Jump to content

The Town - Ben Affleck (2010) "Ben Affleck Power!"


Steve
 Share

Recommended Posts

Doug MacRay (Ben Affleck) is an unrepentant criminal, the de facto leader of a group of ruthless bank robbers who pride themselves in stealing what they want and getting out clean. With no real attachments, Doug never has to fear losing anyone close to him. But that all changed on the gang's latest job, when they briefly took a hostage--bank manager, Claire Keesey (Rebecca Hall). Though they let her go unharmed, Claire is nervously aware that the robbers know her name... and where she lives. But she lets her guard down when she meets an unassuming and rather charming man named Doug....not realizing that he is the same man who only days earlier had terrorized her. The instant attraction between them gradually turns into a passionate romance that threatens to take them both down a dangerous, and potentially deadly, path.

 

xfIYFjwwJHU

 

Ca a l'air d'être encore plus ambitieux que son premier long.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 4 weeks later...

Bon, y a pas grand chose à en dire : c'est sérieux, y a pas trop de gras, y a de la burne, avec Jeremy Renner le gars trop crazy (mais il écoute pas de death metal dans celui-là), et Ben Affleck le mec qui pourrait être un bon père de famille s'il avait pas été accroc à la drogue quand il était jeune.

 

Le film est bien écrit, la réalisation est sympa avec une attention aux détails et la volonté de créer des personnages. Par contre l'image est aussi moche et terne qu'un film français : au moins, il n'y a pas de shaky cam quand les gens marchent.

 

Au fond, c'est complètement anecdotique : une sorte de Heat en moins grandiloquent, ce qui est bien pour les gens qui n'aiment pas Michael Mann et son goût des personnages extrêmes et des solos de sax, mais inutile pour les autres.

 

C'est bizarre en fait : j'ai aimé, mais c'est typiquement le genre de films qu'on oublie deux jours après l'avoir vu.

Link to comment
Share on other sites

Tout d'accord avec le comm du dessus.

C'est vrai que le tout n'a rien d'inoubliable et ne marquera, sauf erreur, ni son temps ni l'Histoire du ciné.

Et il y a, en même temps, dedans une modestie qui donne envie de l'apprécier et le rend touchant, Affleck parvenant, in fine, à une émotion aussi discrète qu'authentique.

 

Et puisque beaucoup de monde le compare à "Heat", ça fait d'ailleurs penser aux interviews de l'époque des frères Coen qui, à la sortie de "Fargo", avaient déclaré avoir écrit leur film en réaction aux clichés et au côté grandiloquent (euphémisme) du polar de Mann.

 

Ca n'a peut-être pas grand-chose à voir mais c'était histoire de le placer...

Link to comment
Share on other sites

Mffffouais...ça m'a un peu gonflé en fait ce film, même si c'est pas trop mal. Le truc c'est que c'est pas trop mal filmé (hormis les scènes d'actions du début beaucoup trop cut et illisibles), le récit avance convenablement et l'univers un peu poisseux est intéressant, mais rapidement on a en a un peu rien à battre de ces personnages, malgré les excellentes interpretations de Ben Affleck et Jeremy Renner.

 

En fait c'est pas assez jusqueboutiste, ce qui fait que les personnages sont tous un truc, mais pas trop, et donc manquent cruellement de coffre (à part les flics qui sont juste des gros connards stéréotypés).

 

Donc bon, déception après Gone baby gone qui m'avait gentiment scotché, et ennui notable. c'est à dire que quand on a des grandes jambes et que ya pas une place énorme, on est moins indulgents avec les films qui se trainent un peu

Link to comment
Share on other sites

Ben moi j'ai beaucoup aimé ! Clairement l'histoire n'a rien de bien original, ok ça rappelle "Heat" en moins complexe, ok on voit un peu tout venir de loin. Mais le truc qu'Affleck a voulu faire surtout à mon sens (et qu'il a complètement réussi), c'est de prendre le contexte du film de braquage pour faire le portrait d'une communauté, à savoir la classe ouvrière / populaire d'origine irlandaise de Boston, comme dans son film précédent, et même, quelque part, comme dans "Will Hunting" déjà.

 

Finalement, là, j'ai envie de dire que oui, les mecs sont des braqueurs, mais ils pourraient aussi bien être flics, employés municipaux ou patrons de bars, que ça changerait pas tant que ça le propos du film, on aurait aussi bien toutes les thématiques sur l'appartenance à une origine, un groupe social, un quartier, aux rapports avec les amis d'enfance, les notions de fidélité, de besoin d'émancipation, et des tonnes de trucs que le film fait passer tout en douceur mais avec une vraie sensibilité et un regard toujours très juste... C'est clairement là que se trouve à mon sens le cœur du film, et donc sa force et son principal intérêt. A coté de ça, la partie "polar" est très correcte également, c'est du solide, costaud, carré, ça tient bien la route et on ne s'ennuie pas, mais j'ai envie de dire que ça parait presque secondaire au final, et que pour moi, la vérité du film est ailleurs. Et on peut rajouter que c'est pas tous les jours qu'après seulement deux films, un réal me donne autant envie de voir son troisième au plus vite !

Link to comment
Share on other sites

portrait d'une communauté, c'est vite dit : trois trentenaires qui font un barbecue, braquent des fourgons comme papa et appelent les gens de Boston des "toonies", je trouve ça un peu léger.

 

un spectacle plaisant, avec de l'action, de l'humour pas lourdingue et des bons sentiments. j'ai parfois franchement eu l'impression d'être devant une de ces séries citées dans le film (les experts, bones,...) : j'avais envie de voir l'épisode jusqu'au bout, mais la semaine prochaine j'aurai oublié de quoi il parlait.

le gros point faible c'est quand même ce côté cucul distillé par le petit couple parfait et qui finit par exploser dans la conclusion pour clôturer de façon détestable une bien belle scène de fusillade

 

Douglas MacRae, notre héros, beau gosse, sportif, nerfs d'acier, ami fidèle, amant performant, amoureux attentionné, fils exemplaire, aurait aussi pu être un bon père mais jetaiditquelegosseétaitpasdemoidonconenparleplus, ne boit pas, ne fume pas, a arrêté la drogue il y a longtemps, nous rappelera finalement que "bien mal acquis ne profite jamais" et vas-y que sa gentille copine qui plante des fleurs et fait du bénévolat achète de la glace aux petits enfants défavorisés avec le pactole. vous m'excuserez mais

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je viens de finir la version longue, 2h30 au compteur. Ben aimé même si je retrouve les même défauts que son précédent film. C'est à dire surtout un scénario dont je me fous un peu. Les personnes sont bien tracés, la mise en scène est au top, quelques scènes sont vraiment excellentes, des dialogues sont parfaits, mais au final c'est étirer une histoire un peu bidon sur 2h30. Ça prend des poses mais pour brasser du vide. Faudrait qu'il burne un peu plus ses histoires parce que là ça fait un peu Eastwood du pauvre alors que tout le reste est parfait.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Moi je dis tout pareil que DPG.

Alors certes ça rallonge le film mais oui Affleck fait un portrait des habitants du quartier de Charlestown, mais rapidement car c'est quand même un film de braquage plutôt qu'un drame social et je trouve que pépère il s'en sort vachement bien.

Prévisible, oubliable mais au moins c'est bien ficelé.

 

Et Rebecca Hall je l'aime déjà

Link to comment
Share on other sites

c'est quand même un film de braquage plutôt qu'un drame social

Moi j'ai envie de dire que ce n'est ni l'un ni l'autre, qu'aucun des deux n'est vraiment convaincant, que le scénario dans son propos et sa construction est assez ambitieux mais qu'au final ça pisse vraiment pas très loin.

Vite oublié pour ma part.

Link to comment
Share on other sites

Ben moi j'ai beaucoup aimé ! Clairement l'histoire n'a rien de bien original, ok ça rappelle "Heat" en moins complexe, ok on voit un peu tout venir de loin. Mais le truc qu'Affleck a voulu faire surtout à mon sens (et qu'il a complètement réussi), c'est de prendre le contexte du film de braquage pour faire le portrait d'une communauté, à savoir la classe ouvrière / populaire d'origine irlandaise de Boston, comme dans son film précédent, et même, quelque part, comme dans "Will Hunting" déjà.

 

Finalement, là, j'ai envie de dire que oui, les mecs sont des braqueurs, mais ils pourraient aussi bien être flics, employés municipaux ou patrons de bars, que ça changerait pas tant que ça le propos du film, on aurait aussi bien toutes les thématiques sur l'appartenance à une origine, un groupe social, un quartier, aux rapports avec les amis d'enfance, les notions de fidélité, de besoin d'émancipation, et des tonnes de trucs que le film fait passer tout en douceur mais avec une vraie sensibilité et un regard toujours très juste... C'est clairement là que se trouve à mon sens le cœur du film, et donc sa force et son principal intérêt. A coté de ça, la partie "polar" est très correcte également, c'est du solide, costaud, carré, ça tient bien la route et on ne s'ennuie pas, mais j'ai envie de dire que ça parait presque secondaire au final, et que pour moi, la vérité du film est ailleurs. Et on peut rajouter que c'est pas tous les jours qu'après seulement deux films, un réal me donne autant envie de voir son troisième au plus vite !

 

 

pareil !

 

faut que je me bouge pour mater gone baby gone

 

 

Jon Hamm à une pure tronche ! il ferait un parfait Superman !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Je rejoins l'avis général: pas trop mal ficelé mais anecdotique au final.

Le problème c'est que le film pioche un peu partout (braquage, drame, love-story) mais ne parvient pas à trouver l'équilibre. On sent la bonne volonté, mais il manque une bonne paire de couilles. Là c'est trop léger. Et puis comme dit plus haut, c'est "Point Break" rencontre "Heat", c'est à dire sans le côté surf et cool attitude du premier et sans les persos hyper-typés et les gunfights chiadés du second.

Pas détestable, cependant je ne peux toujours pas encadrer la tronche de Daredevil.

Link to comment
Share on other sites

Le père Affleck nous fait son Heat … et il le fait bien !

 

Un polar carré, efficace, sans gras.

 

Une mise en scène au cordeau.

 

Les trois braquages, tendus et parfaitement lisibles, comptent sans doute parmi les meilleurs jamais vus sur un écran

 

Comme Gone baby gone, The Town se paie aussi le luxe d’un remarquable enracinement social (l’identité bostonienne est bien là).

 

Un casting royal et une direction d’acteur impeccable.

 

Mentions spéciales à un Pete Postlethwaite (RIP) terrifiant dans le rôle de Fergie et à un Jeremy Renner décidément doué lorsqu’il s’agit d’incarner les personnages suicidaires (remember Démineurs).

 

Plus surprenant, Ben Affleck s’en sort bien au niveau du jeu. Plus sobre (exit ses tics agaçants), plus mûr, il convainc dans son rôle de braqueur.

 

Et puis, cette fois, il a eu la bonne idée de ne pas nous caser Casey

 

A l’arrivée, c’est réussi même si un chouïa moins dense et moins prégnant que Gone baby gone.

 

En deux longs-métrages, Ben Affleck (putain, Ben Affleck !) est devenu un réal’ qui compte.

 

Chapeau mon gars !

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Ben Affleck nous fait son mini-Heat à Charleston et ma foi, le fait plutôt bien. Beaucoup de scènes efficaces et une histoire plutôt honnête, même si un peu fleur fleue sur la fin. Le cadre assez peu vu finalement au cinéma et le côté irlandais surelève le tout.

Un bon moment. A croire que Ben Affleck, acteur sympathique mais limité (quoique pas mauvais quand il se dirige tout seul), s'est trompé de carrière.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...