le faire - comme tout le monde - saut que ça manque d'argumentation. Qu'aurait-il dit si "La Horde" n'avait pas été réalisé par lui-même? Je n'imagine même pas le massacre. Ça refoule vraiment le commentaire de cinéaste frustré.

Au-delà de ça, à aucun moment je ne me suis ennuyé devant "Les Immortels". Si l'histoire n'est pas transcendante, elle a au moins le mérite de s'approprier des éléments de la mythologue grecque de manière cohérente et finalement originale. Car ces histoires, tout le monde les connaît, elles sont un peu à la base de toutes les fictions - ou presque - mises à plat sur papier ou n'importe quel autre support depuis 3000 ans. Le fait de voir Tarsem Singh s'approprier les personnages "initiaux" pour une histoire inspirée (et non pas adaptée) de ces récits m'a paru totalement bénéfique.

Après, on aime ou on aime pas le style du bonhomme. Mais on ne peut nier qu'il a un style visuel qui déboîte - que ce soit plein de numérique ou non. Je serai toujours le premier à défendre un film tourné en 16mm noir et blanc tout granuleux-dégueulasse sans aucun CGI (car putain qu'est-ce que j'aime ça), mais il faut bien admettre que le Tarsem sait exploiter son médium et te produire de belles images.

Bref, en ce qui me concerne, "Les immortels" est un très bon film de divertissement, visuellement chiadé et gavé de scènes d'action généreuses. C'est tout ce qu'on est censé lui demander. Et puis il y a Freida Pinto qui est belle à crever (mais qui utilise une doublure pour le plans sur les fesses... et la doublure a un très beau cul).

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Intéressant. Abusivement sorti comme un sous-300, Les Immortels attaque en fait de front un bon gros morceau de la mythologie grecque.

 

Tarsem emballe ça avec son style, visuellement quelque part entre Jodorowsky et le rayon luminaire de Castorama.

 

Dans tous les cas, c'est un festival d'armures bizarres et de couvre-chefs improbables.

 

En fait de 300, le film me semble renvoyer plutôt à Conan de Milius, notamment la mort de la mère de Thésé.

 

Une violence jusqueboutiste de bon aloi, qui vire quand même au gogol (la stérilisation au maillet, Thésée qui fait de la boxe thaï...).

 

Au final, ça fout un peu le camp de tous les côtés, mais le visuel mi-génial mi-honteux et l'ambiance étrange à la Excalibur (et la barre de rire à la vision de l'Olympe) font avaler la pillule.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...