Jump to content

Exterminator - James Glickenhaus (1980)


Guest
 Share

Recommended Posts

En 1981, Eastland et Jefferson, anciens combattants de la guerre du Viêt-Nam, sont confrontés à la délinquance qui sévit à New-York. Jefferson est paralysé à la suite de la sauvage attaque d’un gang. Eastland le venge, l’euthanasie avec son accord et entreprend une croisade, qu’il revendique médiatiquement sous le nom de " L’exterminateur ". Il exécute des voyous, un maffioso, un sénateur sadique, un proxénète tortionnaire…La C.I.A. décide, sur ordre du gouvernement démocrate, d’en finir avec lui avant les prochaines élections...

 

L'ouverture au Vietnam est fracassante, incroyablement réaliste. Images de guerre réalistes qui hissent le film au-dessus de sa modeste condition de simple vigilante. La décapitation du G.I est impressionnante, sans concession.

 

Le générique héliporté sur NY qui suit cette séquence est formidable -du grand art-, dès son retour à New York et l'agression de Steve Jame, Ginty commence à fracasser non-stop. Pas mal de tensions, un côté BD dans l'excès de dispositif (napalm, broyeur alimentaire, lance-flammes, ogives et tous pleins de souvenirs du Vietnam) une relation avec le flic qui le poursuit très efficace, et plein de p'tites choses aptes à amorcer une reflexion tangible sur la violence. Le film est sec, la réalisation de premier ordre,

et on a limite une poussée d'émotion sur la fin quand on réalise que Ginty portait un gilet pare-balles dans ce plan libérateur qui le voit surgir de l'eau au petit matin

 

Du concentré de vigilante brut, moins rudimentaire qu'il n'y parait, à la mise en scène inspirée. Une oeuvre forte de première ordre dans son genre.

 

Link to comment
Share on other sites

Un des pires films d'alors et particulierement mensonger. Une enorme deception à sa découverte en VHS.

Si on excepte une ou deux scénes qque peu fracasssantes, le film est d'un ennui mortel.. lent et bavard à souhait.. 25 ans + tard, l'effet ennui se fait encore plus sentir!

Reste la scene où le gars se fait transformer en steach haché ds une machine industrielle.. Bien peu pour ce film présenté alors comme un chef d'ouvre de violence brute!

 

je ne peux que ne pas être d'accord avec le corbeau

c'est vrai que ce n'est pas l'action movie au rythme endiablé mais il comporte des scènes que l'on n'oublie pas : l'intro vietnamienne et sa décapitation ultra réaliste, le broyeur et le fer à souder.....

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Un chef-d'œuvre du vigilante flick !

Dommage qu'on ne parle pas plus souvent de Glickenhaus, c'est un solide artisan qui a par la suite livré d'excellents B qui défouraillent (Le Soldat, Blue Jean Cop, Le Triomphe des innocents)...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Vu ce soir, Un bon vigilante qui démarre dans le chaos de l'enfer du Vietnam qui balance dans l'ambiance directe avec cette décapitation qui marque bien l'esprit pour finir dans l'enfer des bas fond de New York où notre exterminator décide de faire le boulot des flics pour venger son pote et punir pas mal de salopard avec entre autre un jolie hachoir géant ! C'est carré et efficace, il y a quelques effets gore bien fait et l'ambiance globale est assez malsaine.

 

5/6

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...
  • 1 month later...

"Il est plus fort que les flics, en plus il fait leur boulot"

 

Vu la semaine dernière. Le film vaut surtout pour ses scènes immorales et ses décors glauques des bas quartiers de NY. L'agression du pote black du héros est la scène que je trouve la plus réussie.

Sinon, c'est quand même très mal joué et assez mou du genou. On s'emmerde pas mal à certains moments et le final m'a pas vraiment convaincu.

 

Sur un autre forum (mal famé), j'ai pu lire :

 

plus violent et moins mou que "Vigilante".

 

Ben justement, dans la foulée je me suis rematé "Vigilante" et je pense exactement le contraire. A mon sens "Exterminator" ne supporte pas une seconde la comparaison avec le film de Lustig.

 

Ce dernier est peut-être moins violent dans le fond mais le traitement de cette violence la rend beaucoup plus percutante et crédible.

Par exemple à aucun moment dans le film de Glickenhaus on ne retrouve l'intensité que peut avoir la scène de meurtre du gamin dans "Vigilante".

 

Et puis niveau rythme, c'est quand même autre chose : aucune baisse de régime, on s'emmerde pas une seconde; dans "Le Droit De Tuer" on peut pas dire que ça soit le cas...

Link to comment
Share on other sites

LE DROIT DE TUER est presqu'un film d'auteur ... Tres bien filmé , musique superbe , choix des lieux ...

 

VIGILANTE est plus bancal , plus serie B , plus conventionnel aussi je trouve .

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Un film assez inégal mais qui contient quelques scènes mémorables (le pédophile castré au gun ) et bénéficie d'une ambiance sordide bienvenue. Ce n'est sans doute pas le meilleur film d'autodéfense, mais pas le pire non plus.

 

Excellente scène d'intro.

 

Petite despection face à l'affiche/jaquette, je pensais que Ginty allait tuer tout le monde avec un lance flamme...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Ah ça , il peut se rhabiller De Niro. Ginty, il tue pas juste un proxénète, il se fait aussi un gang, un mafieux, et même un sénateur !

 

Le film est globalement bien avec un Ginty convainquant , mais le scénar est tellement troué de partout que c'est un peu dur à suivre des fois.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Très bon moment. Le New-York bien crasseux opposé au New-York paisible des docks et des déchargements journaliers, des petits patrons honnêtes victimes des maffieux tordus, des travailleurs sans histoire. Les deux ambiances sont aussi bien rendues l'une que l'autre. La plongée et le panorama des taches à éliminer est assez édifiant: politicien corrompu, pédophile sadique, proxénète d'enfants, loubard sans foi ni loi, prostituées droguées. Les propositions de nettoyage également: chalumeau, fer à souder, broyeuse à viande hachée, flingue. Petit film peut-être, mais bien convaincant.

Link to comment
Share on other sites

Exterminator est plus glauque dans l'ambiance et les décors que vigilante. Malheureusement à part le début, trop d'exécutions sont hors champ. Parait il presque la moitié du budget du film est passée dans lintro vietnamienne. Et le film est plombé par l'amourette du flic Christopher Georges. Malgré tout exterminator démarre plus vite que vigilante et malgré un budget fauché, il distille un malaise beaucoup plus efficace.

Link to comment
Share on other sites

L'intro est juste magnifique : bien violente et bien impressionnante (pourtant je l'ai vue sur un DVD tout pourri). Après c'est vrai que pour un film de vigilante ça reste assez soft (en même temps l'affiche nous promet un mec qui bute tout le monde au lance-flamme alors que non) mais ça n'empêche pas de passer un bon moment. Même si c'est pas violent ça reste bien tordu et bien glauque.

 

Très bon moment. Le New-York bien crasseux opposé au New-York paisible des docks et des déchargements journaliers, des petits patrons honnêtes victimes des maffieux tordus, des travailleurs sans histoire. Les deux ambiances sont aussi bien rendues l'une que l'autre. La plongée et le panorama des taches à éliminer est assez édifiant: politicien corrompu, pédophile sadique, proxénète d'enfants, loubard sans foi ni loi, prostituées droguées. Les propositions de nettoyage également: chalumeau, fer à souder, broyeuse à viande hachée, flingue. Petit film peut-être, mais bien convaincant.

 

Voilà pas mieux. Et d'accord aussi avec Natale : l'histoire d'amour du flic sert à rien.

Link to comment
Share on other sites

Je l'avais jamais vu et les divers avis m'ayant, du coup, donné envie, je ne sais pas si je dois remercier ou en vouloir aux gens d'ici.

 

Bon, c'est pas si nul mais on flirte quand même dangereusement avec le Z - si tant est que la copie (pourtant réputée "Unrated") que j'ai visionnée ait été complète tant certaines transitions m'ont paru pour le moins, euh... abruptes !

Sinon, ça prend biiiien son temps, ça n'hésite pas à largement s'égarer en route (l'amourette du flic, je n'ai pas non plus compris) et on a sans doute droit à la plus mauvaise interprétation globale jamais vue dans un film.

Et j'hallucine quand je lis plus haut que la moitié du budget serait partie dans la séquence d'ouverture, certes sympatoche mais tout de même bien cheap.

Ou alors Glickenhaus n'avait vraiment quasi-rien pour tourner son film, ce qui n'explique, certes, pas tout mais peut-être un peu quand même...

 

Reste le plaisir de revoir le N.Y. de l'époque qui (comme on peut également le constater dans Ms 45 ou Vigilante) semblait alors être un endroit des plus charmants...

Link to comment
Share on other sites

Elle fait toujours son effet, j'avoue.

Après, c'eut été bien qu'ils gardent quelques ressources pour le reste (le scénar, par exemple).

 

Et au sujet de la fin :

que va devenir l'Exterminator ? On le croit mort, certes. Mais que va-t-il faire de manière concrète, les autorités sachant qui il est désormais ? Rentrer dans la clandestinité ? Emigrer au Canada ? Ouvrir une cellule du P.C. à New-York afin de contrôler les syndicats des docks ?

 

 

Certaines de ces questions trouvent-elles réponse dans le 2 ? Car j'avoue lâchement que l'idée de me l'enquiller s'avère bien au-dessus de mes forces...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...