Jump to content

Serpico - Sidney Lumet - 1973


El rectificador

Recommended Posts

 

Je garde la jaquette de la zone 1, bien plus sympa que celle de la zone 2...

 

Février 1971. Lors d'une descente de police chez un trafiquant de drogue, l'inspecteur Serpico est grièvement blessé au visage. Alors que l'ambulance le conduit à l'hôpital, il se remémore son passé.

 

PAYS - ANNEE - DUREE USA - 1973 - 2h10

REALISATEUR Sidney Lumet

SCENARISTES Waldo Salt et Norman Wexler d'après le livre de Peter Maas

MUSIQUE Mikis Theodorakis

TITRE ORIGINAL Serpico

INTERPRETES Al Pacino (Frank Serpico) - John Randolph (Sidney Green) - Jack Kehoe (Tom Keough) - Biff McGuire (McClain) - Barbara Edayoung (Laurie)

 

11 ans plus tôt, Serpico entrait dans la police par vocation et avec une idée très précise de ce qu'il pensait être la mission d'un policier. Il avait rejoint le commissariat de la 82ème Rue, à New York. Mais très vite, il découvrit que ses collègues ne savaient pas résister à la tentation et que les pots-de-vin étaient légion. Ecœuré par ces pratiques, il s'était fait muter à la criminelle et y avait constaté la même corruption…

 

Dénonciation de la corruption dans les milieux policiers, SERPICO repose sur une histoire vraie et des faits véridiques. La mise en scène classique et quasi-documentaire de Sidney Lumet s'efface modestement derrière son sujet, faisant du film un réquisitoire sobre mais sans appel. 8 ans plus tard, le réalisateur reprendra ce même thème à travers une autre œuvre majeure : LE PRINCE DE NEW YORK.

 

J'ai adoré douze hommes en colère et Serpico, pour moi, est une nouvelle fois une réussite de la part de Lumet...Le filmage quasi documentaire m'a plu, Al pacino est criant de vérité...que dire de plus, grand film, grand réalisateur et grand acteur...

Link to comment
Share on other sites

L'edition Z2, c'est carrement du foutage de gueule de la part de Studiocanal. Certes, seul le film compte (et quel film !), mais rendre une edition pareille, toute nue de bonus (bordel, et le comm audio du Z1 !!! ) et avec une jaquette pourrie, ca fout un peu les boules...

Link to comment
Share on other sites

Le Verdict sublime (enfin perso bien sûr ), Contre enquête un bon petit polar bien énervé et trop méconnu, La colline des hommes perdus bien sûr, ceux déjà cités comme Network, Serpico, 12 Angry Men, Dog day afternoon, et puis Piège mortel avec Michael Caine et Christopher Reeve...

 

Et ne pas oublier Point Limite, thriller tendu comme la peau d'un scrotum de mâle en rut

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Avec tout le tapage que l'on fait autour du film je m'attendais à avoir un choc. Et comme a chaque fois que l'on passe son temps à attendre quelque chose qu'y n'arrive pas on est petit à petit déçu...ce fut le cas jusqu'à ce final.

 

Final qui m'a permis de me rendre compte que Lumet ne nous raconte qu'une "banale" vie de flic. Pas n'importe lequel, un vrai, un intègre, une pure, une vierge.

 

La ou j’aurai vu un peu plus de sentiment, Lumet nous offre sécheresse, à l’image de son film qui est très brut, la mise en scène est magnifique.

 

Un très bon film. Al Pacino fait son Tomas Milian

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Rohlala quel pied !

 

Ca faisait qques temps que j'avais pas revu le film, et ça m'a remis sur le cul ! Un magnifique film, à une heure où on voit tellement de merdes qui brosse le banditisme ds le sens du poil (voir "Le dernier gang" et vomir...) on prend un certain plaisir à voir un film courageux comme "Serpico". Honnete, droit, sans concession, allant jusqu'au bout de sa démarche, le film est à l'image de son sujet, courageux et trop rare. Alors on pourra revenir une enieme fois sur le talent de Lumet, sur la façon merveilleuse qu'il a de filmer le NY 70's, sur la composition HALLUCINANTE de Pacino (même quand on a tout vu et qu'on croit tout connaitre du grand Al, on redecouvre des trucs à chaque film ou chaque revisionnage ), sur le caractère desesperé de son personnage, ses looks de folie, sur les tonnes de sujet autre que la corruption que le film esquisse ici ou là, mais je vous laisse vous remettre tout ça en tête de vous même, en voyant le film si c'est pas fait, en le voyant en salles si vous etes à Paris, en le revoyant en DVD si vous l'avez, en vous jetant du haut d'un pont si vous en avez rien à foutre, mais en tout cas : IL LE FOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!!

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 7 months later...

Revu hier quasi 10 ans plus tard, et vraiment un très grand film! J'avais un peu peur du revisionnage, vu que je m'étais emmerdé ferme devant le Prince de New York, mais là pour le coup j'ai été scotché, et les 128 minutes sont passées sans que je m'en rende compte. Je pense que c'est le genre de film et de personnage auquel on peut s'identifier et s'accrocher encore plus quand on a bossé un peu ou connu ce genre de situations (toutes proportions gardées hein )

 

Mais c'est assez marrant de voir que ce qu'il vit avec la corruption, et sa différence, on le retrouve tout le temps à tous les niveaux. Enfin perso au taf on m'a reproché mon style vestimentaire alors que je suis dans une boite assez relax sans costume. Mais le simple fait d'être un tout petit peu plus à la cool, de ne pas cultiver la stress-attitude et d'avoir les cheveux un peu long ça m'a valu des reproches! Alors j'imagine ce que ça devait être pour lui de débarquer dans un commissariat de NY dans les 70s habillé en hippie en lisant des bouquins sur la danse, et surtout en refusant de prendre le fric et en essayant de faire son boulot honnêtement.

 

Bref là ou le film est vraiment interessant, c'est sur son côté assez dur et désespéré, n'hésitant pas à montrer la complexité de son engagement, qui n'en est pas vraiment un, et en refusant la tentation de faire de Serpico un héros glorieux sans faille se sacrifiant pour des idéaux, et sans peur.

 

Je l'avais pecho à 5€ avec TV 7 jours, merci à eux, mais l'édition de vaut pas plus!

 

 

 

Edit: http://www.frankserpico.com

 

Hello and Welcome Visitors.

 

I would like to take this opportunity to thank all the wonderful and caring people who have emailed me in the past. I receive so many great emails from around the world and I apologize to those that I am not able to personally respond to. Recently my computer hard drive crashed and thousands of email letters were lost along with contact information. I personally no longer own a pc. I decided to take a break from it for a while – a pc can be a great resource, but it can also be a source of information overload. One of the reasons that we started this web site is so that we can communicate with, and provide some information to, a lot of people all at once instead of on an individual basis.

 

I am especially grateful to those Police Officers of good moral character, my heroes, all of you, who have written to me from all over the country and all over the world telling me of your struggle with a corrupt system of justice, or rather with your superiors who corrupt our system of justice. You are the very fiber that holds our system of justice together, the hope of the down trodden. Some people don’t want to believe what some good honest Police Officers are subjected to and have to endure at the hands of their corrupt colleagues who are oftentimes in positions of leadership. I am most pleased when I hear the stories of those of you who have fought the good fight and in the end, usually after much personal sacrifice and hardship, are vindicated.

 

The fight for justice against corruption is never easy. It never has been and never will be. It exacts a toll on our self, our families, our friends, and especially our children. In the end, I believe, as in my case, the price we pay is well worth holding on to our dignity. You are an example to others, and it is my belief, that many of those who have yielded to temptation secretly admire your courage and envy your honesty.

 

I wish you all success, health and happiness.

 

Frank (Paco) Serpico

Link to comment
Share on other sites

Vous me donnez envie de lui donner une 2ème chance. J'avais vu 30 minutes du film et je m'étais sévèrement ennuyé. J'étais peut être pas d'humeur pour ce genre de film. Pourtant j'adore la colline des hommes perdues qui n'est pas un modèle de nervosité.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...