Jump to content

Maniac cop - William Lustig (1988)


bloknotise

Recommended Posts

Maniac Cop de William Lustig va bientôt ressortir en DVD, chez SYNAPSE cette fois.

D’après Fangoria l’éditeur serait a la recherche du négatif original afin de faire un nouveau master haute definition (oui l’ancien était vieux et analogique) ainsi qu’un nouveau mixage 5.1 DD.

Michael Felsher de Red Shirt pictures serait en train de faire un nouveau doc sur la prod et sont promis aussi plein des bonus « jamais vu avant » (never seen before c’est bizarre comme cette expression à tendance à faire sortir ma thune de mon portefeuille sans que je m’en aperçoive).

 

Bref avec l’édition (pleine de bonne volonté mais en 4/3 quand même) à laquelle on a eu droit en France, un éventuel rachat sera sans doute bienvenu pour les amateurs de Larry Cohen et William Lustig.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 1 year later...
  • 4 years later...

Excellente série B. C'est New-York, c'est sale, ce sont des ruelles sombres, c'est une silhouette imposante et immobile, en tenue de flic, qui tue froidement et rapidement.

Cela parait sans grande ambition, juste un slasher avec un personnage mystérieux. Sauf que c'est fait par William Lustig qui en fait un summum du genre. Mise en scène impeccable, ambiance tellement nickelle (un NY by night crade et inquiétant par son silence) et idée tellement bien exploitée que ça transcende le tout pour en faire une référence. A l'image de son introduction où l'on voit ce Maniac cop s'habiller des insignes de flic sans voir son visage, le film est carré, froid, réglé comme une boîte à musique et maîtrisé. La première partie réveille le questionnement du spectateur sur qui est-il, comment est-il, comment peut-il être comme ça. Et voila qu'on nous balance la vérité en milieu de film et elle ne déçoit pas: bien bis et tout à fait logique avec ce qui précède. Et puis il y a Bruce Campbell, et puis il y a Tom Atkins, et puis il y a une méga scène dans le commissariat, et puis c'est un New-York shitty très jouissif, et puis il y a une apparition de Sam Raimi, et puis on se dit qu'il ne doit pas être très rassurant de croiser Robert Z'Dar dans une ruelle sombre. Une merveille qui réussit totalement ce à quoi elle a l'ambition, le pied.

Link to comment
Share on other sites

Une excellente série B bien burnée. Déçu quand je l'ai découvert car c'est plus un vigilante sombre et bourrin alors que j'avais pensé avoir à faire à un énième slasher. Mais après plusieurs visions j'aime beaucoup.

 

Sinon je suis d'accord avec Binky, le 2 est une pure bombe.

Faire crever Bruce Campbell au bout d'un quart d'heure fallait oser !

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 8 months later...

Découvert hier, sur le tard donc, et vraiment un chouette film ! Très bonne petite série B, bien emballée, nerveuse, belle ambiance du NY crado que Lustig avait si bien saisi, ça charcle, on a un chouette cast, on traine pas en route, c'est efficace. Bref, un petit modèle de B attachant comme on aimerait en croiser plus souvent !

 

PS : Je me suis permis d'éditer le message de Léo pour rajouter la balise spoiler parce que ça m'a bien niqué mon futur visionnage du 2 !

Link to comment
Share on other sites

A ce sujet, tous le monde ou presque s'accorde à célébrer le 2 pour chier sur le 3. Moi j'ai plutôt de la sympathie pour ce dernier : au delà de ses faiblesses évidentes, on y trouve un Robert Davi monstrueux, de bonnes fusillades, ainsi qu'une noirceur doublée d'une ironie acide qui fait assez mouche.

 

J'aime bien Maniac Cop 3 .

 

Je trouve la trilogie assez constante en qualité, en fait. Tous les épisodes ont leurs bons moments et leurs instants foireux.

 

Ce que j'aime dans le premier, c'est son climat de parano qui entoure les exactions de ce flic tueur. La scène de la vieille qui flingue un motard est assez explicite en ce sens.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 2 years later...

J'imagine que ça va sortir à 15e, et que ça sera très vite en opé 3 pour 30.

 

"Body double" est passé vite en opé, mais c'est aussi parce qu'ils ont fait à la fois l’édition collector avec plein de bonus (et hors de prix, et un packaging que j'aime pas du tout et impossible à ranger) et la single avec juste le film et basta !

 

Mais bon, c'est vrai que y a plein d'éditions, même belles, qui sont de plus en plus vite en opé. Pathé, les grands classiques qu'ils ont sorti en beaux digipack à Noel, 2-3 mois après, c'était déjà en opé...

Link to comment
Share on other sites

J'adore les jaquettes, ça me rappelle celles de Télé K7

Par contre, le choix des films, c'est rigolo mais bof bof.

Carlotta a fait du teasing avec Basket Case avant de dévoiler la collection, je sais pas trop pourquoi...peut-être qu'il y sera aussi je suppose (ce serait cool).

Link to comment
Share on other sites

C'est triste de retrouver un BR à 20€ 3 mois plus tard à 10. En plus je trouve le packaging de Body Double sympathique mais quand même ...50€ parce qu'il y a un livre avec ?

 

Par contre je trouve les titres sympathiques. Surtout Maniac Cop et Le droit de tuer. Mais Carlotta a été débordé. Ils annoncent Basket Case 2 avant de poster un autre titre et soudain toutes les couvs apparaissent sur Facebook. Et ils ont continué à annoncer leurs titres un par un alors que tout le monde les connaissaient C'étaient amusant.

Perso je suis content. De la bonne série B à l'ancienne. Si le prix est correct je prends.

Link to comment
Share on other sites

Fade to Black, que voila une chouette idée...

 

Sinon, question-bête concernant ces titres-ci mais aussi d'autres du même genre et/ou de la même époque : le passage en Blu-Ray ne dénature-t-il pas trop les oeuvres ?

Parce que ce sont des films d'exploitation, pour la plupart un peu faits à l'arrache, sans trop de moyens et pour lesquels la pellicule cra-cra fait partie du plaisir global.

 

Du coup, un rendu tout beau et lisse ne risque-t-il pas d'amoindrir l'impact ? Vous allez me dire, avec raison, que la question se pose avec toutes les galettes HD mais je trouve, peut-être, plus encore dans le cas de certains films.

Je ne m'imaginerais, ainsi, pas visionner un Basket Case ou un Ms. 45 dans une belle copie toute propre... Mais peut-être la nostalgie de mes découvertes de jeunesse en VHS joue-t-elle beaucoup dans mon appréciation...

Link to comment
Share on other sites

Justement, l'avantage du bluray est sa capacité à afficher du grain sans que cela vire à la bouillie de pixels. Ce que le dvd parvenait difficilement à faire faute à la compression. Le bluray de massacre à la tronçonneuse est l'exemple d'un transfert réussi.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...